Paris Saint Germain – Chelsea FC: décryptage de l’opposition


2035756_w2
 Le Paris Saint Germain sera opposé à Chelsea en Quart de Finale de la Ligue des Champions. MyPremierLeague vous propose un décryptage du leader du Championnat d’Angleterre en se focalisant sur le cheminement suivi par José Mourinho depuis son retour aux commandes du club à travers 5 étapes. Nous vous proposons également de jeter un oeil à l’équipe de Chelsea qui devrait débuter la confrontation ainsi qu’un  zoom sur les duels-clé du match.

 Lire aussi:

Le calendrier de Chelsea:
  • Samedi 29/04 à 16h: Crystal Palace – Chelsea
  • Mercredi 2/04 à 20h45: Paris Saint Germain – Chelsea
  • Samedi 5/04 à 18h30: Chelsea – Stoke City
  • Mardi 8/04 à 20h45: Chelsea – Paris Saint Germain

Etape 1: un début poussif

Chelsea+v+FC+Basel+1893+UEFA+Champions+League+lRwdf5aKmm_l
Bâle crée la surprise à Stamford Bridge (1-2)
De mi-juillet à fin Septembre…

Chelsea connait un début de saison poussif sur tous les tableaux, dans la mesure où ses éléments clé (Oscar, Mata, Hazard, Torres) ont repris l’entrainement tardivement suite à leur participation à la Coupe des Confédérations, compétition dans laquelle ils se sont légèrement blessés. La dernière semaine d’Aout correspond également aux derniers ajustements réalisés sur le marché des transferts avec l’arrivée d’Eto’o et Willian, soufflant un certain vent de scepticisme parmi les observateurs quant à leur apport potentiel. Tenu en échec par Manchester United puis le Bayern en Super Coupe d’Europe, Chelsea sera défait à Everton alors que les regards sont tournés vers Juan Mata que l’on annonce hors des plans de José Mourinho. Entré en fin de rencontre face à Bâle, Mata sera simple spectateur du retour au score que réalise le FC Bâle, vainqueur à Stamford Bridge en ouverture de la phase de poules de la Ligue des Champions.

Etape 2: Mourinho cherche la meilleure formule et teste son groupe

De fin Septembre à début Novembre…

L’acte fondateur de la saison de Chelsea interviendra le Samedi suivant à l’occasion de la victoire contre Fulham (2-0). José Mourinho explicitera alors son choix de privilégier Oscar à Juan Mata dans la position axiale derrière l’attaquant aux micros de SkySports à l’issue de la rencontre.

Il évoque notamment sa volonté de voir son équipe évoluer avec un bloc haut, et imposer une pression immédiate dans la moitié adverse pour récupérer le ballon le plus près possible du but, le tout à l’image d’Oscar, à l’origine de douze récupérations face à Fulham dont 9 au delà de la ligne médiane. Dédouanant au passage Juan Mata des reproches qu’il adresse surtout à l’utilisation court-termiste de l’Espagnol de la part des précédents techniciens en charge à Chelsea ; Mourinho souhaite voir son joueur plus concerné par les tâches défensives (pressing, repli).

A la recherche de son meilleur XI, José Mourinho teste son groupe aux gré des aléas du calendrier en expérimentant différentes formules dans certains secteurs de jeu: Luiz ou Cahill en défense centrale ; Cole, Bertrand ou Azpilicueta à gauche, Oscar dans l’axe ou décalé sur le côté droit alors que Lampard profite de la sécurité fournie par le rôle bas de Ramires, chargé de recycler la possession de balle. En se privant de Cahill, Azpilicueta, Willian et Eto’o pourtant à l’origine de la victoire à Arsenal en League Cup et en les remplaçant par Luiz, Cole, Oscar ou encore Torres trois jours plus tard, Mourinho verra ses joueurs passer à travers du déplacement à Newcastle, l’amenant à déclarer qu’il « avait fait 11 erreurs » quant à sa composition de départ. A partir de là, Mourinho va définir le XI type sur lequel il va s’appuyer par la suite, et écarter petit à petit des zones clé les joueurs ne donnant pas pleinement satisfaction (Mata, Torres, Cole).

Etape 3: Mourinho définit son 11 type, mais son équipe ne convertit pas son emprise et en paye le prix

Chelsea+v+Southampton+Premier+League+MRjhE-7uh-Nl
Demba Ba transforme un centre court de Juan Mata face à Southampton en but, mais Chelsea en a converti trop peu au début de l’hiver
De début Novembre à mi-Décembre…

La performance offensive la plus aboutie de la saison jusqu’alors interviendra lors de la visite de Schalke 04 au début du mois de Novembre. La titularisation de Willian sur le côté droit de l’attaque va mettre en lumière la possibilité d’équilibrer le rôle d’accélérateur dans les trente mètres d’Andre Schürrle et surtout Eden Hazard de l’autre côté du terrain. Les déplacements d’Eto’o et Oscar vont également permettre de semer le trouble en créant des brèches dans le bloc défensif adverse, pendant que leur capacité à combiner dans les petits espaces va confirmer la volonté de construire les attaques dans la moitié adverse. Les 89 minutes ayant suivi l’ouverture du score précoce de Rodriguez vont voir la sensation Southampton exploser sous le rouleau compresseur Chelsea début décembre (3-1) ; le total de 62 « ball recoveries » traduisant une activité intense pour récupérer la maîtrise du ballon)

Pourtant, Chelsea ne convertit pas les quantités de récupérations hautes suivies de centres courts. Un relâchement coupable qui prend la forme d’une baisse d’intensité et d’attention après une heure, comme lors du déplacement à Sunderland et une victoire 4-3 dans un match pourtant à sens unique. Ce, couplé au retour dans la confrontation d’adversaires revigorés par le manque d’application de Chelsea face au but va voir les Londoniens totaliser parfois près de deux fois plus d’occasions mais finalement perdre tout de même les rencontres (comme à Stoke City ; 3-2).

Etape 4: Mourinho nourrit son caméléon: gagne en jouant le contre, mais pas que !

Manchester+City+v+Chelsea+ceIeeKgYvOJl
Eden Hazard, auteur d’une performance remarquable et remarquée à l’Etihad Stadium lors de la victoire de son équipe (0-1)
De mi-décembre à début Février…

L’élimination prématurée en quarts de finale de League Cup à Sunderland va constituer un tournant dans la saison de Chelsea. Chelsea sera incapable de cadrer le quart de ses 23 tentatives dans une rencontre insipide, et sera logiquement poussé en prolongations à la suite du but de Borini (renard des surfaces non conservé par… Chelsea en 2011). Chelsea s’inclinera finalement après le but de Ki à la dernière seconde de la prolongation.

Navré par le manque de réalisme hebdomadaire de ses joueurs, José Mourinho glissera des billes à la presse à l’issue de la rencontre en évoquant les options à sa disposition. Pour lui, la solution réside peut être « à jouer pour ne pas encaisser, et marquer les buts qui suffisent », une remarque sous-jacente à l’insatisfaction de Mourinho vis à vis de ses attaquants (Torres, Eto’o et Ba n’ayant marqué que 13 buts toutes compétitions confondues jusqu’alors).

Il serait alors facile de conclure que Mourinho n’a fait que reculer son bloc en lui instruisant de concéder dorénavant la possession, mais la réalité est un peu plus complexe et traduit bien une des spécificités de l’approche du technicien portugais: l’approche « micro-tactique ». En termes de jeu, il s’agit tout simplement de s’adapter aux forces et faiblesses de l’adversaire ainsi et surtout au rapport de force du match. C’est un Chelsea « caméléon » qui va remporter sept rencontres consécutives entre fin Décembre et fin Janvier suite au nul rapporté d’Arsenal, avant d’échouer sur le mur Hammer de West Ham (0-0 ;« 19th century football » dixit Mourinho).

Lors de ces rencontres, un portfolio…:

  • de Repli hermétique: 41% de possession de balle dans la dernière demi-heure lors de la réception de Swansea afin de préserver l’avantage au score (1-0),
  • de contres fulgurants: 3 montants et 6 tirs cadrés contre 3 lors de la victoire à City malgré 35% de possession en faveur des Blues.
  • Mais aussi de séquences de pressing dans la moitié adverse: voir le constat du match nul à Arsenal où Chelsea a été pointé du doigt pour « garer le bus » au vu des chiffres de 39% de possession en sa faveur. Ce n’est pourtant pas ce que traduit la carte des « turnovers » (Figure 1). Ni – pour l’anecdote – le bilan des occasions (13 contre seulement 7 pour les locaux),
  • et de conservation « passive »: 62% de possession pour trois tentatives hors-surface face à Arsenal entre le 3e et 4e but (Figure 2)
  • …ou active: de 61% à 67% de possession face à Newcastle pendant la première demi-heure pour deux buts en huit tentatives (4 cadrées)
bgr
Figure 1: « Chelsea gare le bus à l’Emirates » , … vraiment ? (via StatsZone)
passive
Figure 2: Chelsea temporise avec le ballon entre le 3e et 4e but contre Arsenal. Deux frappes cadrées hors-surface (violet) et une frappe bloquée (orange). (via Squawka)

Etape 5: nouvelles options, nouveaux enjeux

De début Février à maintenant…

Si la dernière apparition de Juan Mata sous le maillot de Chelsea a fait couler de l’encre, elle a surtout coïncidé avec l’entrée en jeu d’Oscar et Willian (pour Schürrle) dans la dernière demi-heure du match à Southampton. L’implication d’Oscar dans les trois buts, celle de Willian aux deux extrémités du terrain va apparaître comme une passation de pouvoir entre les joueurs du Chelsea outsider en Championnat (à 24 et 15 points du Champion lors des deux dernières saisons), et celui du Chelsea candidat au podium. Le trio Hazard-Oscar-Willian ne va ainsi plus quitter le XI de départ entre début Janvier et fin février.

Chelsea+v+Arsenal+Premier+League+hNpId3DFILul
Matic et Eto’o félicitent Andre Schürrle, buteur face à Arsenal

Cependant, conséquence logique du calendrier chargé de Chelsea entre le 3 et 11 Février dans lequel Hazard et Willian ne vont manquer qu’un quart d’heure lors des deux premières rencontres disputées (City et Newcastle), Chelsea va caler à West Brom (1-1). La candidature de Chelsea au titre de Champion a pris encore davantage de consistance après la victoire acquise dans le temps additionnel contre Everton grâce à un coup franc de Lampard dévié par Howard dans son but. La réussite du Champion, dirons certains, celle de Schürrle également, auteur d’un triplé à Fulham la semaine suivante et offrant à Mourinho l’option du « buteur excentré » dont on n’avait aperçu que des bribes jusqu’alors. De nouvelles cartouches offensives qui viennent renforcer l’arsenal de José Mourinho à l’approche du run-in

Les victoires face à Tottenham (4-0) et Arsenal (6-0) ont confirmé l’attitude véritablement pro-active des Londoniens, qui provoquent et poussent leurs adversaires à la faute (notamment avec l’activité de Matic, Ramires ou Luiz dans l’entrejeu) avant de contrer en s’appuyant sur la spontanéité de Matic, la vitesse balle au pied de Willian ou la qualité de percussion d’Hazard dans les 30 derniers mètres.

Quelle équipe au Parc des Princes ?

uefa.com
uefa.com

Ramires est suspendu jusqu’au 12 Avril en Championnat, sera donc en contention pour débuter les deux rencontres de la confrontation Européenne.

Le XI type de Chelsea s’appuie sur un bloc défensif hermétique  afin de protéger le but de Petr Cech. Le gardien Tchèque est le portier de la meilleure défense du Championnat (23 buts) et de la Ligue des Champions (4 dont deux de Mohamed Salah, désormais dans les rangs des Blues) et n’a connu qu’une période de turbulences, lorsqu’il a encaissé 7 tirs cadrés consécutifs fin Novembre (Sunderland, Stoke et Southampton).

La défense prend véritablement la forme d’un « back four » à l’inverse des dernières saisons lors desquelles les latéraux étaient part intégrante de l’animation offensive (garants de la largeur, notamment). Branislav Ivanovic est indiscutable sur le flanc droit de la défense pour son efficacité aérienne. Peu exposée et basse, la charnière centrale est composée de Gary Cahill et John Terry; véritables défenseurs de surface. A noter que le capitaine emblématique des Blues a réussi sa conversion en « seconde lame » derrière Gary Cahill dorénavant en charge de disputer les joutes avec les attaquants adverses. A l’image de William Gallas dans le précédent Chelsea de Mourinho, César Azpilicueta est un droitier évoluant à gauche, donc très près de John Terry.

uefa.com
uefa.com

Cette défense à 4 est protégée par un duo dans lequel Matic est accompagné de Lampard ou Ramires. Non-éligible en Ligue des Champions, le Serbe sera vraisemblablement remplacé par David Luiz, capable de tenir le même rôle de tampon et faisant étalage de qualités similaires en termes de puissance et mobilité en duel (ainsi qu’un coup d’œil pour jouer vite vers l’avant). Frank Lampard bénéficie quant à lui de la confiance de José Mourinho lors des rencontres importantes (titulaire face à MU, City, Arsenal, Liverpool et Tottenham) et sera le garant d’une bonne utilisation du ballon pour lancer les contres.

Si l’activité de Willian sur le flanc droit et sa capacité à remonter les ballons en fait un élément clé du Chelsea de Mourinho, son manque d’efficacité dans le dernier geste (2 buts, 6 passes en 33 matchs) peut faire pencher la balance pour Ramires, spécialiste des grands rendez-vous et régulièrement décisifs lors de ceux-ci.

L’option de faire débuter John Obi Mikel devant la défense existe (et préfigurerait alors un 4-3-3) dans la mesure où le Nigérian a participé à toutes les rencontres à l’exception du déplacement au Steaua et la réception de Galatasaray (3 titularisations, 3 entrées en jeu à 15mn du terme).

Mais José Mourinho est susceptible de faire confiance à Oscar pour contrôler le cœur de l’attaque de Chelsea (sous la forme théorique d’un 4-2-3-1). Le Brésilien est le catalyseur du jeu d’Eden Hazard (ou de Neymar avec le Brésil) dans le tiers de vérité grâce à sa facilité technique dans les petits espaces, un élément qui a son importance si le PSG décide d’enfermer l’accélérateur Belge.

La rotation opérée par José Mourinho en ce qui concerne le poste d’attaquant voit Samuel Eto’o débuter les matchs à domicile pendant que Fernando Torres dispute essentiellement les rencontres en déplacement (le premier étant à son aise dans les petits espaces, le second dans l’espace). Le Camerounais, touché à l’adducteur et incertain en vue des prochaines rencontres, devrait vraisemblablement céder sa place à Fernando Torres (auteur de 3 buts en Ligue des Champions). Pour autant, si Mourinho fait le choix d’un système en 4-3-3, il est fort probable de voir le Camerounais débuter au Parc des Princes malgré tout: Eto’o disposant de la rigueur nécessaire pour bloquer la liaison entre défenseurs et milieu bas.

Les clés individuelles:

Peu de profondeur vs Cavani et Lavezzi: il sera intéressant de voir quel terrain d’expression peuvent trouver les deux Sud-Américains dans une configuration où ils auront peu d’espace à dévorer en rupture, ni intervalle latéral-stoppeur à traverser (bien qu’une fenêtre existe ponctuellement à gauche, voir par la suite).

David+Luiz+Manchester+City+v+Chelsea+FA+Cup+EOAdrVwGaPtl
David Luiz aux prises avec Edin Džeko

Ibrahimovic vs Luiz (ou Mikel): une des clés du peu d’exposition de la charnière centrale de Chelsea réside dans le rôle de tampon de Branislav Ivanovic (droite) et Matic (gauche) lorsque l’attaquant adverse décide de s’excentrer (en pensant profiter des difficultés aériennes des latéraux) pour dévier les ballons vers l’axe du terrain. Ibrahimovic n’étant pas un n°9 conventionnel, il devrait donc être suivi par un milieu de terrain, en l’occurrence David Luiz lors de tous ses décrochages. Le tout sera une affaire de gestion afin de ne pas pénaliser Chelsea par des coups francs tout en évitant que le Suédois puisse disposer de champ face au jeu.

Hazard vs Jallet: En raison de l’absence possible de Van der Wiel sur blessure, il s’agit assurément du duel le plus déséquilibré entre l’accélérateur de Chelsea et le latéral français aux limites apparentes dans le duel et le replacement.

Azpilicueta vs Cavani: Ne disposant pas de profondeur face à lui, l’Uruguayen pourra être tenté de percuter face à son adversaire direct. Cependant, César Azpilicueta évolue à un niveau de performance remarquable depuis qu’il remplace Ashley Cole (début Novembre). Imprenable en 1v1 au sol et irréprochable dans le placement, Azpilicueta peut potentiellement souffrir en duel aérien en dépit de ratios honorables (53% de duels aériens gagnés pour un peu plus de deux situations à négocier par match; cependant loin des 68% et 3 duels gagnés par match d’Ivanovic)

Branislav+Ivanovic+Chelsea+v+Swansea+City+EjJ1XE8Fy0ql
Ivanovic prend le meilleur sur Williams

Lavezzi vs Ivanovic: L’Argentin et son équipe peuvent tirer un avantage d’un des types de sortie de balle directe de Chelsea dans la mesure où Ivanovic grimpe régulièrement sur la ligne médiane afin de servir de cible aux renversements de jeu de Terry ou les relances de Cech. Il s’agit d’une des rares fenêtres que peut ouvrir momentanément Chelsea à l’arrière, vulnérable en cas d’enchaînement rapide du PSG sur l’aile gauche.

Oscar vs Motta: Non content d’avoir inscrit deux buts lors de son premier match de Ligue des Champions, Oscar avait également réduit au silence Andrea Pirlo. Le Brésilien fait partie de ces joueurs à l’importance inestimable capables d’allier activité défensive et repli intelligent avec une capacité à faire briller les autres en faisant vivre les enchaînements offensifs par une succession de bons choix. Il s’agit d’un duel central à cette confrontation.

Tant Chelsea ne peut se permettre de laisser l’Italo-Brésilien orienter les attaques du PSG librement que le PSG ne peut se permettre de laisser Oscar occuper les zones offensives adéquates pour offrir des relais courts sur la largeur. Motta devra également communiquer à son partenaire Verratti lors des dézonages d’Oscar, le Brésilien, de retour à son meilleur niveau, ayant également la propension à décrocher pour fluidifier la préparation des attaques.

Ramires vs Matuidi: si les deux joueurs ont peu de chances de croiser le fer directement, leur duel interposé en « miroir » sera très intéressant. Les deux joueurs partagent énormément de similitudes, dans l’activité défensive et la propension à se retrouver dans la zone de vérité par des courses dans les matchs importants. Leur qualité de relance, injustement décriée, reste toutefois très largement supérieure à celle des joueurs de leur profil.

https://twitter.com/SeBlueLion/status/446997776438530048

Les scénarios possibles

2013897_w2
uefa.com

Paris avec le ballon vs Chelsea sans ballon: il s’agit du scénario probable sur l’essentiel de la confrontation au Parc des Princes, où les accélérateurs de Paris devront fissurer le bloc Bleu, très probablement sur attaques placées. Là où Chelsea est en position idéale pour défendre en avançant avant de planter sa lame en contre-attaque.

Cependant, il y a peu de chances de voir Chelsea se livrer dans la moitié du PSG, ou alors Chelsea aura tout de même 5 joueurs derrière le ballon pour gérer la transition (dans les couloirs notamment).

Paris sans ballon vs Chelsea avec ballon: cette situation a peu de chances de se produire lors de la manche aller à 0-0 sous forme d’attaques placées. Paris dispose du niveau technique suffisant pour conserver le ballon, tactique et athlétique pour ne pas être forcé de reculer dans sa surface. Laurent Blanc quant à lui est probablement trop attaché au dogme du contrôle du ballon pour décider de s’en séparer sciemment afin de tendre un piège à son adversaire.

Cependant, la confrontation entre le Real de Mourinho et le BVB de Klopp au printemps dernier avait donné des éléments non négligeables quant à la relative faiblesse des équipes du technicien Portugais en attaque placée ainsi que leur vulnérabilité en contre-attaque, voir par ailleurs et l’étape 3). Une configuration que n’a de toute façon pas adopté Paris en Championnat; il est donc hautement improbable de voir Paris tenter de contrer son adversaire lors de la manche aller.

Jose+Mourinho+Chelsea+Training+Session+yJirFKxbedGl

A charge donc aux hommes de Laurent Blanc de limiter les pertes de balle dans les zones dangereuses (Verratti) et envisager de modérer le positionnement et rôle des latéraux en phase de préparation.

Néanmoins, Chelsea sait aussi garder le ballon dans l’entrejeu, une alternative au fait de se replier si les Blues sont devant au score.

  • Paris a marqué 7 buts sur corner en Ligue des Champions, Chelsea en a inscrit 3. Il s’agit du 1e et second total de la compétition.
  • Paris a marqué 14 de ses 22 buts dans le jeu, c’est le 3e meilleur total.

Mon pronostic: Chelsea marque en contre sur un exploit, ou sur coup de pied arrêté. Gère l’aller et gagne au retour

Sébastien C. (@SeBlueLion)

Publicités

Un commentaire sur “Paris Saint Germain – Chelsea FC: décryptage de l’opposition

Ajouter un commentaire

  1. Salut. Je t’ai découvert dans The Specialists et je tiens à te féliciter pour tes analyses tactiques souvent très pertinentes particulièrement lorsqu’il s’agit de décortiquer le jeu de Chelsea.

    Je suis supporter parisien, et fan absolu de la BPL aussi. Je suis donc un peu déçu ce soir mais c’est une qualification finalement assez logique et méritée pour Chelsea.

    Je pense que sur ce match Ibra a beaucoup manqué de par sa faculté à décrocher, garder le ballon et orienter le jeu il aurait amener un peu d’air à une défense très exposée du début à la fin. Lavezzi l’a bien fait dans la première demi-heure, et Pastore l’aurait encore mieux fait si il avait joué plus tôt. Mais j’aimerais surtout évoqué avec toi les choix tactiques de Blanc ou plutôt non-choix.

    Le milieu de Chelsea a complètement cassé la relation milieu/attaque du PSG grâce à un très bon pressing en 1ere MT à l’aller et un très bon replacement ce soir. Le repli défensif des Blues était vraiment impressionnant. Je trouve que Blanc a bien réagi en faisant entrer Cabaye tôt il a réussi à redonner du rythme en se positionnant plus haut et en jouant plus vite que Verratti. Sur l’entrée de Marquinhos je suis assez sceptique en revanche, il aurait pu servir en restant devant et en pressant très haut sur les possessions de Chelsea pour les empêcher de balancer dans la surface en fin de match. Pareil Matuidi et Cavani n’ont pas joué leurs rôles, d’habitude c’est le pressing haut des milieux de terrain du PSG qui permet la remontée du bloc dans les phases de récupération. Et à cause de ces choix, Paris a été obligé de subir la fin de match en jouant très bas et en s’exposant sur les longs ballons, Blanc n’a pas su réagir correctement aux entrées successives de Ba et Torres aux côtés d’Eto’o.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :