Arsenal : le point tactique à l’aube de 2015


En cette période de fêtes, My Premier League ne prend pas de congés… puisque la Premier League elle, n’en prend pas. A travers cet article nous allons nous intéresser à Arsenal qui, après un match nul décevant (qui a valeur d’euphémisme) est à la 6e place, à seulement à 4 points du podium.

Vous connaissez certainement tous le site Arseblog, un incontournable de la littérature Arsenalienne, ainsi, @ArsenalColumn, membre éminent de l’équipe du site et spécialiste tactique nous fait l’honneur de nous accorder une interview pour traiter différents sujets mêlant ses deux passions : l’aspect tactique et Arsenal. En outre, il tient également un site où il public régulièrement ses chroniques et ses analyses : ArsenalColumn. Jetez-vous dessus…

Depuis quand suis-tu Arsenal et comment es-tu devenu un fan ?

Mon plus lointain souvenir concernant Arsenal remonte à 1995, j’avais 6 ans et nous avions perdu sur un but de Nayim en Coupe d’Europe des vainqueurs de coupe (Arsenal avait perdu 2-1 contre le Real Saragosse à la toute fin de la prolongation). Le foot ne passait pas de génération en génération dans ma famille, pourtant, je me souviens que mes voisins étaient supporters d’Arsenal, ça a dû jouer dans mon choix d’équipe. Arsenal a toujours été un club avec de la réussite, au moins au niveau nationale, bien que je pense qu’avec Arsène Wenger j’ai pu assister aux meilleurs années. Il a fait du football plus qu’une simple passion ou quelque chose de la sorte, mais plus comme un divertissement, un spectacle, ce sentiment qui me pousse à croire qu’avec l’âge, il se perd. Cela peut paraître stupide, étant donné les querelles internes entre les fans d’Arsenal, mais la victoire n’est pas ce que je recherche le plus en supportant Arsenal – c’est une question de compétitivité, de maintenir de l’espoir et bien sûr, ce que Wenger a toujours inculqué, un style.

Peux-tu te présenter brièvement ?

Il n’y a pas grand-chose à dire sur moi ! J’ai un banal travail de 9 à 5h, espérant que mes écrits, mes analyses footballistiques pourront être vus par quelqu’un dans les médias. Je pense que ce que j’écris, ce que je vois dans les matchs doit avoir de la substance, je me suis donc éduqué à travers des livres écrits par des entraîneurs, j’ai également passé un diplôme de la FA avant que cela ne devienne trop cher, et j’essaie d’emmagasiner de l’expérience pratique aussi. J’espère que c’est ce que les gens voient dans mes articles pour Arseblog – pas un simple résumé du match mais une analyse extensive des courants du foot actuel.

« […] Quand tu attaques, tu dois pouvoir élargir le jeu, ouvrir le terrain »

Quel serait ton onze de départ sans les blessures ? Tactiquement, quel est ton système favori ?

Je suis un partisan du 4-3-3. Comme Marcelo Bielsa l’a dit (je crois), « le football commence avec deux ailiers ». Cela ne veut pas dire qu’ils doivent essentiellement coller à la ligne de touche, mais quand tu attaques, tu dois pouvoir élargir le jeu, ouvrir le terrain. Pour moi, quand tu vois des dispositifs « pauvres », d’un sens, ça débute ainsi. Parfois, je crois qu’Arsenal souffre de cela parce qu’ils sont plus dans la liberté du mouvement que dans l’idée d’adhérer à un plan tactique défini et détaillé sur papier. Dans le même temps, les bons joueurs lisent plus facilement entre les lignes et quand c’est bien fait, c’est un bonheur à regarder.

Arsenal a eu quelques ennuis à s’accommoder au 4-3-3 (ou 4-1-4-1) soit parce que certains joueurs ont été obligés de jouer hors de leur position, soit à cause du pressing. Pourtant, si tout le monde était disponible, je jouerais en 4-3-3 au milieu, avec Özil qui jouerait plus haut pour faire un 4-2-3-1 en possession de la balle, et qui redescendrait après le pressing quand nous n’en avons pas besoin. Cela veut dire que je mettrais Alexis à gauche, Walcott à droite et Welbeck ou Giroud qui se battraient pour une place devant. J’aimerais voir Alexis dans l’axe, en attaquant libre, ce qui voudrait dire que Chamberlain aurait sa chance (ou mettre Welbeck sur l’aile). Il a cette qualité incroyable qui peut être décisive avec ce surplus de liberté.

En un mot, comment résumerais-tu la philosophie de jeu de Wenger ?

Spontanéité.

Pour toi, où se situe l’urgence pour Arsenal ?

En termes de positionnement, c’est évident : un milieu défensif et un arrière central de grande qualité pour créer une véritable compétition et pouvoir, à terme, remplacer Mertesacker. Arteta est un bon joueur, tout comme Flamini, quoiqu’avec de grosses lacunes qui peuvent ternir leurs prestations dans les gros matchs. Arteta n’a plus les jambes pour revenir derrière mais il est très bon ailleurs, alors que Flamini a tendance à rester trop en position par moment. De plus, ce n’est pas un foudre de guerre en possession de la balle, et j’ai le sentiment qu’un joueur capable de contrôler le milieu de terrain, plus qu’un joueur fort physiquement représente ce que Wenger veut vraiment.

Mis à part le problème des blessures, que manque-t-il à Arsenal pour être un sérieux candidat au titre ?

Nous pourrions nous endurcir tactiquement, en termes de pressing et dans le positionnement en allant vers l’avant. Sur ce dernier point, nous nous sommes un petit entrainé en début de saison avec le 4-1-4-1, quand Özil rentrait vers l’intérieur et que Wilshere, Santi ou Alexis prenait sa position. Il y avait plus d’assurance dans la possession et j’aimerais voir cela plus souvent.

Si un nouveau joueur pouvait “sauver” d’une certaine manière Arsenal, qui serait-ce ? Pourquoi ?

Nous avons besoin d’un milieu de terrain avec un niveau prodigieux. Qui cela pourrait-être ? Je n’en suis pas sûr. Les noms fusent (Schneiderlin entres autres) et ils ont le potentiel mais n’ont pas entièrement prouvés, bien que je pense que parfois Wenger est coupable de “trop de réflexion”. Je me souviens avoir vu Matic à Benfica et me dire qu’il était fantastique, bien qu’il ne soit pas nécessairement un milieu défensif à proprement parler, et pas extraordinaire en termes de création de jeu. A Chelsea il a très bien réussi et m’a prouvé qu’il avait le mental pour s’ajuster. On sait que Wenger est le meilleur pour voir le potentiel des joueurs et donc je pense que s’il ajoute un joueur à l’effectif, il sera d’une grande qualité.

Pour nommer quelques joueurs, William Carvalho, c’est non. Tout comme Gonalons. Cabaye – peut-être en tant que meneur de jeu reculé. Si l’on monte en gamme, Gundogan, Koke ou Vidal serait un rêve mais un tantinet irréaliste. J’aime beaucoup l’allure du jeune défenseur/milieu Rodrigo Caio (qui joue à Sao Paulo) que j’ai vu au Tournoi de Toulon cet été. Il pourrait être un des grands noms à venir.

4

Que penses-tu de Cazorla en position de 8 ?

Je crois que, compte tenu de l’évolution du jeu définie au haut niveau par la possession qui viendrait en duel avec la contre-attaque, les joueurs qui peuvent aller de la défense à l’attaque très rapidement sont la clé, dans n’importe quel système. De ce fait, j’aime beaucoup ce que fait Cazorla dans cette position plus en retrait. Son agilité balle au pied qui l’aide à se sortir de situations dangereuses est un plus, tout comme son habilité à dicter le jeu dans le final-third. Je pense néanmoins qu’on peut lui reprocher un excès d’enthousiasme parfois, quand il redonne la balle à l’adversaire alors qu’il devrait combiner avec un coéquipier avant d’enclencher la passe décisive. Malgré cela, c’est une excellente option en tant que numéro 8.

Alexis a montré toute l’influence qu’il pouvait avoir quand il joue en soutien de l’attaquant, ainsi, penses-tu qu’on devrait favoriser des systèmes tels que le 4-2-3-1/4-4-2 au 4-3-3 pour le mettre dans des dispositions optimales ?

Özil est le meilleur joueur d’Arsenal. Son talent dans ce que j’appelle « l’espace opérationnel » – les petits espaces où l’influence peut-être la plus forte – est sans pareil. Je suppose que dans le 4-1-4-1/4-3-3, son habilité est minée quand il joue dans des positions plus excentrées parce qu’il va de l’extérieur à l’intérieur, quand il devrait plutôt tendre vers l’inverse, de l’intérieur à l’extérieur, pour créer le surnombre et attirer les milieux défensifs adverses hors de leur position. Ce qu’il a de plus qu’Alexis est sa maîtrise dans le final-third. Alexis est excellent quand il faut créer des occasions et se sortir de situations incroyables, c’est pourquoi j’aimerais le voir dans l’axe avec beaucoup de liberté. Alexis, Özil et Walcott pourraient former un trio très exaltant.

A terme, penses-tu vraiment qu’Alexis peut tenir un rôle central ?

Pour moi, Alexis a les 3 ingrédients pour jouer dans l’axe que tous les anciens attaquants d’Arsenal possédaient dans le passé : 1) la spontanéité pour pouvoir faire quelque chose alors que la situation semble impossible ; 2) la qualité nécessaire afin d’étirer et de courir dans le dos de la défense ; 3) il est excellent dans ses dribbles en 1 v 1. Toutefois, il y a un ajustement psychologique qu’il aurait besoin de faire, probablement plus qu’un ajustement physique, puisque les défenseurs ne le lâcheraient pas. Tout au long de sa carrière, Sanchez a généralement eu tendance à jouer face au but, cela dit, c’est un ajustement qu’il devrait faire facilement puisque protéger la balle, se retourner et se défaire du marquage de l’adversaire sont ses forces. En effet, c’est sûrement pour ça qu’il plait tant à Wenger. Comme Henry, que d’autres ne voyaient pas comme un attaquant central (la plupart quand il jouait à la Juventus sous Carlo Ancelotti qui avait admis que c’était un de ses regrets), Alexis est bon en tout et partout, capable de décrocher ou s’excentrer, et ensuite, très rapidement, changer la tournure de l’attaque avec ses qualités de dribble et son explosivité dans les duels. C’est exactement ce qui fait la dynamique d’Arsenal : quand ils ont la balle dos au but, soudainement ils se détachent des joueurs qui les marquent et cherchent à aller de l’avant. Je suis très confiant, Alexis peut jouer dans l’axe pour Arsenal mais à l’heure actuelle, cela mériterait probablement une parfaite configuration pour amoindrir le déséquilibre que nous avons dans l’effectif.

2

Venons-en au cas de Chamberlain. Que devrions-nous faire de lui, en termes de positionnement sur le terrain ? Comme Wenger semble le penser, penses-tu qu’il peut exploser dans l’axe ? Si oui, dans quelles conditions ?

J’aime beaucoup Chamberlain dans une position centrale, du fait de sa capacité à amener la balle de la défense à l’attaque. Le fait est qu’il s’est également illustré en tant qu’ailier, apprenant quand décrocher et quand se faufiler derrière les adversaires. Il sera intéressant de voir comment il va se développer parce que je ne pense pas qu’il y ait eu un meilleur milieu central qu’il est lui-même alors que c’est un ailier traditionnel. Dans les deux cas, sa qualité balle au pied est très dangereuse.

La liberté laissée aux joueurs est-elle suffisamment encadrée ?

Arsenal fait l’exercice suivant, à travers le jeu en situation réelle, dans lequel l’équipe serait alignée dans un match normal mais sans adversaires, de manière à ce que les joueurs puissent mémoriser où leurs coéquipiers sont intuitivement et se passer la balle entre eux. Pour Wenger, l’intérêt principal réside dans l’expressionisme et l’autonomie. Il prêche bien sûr l’importance de la possession mais il doit avoir une raison à garder la balle : la patience est tolérée mais jusqu’à un certain point. Ce qui est nécessaire, c’est d’avoir les bons joueurs pour que ça marche, ce qui peuvent exploiter l’espace le mieux possible. La raison pour laquelle j’ai mentionné cette exercice est parce que cela permet à Arsenal de créer les mouvements qu’ils réussissent le mieux sur le terrain : créer du surnombre (2 v 1, 3 v 2) sur un côté du terrain – le but de Wilshere contre Norwich notamment – et soudainement enchaîner une succession de passes courtes entre les joueurs. C’est la raison pour laquelle je pense qu’Özil est la clé. Peut-être qu’à son retour nous serons plus précautionneux avec la balle, dans le style de Wenger mais avec un but. Globalement, la possession de balle est liée à la « personnalité » : tu as besoin d’avoir la balle et parfois, je pense que les joueurs d’Arsenal sont trop ancrés dans l’idée de vouloir donner une impression « stylistique » – jouer rapidement quand cela demanderait de ralentir le jeu parfois, puis d’un coup repartir. Cela-dit, il y a peu d’équipes qui se créent des occasions mieux qu’Arsenal cette saison. Les statistiques montrent que nous avons une très bonne qualité dans ce domaine, globalement.

« Le vrai problème vient du milieu, de la manière dont il est soutenu. »

Dans quelle position penses-tu que Chambers serait le meilleur, à terme ?

Défenseur central. Son jeu au pied est assez bon pour jouer au milieu (j’aime beaucoup le petit jeu de jambes qu’il fait pour se débarrasser de ses adversaires, faisant passer la balle d’un pied à l’autre rapidement) mais il n’est peut-être pas assez direct. Il est parfois impétueux, ce dont je pense il corrigera. Dans quelques temps, nous verrons probablement une défense Chambers-Koscielny, ce qui ressemblerait au choix de Wenger avec Toure et Campbell, par rapport à leur puissance. Les deux sont très forts pour intercepter les passes – ils utilisent leur tête plutôt que leurs muscles.

3

Si tu devais associer Giroud et Welbeck sur le terrain en même temps, comment t’y prendrais-tu ?

Il y a une impression qui sommeille en moi : Welbeck est trop « gentil » pour mener notre attaque cette saison. Je pense qu’avec le temps, il ajoutera de la puissance, de l’énergie à son jeu… c’est difficile à décrire réellement. En fait, c’est l’habilité à poser votre emprunte sur le jeu à travers une présence, une personnalité autant que l’habilité à bien jouer, d’ailleurs. Je pense que pour le moment, il est bien à gauche. C’est typiquement une tactique de Wenger : le faire jouer dans une position plus étroite pour apprendre à valoriser l’espace de manière à ce que quand il se déplace au milieu, il comprenne comment utiliser les ailes, les trous de souris. Récemment, il a dit que c’était très exactement en-cela qu’il devait progresser.

Devrait-on revenir à un bloc plus défensif comme la saison passée ?

Il y a de bons arguments qui vont dans ce sens mais je pense qu’avec des joueurs comme Giroud, Welbeck et Alexis qui mènent l’attaque, c’est presque naturel de les laisser harceler l’adversaire. Le vrai problème vient du milieu, de la manière dont il est soutenu. Nous devons resserrer le jeu sur les milieux adverses pour qu’ils ne puissent pas facilement envoyer de bons ballons dans l’espace alors que la défense doit à son tour remonter à ce moment-là. Il y a beaucoup de consignes à inculquer et peut-être que pour Arsène Wenger, il serait judicieux de contenir l’intensité et de défendre 10 mètres plus bas devant et laisser la balle aux arrières centraux car en Premier League, tu peux facilement être contourné par les longues passes. Dans le même temps toutefois, un football efficace basé sur la possession est soutenu par un pressing structuré, il y a donc du sens à persister et à continuer de travailler à l’entrainement sur un modèle de pressing « lourd ».

Penses-tu qu’Arsenal devrait se diriger vers un milieu défensif « pure » (du type de Jedinak) ou un joueur légèrement plus technique ?

C’est une bonne question et jusqu’au moment où nous verrons un enforcer comme Wanyama ou Jedinak jouer pour Arsenal, l’interrogation demeurera. Je préfère un controller parce que notre jeu est basé sur la supériorité technique et cela a du sens de faire de notre plus grande force quelque chose d’encore meilleure. Malheureusement, il n’y a pas beaucoup de bons joueurs à ce poste capable de tout contrôler et d’être efficace dans les tacles et les duels (du type de Xabi Alonso) – c’est souvent l’un ou l’autre, c’est pour cette raison que vous avez besoin d’équilibre dans votre équipe.

Pour finir, on entend beaucoup parler de Thierry Henry ces derniers temps. Le vois-tu devenir entraineur un jour ? Potentiellement à Arsenal ?

J’imagine très bien Henry en tant que manager, ça c’est sûr, mais nous allons devoir observer comment sa philosophie du foot se développe. J’ai adoré son rôle au New York Red Bulls, il jouait comme le faisait Cruyff sur l’aile gauche. Il dirigeait les joueurs, où ils devaient se placer et courait partout sur le terrain pour chercher la balle. Il semblerait qu’il ait gardé l’influence de son temps à Barcelone et c’est une excellente chose.

N’hésitez pas à réagir ci-dessous, si des remarques ou des interrogations vous titillent, le service traduction (fait par moi) se porte volontaire pour faire parvenir les questions et encourager l’échange.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s