Leicester City, en quête de stabilité


Gary Lineker, Steve Walsh, Peter Shilton. Ces noms vous disent forcément quelque chose, et rappelle les grandes légendes passées par Leicester. Un club historique, fondé en 1884, qui vient de retrouver l’élite après dix saisons passées dans les étages inférieurs d’Angleterre. Si le club a connu des années difficiles, il mise aujourd’hui sur la stabilité afin de retrouver une certaine crédibilité, perdu il y a près de 15 ans.

 .

Des bases conservées

102 points (31 victoires, 9 nuls et 6 défaites), 83 buts marqués et 43 encaissés : voilà le bilan qui a permis à Leicester d’être sacré championnat de Championship l’an dernier, sans contestation possible. Finissant avec un matelas confortable de 17 points d’avance sur les barragistes, Leicester a pu préparer sereinement sa montée en Premier League et a réussi un mercato plus qu’intéressant pour un promu.

En effet, le club n’a perdu aucun de ses joueurs cadres durant la période estivale. Les attaquants David Nugent (46 matchs 20 buts) et Jamie Vardy (37 matchs, 16) ainsi que la recrue du mercato hivernal Riyad Mahrez sont restés au club, tout comme le français Anthony Knoackaert (42 matchs). L’ancien guingampais pourra également compter cette saison sur ses acolytes Drinkwater (45 matchs), Schlupp (26 matchs), Hammond (29 matchs) et King (30 matchs), et sur sa ligne défensive également restée fidèle à Leicester : De Laet (36 matchs), Morgan (45 matchs), Konchesky (31 matchs) et Moore (30 matchs). On oubliera pas de mentionner Kasper Schmeichel, fils de Peter (emblématique gardien de Manchester United), international Danois qui garde les cages de Leicester depuis 2011 (110 matchs).

Une ossature préservée, et un mercato  en totale opposition avec celui de QPR, autre promu qui a choisi de recruter à tout va et de dépenser énormément pour s’installer parmi l’élite. La seule recrue pour laquelle Leicester a du sortir le portefeuille (10M€) est un buteur provenant de League One : José Lenonardo Ulloa, auteur de 14 buts en 35 matchs l’an passé avec Brighton & Hoves. Cette recrue est accompagnée par l’arrivée de l’expérimenté Cambiasso, libre de tout contrat avec l’Inter Milan. Un recrutement intelligent, qui va permettre à des jeunes arrivés en prêt (Lawrence et Nick Powell en provenance de Manchester United notamment) d’acquérir de la maturité, nécessaire pour évoluer parmi l’élite.

Côté départ important, seul Loyd Dier, en fin de contrat, a quitté le club pour rejoindre Watford. L’équipe type alignée depuis le début de saison est donc composée de 10 joueurs présents l’an dernier, plus Ulloa titularisé au côté de Nugent. Le résultat est saisissant : les joueurs présents cette saison représentent 94% des minutes jouées l’an dernier !

Capture d’écran 2014-09-10 à 17.49.31

Un effectif homogène et qui a des automatismes, le tout coaché par un entraineur qui connaît bien la maison : Nigel Pearson. Cet ancien défenseur à la carrière très modeste (Shrewbury Town, Sheffield Wednesday, Middlesbrough) a pris une première fois les rennes du club entre 2008 et 2010, et a notamment remporté la League One (troisième division), permettant au club de retrouver la Championship dès la première saison. Il quitte le club en 2010 pour rejoindre Hull City, après avoir réalisé un beau parcours avec le club en terminant cinquième de Championship. Une saison plus tard, il revient à Leicester et va permettre au club de progresser chaque saison afin de retrouver sereinement la Premier League (9ème en 2012, 6ème en 2013 et 1er l’an dernier). Un entraineur patient et stable, à l’image des ambitions du club.

.

Un début de saison prometteur

Après trois matchs de championnat, il est difficile de juger le réel potentiel d’une équipe. Néanmoins lorsque l’on est promu, que l’on rencontre Arsenal, Chelsea et Everton et qu’on s’en sort avec deux points en trois matchs, on ne peut considérer que le début de saison est prometteur. Face à Everton, Leicester a fait preuve d’une grande force mentale, trouvant les ressources pour égaliser à deux reprises (Ulloa 22eme et Wood à la 86eme). Un résultat plutôt logique dans un match où Everton a eu le ballon mais n’a cadré qu’à trois reprises, tout comme Leicester.

Le match à Stamford Bridge a été plus compliqué pour les hommes de Nigel Pearson. Concrètement, la stratégie affichée était de bien défendre, et de ramener un point. Une stratégie qui a fonctionné jusqu’à l’heure de jeu et l’ouverture du score d’Eden Hazard, avant que Diego Costa ne tue le suspense a 10 minutes du coup de sifflet final. Une défaite méritée, Leicester ne montrant aucune volonté d’attaquer et ne tirant qu’une fois au but.

Mais ce match a peut être servi de leçon à cette équipe. Face à Arsenal, on a pu voir un tout autre visage proposé par Nugent et ses coéquipiers. Vingt premières minutes à l’avantage des Gunners, qui profitent d’un mauvaise alignement de la défense de Leicester, et d’un écrèment défensif pour ouvrir le score par Alexis après un râté de Sanogo. Dans la foulée, les Foxes vont égaliser par l’intermédiare de Ulloa, auteur de son deuxième but de la saison, grâce à un bon centre de Schlupp. Par la suite, Leicester va montrer beaucoup d’envies et se montrer dangereux par Mahrez (46ème), et surtout par Ulloa qui va éliminer Chambers dans la surface et frappe juste à côté du poteau d’un Szczesny battu (52ème). En toute fin de match, c’est le nouvel entrant Vardy qui va profiter d’une contre-attaque pour se montrer dangereux mais va trouver les gants du gardien polonais. Un match nul encourageant qui aurait  pu se transformer en victoire pour les Foxes. Encourageant.

.

Même si il est difficile de juger le réel potentiel d’une équipe après trois matchs, Leicester semble armé pour se maintenir cette saison. Avec un effectif qui a des automatismes, qui a réalisé un superbe exercice l’an dernier et les arrivées de joueurs talentueux et expérimentés, la mayonnaise a de quoi prendre. Et offrir à cette équipe la possibilité de rentrer à nouveau dans une nouvelle ère : celle de la stabilité au plus haut niveau.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :