Réflexions sur le début de saison d’Arsenal


La période des transferts (enfin) terminée, nous allons pouvoir reparler de football. Arsenal a été relativement actif sur le marché des transferts et chacune des recrues (à l’exception de Welbeck, naturellement) a déjà pris part à la compétition. Malgré un niveau de jeu médiocre, Arsenal ne s’en sort pas si mal en termes de résultats : sur 6 matchs joués, 3 victoires et 3 matchs nuls. Comme l’année dernière, l’équipe éprouve plus de difficultés à l’extérieur – 3 matchs nuls contre Besiktas, Everton et Leicester. Arsenal s’est également qualifié pour la phase de groupe de la Ligue des Champions pour la 17e année consécutive en sortant non sans mal le club de Besiktas. Après ce premier mois de reprise bouclé, je vous propose de revenir sur les quelques enseignements que l’on peut pointer du doigt par rapport à une entame en dents de scie.

  • Une mutation tactique en 4-3-3/4-1-4-1 qui ne prend pas
  • Mertesacker et l’incompatibilité qui se révèle au grand jour
  • Sanchez, son rôle et sa force
  • Chambers et son apport offensif
  • Un pressing inefficace et désorganisé
  • Un effectif globalement qualitativement convenable mais quantitativement déséquilibré

Une mutation tactique en 4-3-3/4-1-4-1 qui ne prend pas

Arsenal 4-1-4-1

Arsenal a évolué en 4-2-3-1 pendant des années, ce système qui semblait convenir parfaitement à Wenger et à ses joueurs était devenu une constante. Or, en ce début de saison 2014/2015 nous avons vu une évolution tactique : les Gunners sont passés en 4-1-4-1/4-3-3 selon les phases de jeu. Un choix assez cohérent dans la mesure où Mesut Özil, meneur de jeu indiscutable, n’était pas disponible (les Allemands champions du monde sont revenus plus tardivement que les autres joueurs de la Coupe du Monde). Toutefois, Wenger a semble-t-il décidé de renouveler ce système qu’on pensait temporaire malgré le retour d’Özil.

Ce système pose problème pour plusieurs raisons : d’abord, il repositionne Özil sur l’aile ce qui le restreint indéniablement dans tout ce qu’il entreprend. Moins tranchant, beaucoup plus en difficulté, l’animation offensive des Gunners en pâtie. Bien que plus influent sur l’aile droite puisqu’il peut repiquer dans l’axe, ce rôle excentré ne lui convient pas du tout. De plus, ce dernier étant excentré sur l’aile, il n’est plus une des premières rampes de lancement sur les contres. Sa qualité de passe et son sens du jeu était un des principaux atouts d’Arsenal sur ces phases. L’aspect défensif du jeu est loin d’être une priorité pour lui, et ce rôle l’oblige à le faire, ce qui expose bien plus Arsenal.

Aussi, le jeu offensif d’Arsenal ne trouve plus sa fluidité d’antan. C’est un problème récurrent et ce système se voulant ordonné apparait comme totalement désorganisé : dans le final third il y a embouteillage. Les automatismes manquent aux joueurs et chacun veut apporter sa touche dans la construction. L’axe est particulièrement bouché puisque chacun tente de se mêler du jeu dans ce secteur. Les 4 joueurs de la ligne de « 4 » du milieu de terrain sont des joueurs d’axe que ce soit Ramsey, Wilshere, Özil ou Sanchez (ou Cazorla quand il joue à gauche).

Cependant, ce système n’a pas que des désavantages et a même trois avantages majeurs. Premièrement, le surplus de liberté pour Ramsey qui lui autorise plus de projections vers l’avant. Deuxièmement, il permet de faire jouer Wilshere à un poste qui lui convient, basiquement en numéro 8, devant un milieu défensif pour le mettre le plus à l’aise possible. Enfin, il expose moins Flamini/Arteta qui tiennent le rôle de milieu à vocation défensive plus en retrait derrière la doublette britannique Wilshere/Ramsey (la possibilité d’avoir cette association est un des objectifs prépondérants de cette organisation).

Très simplement, les joueurs derrière l’attaquant de pointe (Giroud ou Sanogo récemment) sont très libres et se comportent de manière désordonnée – qui peut être une force pour faire mal à l’adversaire mais aussi une contrainte dans la construction. Wenger a toujours accordé une grande confiance à ses joueurs et c’est ce qu’il fait ici, en termes de déplacements (permutations, courses). C’est en cela que le système n’est pas efficace, il n’y a pas vraiment d’organisation à proprement parler comme nous l’avons mentionné auparavant.

Mertesacker et l’incompatibilité qui se révèle au grand jour

Illustration du positionnement aléatoire de Mertesacker qui se retrouve beaucoup trop haut et excentré sur l'aile droite contre Besiktas.
Illustration du positionnement aléatoire de Mertesacker qui se retrouve beaucoup trop haut et excentré sur l’aile droite contre Besiktas.

Arsenal a perdu deux éléments défensifs cet été : son capitaine, Thomas Vermaelen parti vers le FC Barcelone (qui n’avait plus qu’un rôle secondaire) et surtout, Bakary Sagna, certainement le défenseur le plus constant du club depuis son arrivée. Sagna était un guerrier et au-delà de ses qualités défensives sur son côté, il apportait énormément de soutien à Mertesacker dans l’axe. Avec l’arrivée de Debuchy pour le remplacer, la donne n’est plus la même : le profil des deux joueurs est opposé. Debuchy attaque beaucoup, se projette vers l’avant mais ses errances défensives sont évidentes. Par incidence, Mertesacker se retrouve beaucoup plus exposé.

Cette exposition saute aux yeux et n’est pas souhaitable pour Arsenal. Le club qui adopte un style de jeu relativement haut sur le terrain, n’est pas compatible avec le défenseur allemand et vice-capitaine du club. Souvent pris dans son dos, il n’a aucune chance face à des adversaires vifs et une fois qu’il est dépassé, le verrou saute. Il tente régulièrement d’anticiper, en jouant plus haut mais se retrouve totalement hors de position ce qui met en danger la défense d’Arsenal. Les appels adverses dans son dos sont tous victorieux puisqu’il ne peut pas les suivre et son positionnement est presque aléatoire sur certaines phases de jeu.

Il est intéressant de noter que contre Leicester, en cours de rencontre, Chambers et Mertesacker ont permuté. Mertesacker a terminé la rencontre (et la majorité de la seconde période) axe gauche de la défense centrale.

Sanchez, son rôle et sa force

« Alexis » est arrivé en provenance de Barcelone pour une somme avoisinant les 40M€ et au-delà de ses qualités offensives, ce sont ses qualités défensives qui ont le plus frappées les supporters d’Arsenal. « Ce joueur est un chien fou » ai-je pu lire ici et là. En effet, Sanchez se bat sur chaque ballon, ne lâche jamais rien. Le contraste entre lui et d’autres joueurs dans le pressing est consternant. Il semble avoir une endurance infinie qui sert parfaitement Arsenal. Néanmoins, son rôle premier est bel et bien de marquer des buts ou plus exactement de faire marquer les autres.

Alexis Sanchez est un joueur polyvalent, et c’est pour cela que Wenger a saisi l’opportunité de l’enrôler. Ce dernier a d’ailleurs précisé qu’il l’avait acheté pour jouer en pointe, toutefois, il est difficile de le cantonner à ce rôle. C’est un joueur extrêmement libre dans ses déplacements, il ne cesse de bouger pour se démarquer et proposer une solution tangible au porteur du ballon.

Mais malgré ses deux buts de « renard des surfaces » avec Arsenal, Alexis n’est pas un serial buteur (il a des statistiques flatteuses, je le conçois) : il fait briller les autres par son intelligence de jeu. Il est difficile de l’imaginer jouer en pointe dans un système basé autour d’un point d’appui comme Olivier Giroud, qui joue essentiellement en remise d’où la nécessité d’avoir du soutien sur les seconds ballons.  Sur l’aile, Alexis permute beaucoup avec Özil ou Cazorla et se retrouve souvent libre et disponible pour recevoir le ballon.

Des doutes persistent sur sa capacité à tenir à lui seul la ligne d’attaque, mais il y a peu de chance que Wenger chamboule son système pour l’associer à un deuxième attaquant. Alexis aura un temps de jeu conséquent et vadrouillera entre l’aile droite et la place d’attaquant de pointe selon les disponibilités. Il offre un style différent à Arsenal du fait de sa palette de qualités très variées (et complète, la palette !).

Chambers et son apport offensif

Arrivé de Southampton à la suite de la grande braderie ayant eu lieu dans le club du sud de l’Angleterre, le latéro-central-milieu défensif s’est immédiatement adapté et a surtout montré une confiance digne d’un joueur international. Néanmoins, cette confiance plus que surprenante pour un jeune n’ayant alors disputé qu’une vingtaine de matchs de Premier League à son arrivé, associée à un manque d’expérience certain, ont pu faire penser que le jeune anglais était exempt des nombreuses étapes de développement d’un joueur et être déjà un joueur accompli. Que nenni, ses erreurs d’inattention/d’analyse encore ce week-end contre Leicester sont la preuve du chemin qu’il reste à parcourir au néo-international. De même, il a déjà pris 2 cartons jaunes en 3 matchs de Premier League disputés et ils sont preuve que le joueur a encore besoin d’apprendre à mieux analyser les situations et à mieux se connaître à un poste qu’il n’a que très peu connu auparavant.

Cette confiance et on peut même parler d’audace est malgré tout aussi l’atout majeur du joueur, il n’hésite pas à aller au duel physique (2,3 tacles/match en PL). Par ailleurs, c’est surtout balle au pied que sa confiance se révèle, étant ainsi capable d’enchaîner passes entre les lignes et diagonales pour les latéraux. De même il n’hésite pas à se montrer entreprenant par des montées (notamment lors de l’Emirates Cup alors que c’était simplement ses débuts), se rappelant à son passé de latéral, et alors couvert par Koscielny et Arteta (au bénéfice du 433 limitant la zone d’influence du basque).

Sa volonté d’aller de l’avant traduit par sa confiance est un point important dans son adaptation et son apport à Arsenal, avec ici un défenseur sur la bonne voie pour pouvoir assurer une ligne défensive haute (même s’il reste comme vu ci-dessus des failles dans son jeu) et surtout plus que compatible avec le taulier de la défense des Gunners qu’est Laurent Koscielny.

Partie rédigée par Nico que vous pouvez retrouver ici @Nico_Highbury

Un pressing inefficace et désorganisé

L'organisation de "base" d'Arsenal en 4-1-4-1.
L’organisation de « base » d’Arsenal en 4-1-4-1.

Qui dit liberté offensive dit désorganisation tactique. C’est en tout cas le scénario des Gunners. Les joueurs, avec un maximum de liberté, se retrouvent « éparpillés » sur le terrain, chacun dans une position qu’il juge la plus propice pour faire la différence. Ainsi, le positionnement des joueurs n’est pas optimal pour mettre en œuvre un pressing efficace.

Typiquement, il n’y a pas une véritable organisation pour le pressing, mais diverses volontés individuelles. Plusieurs joueurs tentent de mener « une révolte » : Ramsey et Sanchez notamment. Mais le bloc ne presse pas ensemble, le fameux travail « as a unit » n’est en aucun cas d’actualité – ou alors sur de très courtes périodes de temps, en début de match, par exemple, comme si les joueurs se décourageaient. Cependant, Wenger a montré qu’il voulait reprendre tout ce travail avec beaucoup de volonté. A condition que les joueurs usent de leur intelligence et suivent les instructions du coach, il pourrait y avoir des améliorations importantes et peut-être enfin un effort coordonné et efficace.

Un effectif globalement qualitativement convenable mais quantitativement déséquilibré

Le mercato est toujours une période animée pour Arsenal, que ce soit par rapport au nombre indécent de rumeurs ou entre les supporters. Dans les faits, Arsenal a recruté 5 joueurs : Chambers, Debuchy, Alexis, Ospina et Welbeck. Pour faire simple, les départs ont été compensés : Vermaelen par Chambers et Sagna par Debuchy. Jenkinson a été prêté et nul doute que Bellerin sera rapidement promu en équipe première pour servir de back-up. De plus, la polyvalence de Chambers lui permet de jouer arrière droit, arrière central et même milieu défensif (une position qu’il aura certainement l’occasion de tenir cette saison). Il n’en demeure pas moins, qu’en tout et pour tout, Arsenal ne dispose que de 6 défenseurs dans son effectif (Gibbs, Monreal, Koscielny, Mertesacker, Chambers, Debuchy – en attendant Bellerin, qui n’a que 19 ans et très peu de matchs professionnels dans les jambes). Un secteur très juste donc, d’autant plus que malgré un début de saison prometteur, Chambers est très jeune et peu expérimenté.

Mais la principale interrogation concerne le milieu de terrain. Avec Arteta blessé, Flamini est le seul joueur capable de tenir « légitimement » le rôle de milieu de terrain en retrait, de type défensif. Cela n’est pas suffisant, et c’était déjà le cas l’année dernière. Flamini est un bon joueur, qui se bat sur le terrain (avec un petit peu trop d’entrain parfois) mais reste limité. A l’inverse, Arteta n’a plus le physique pour tenir une saison entière à son meilleur niveau. D’où certainement l’idée de Wenger de passer en 4-1-4-1 pour protéger au maximum le back-four.

Offensivement, il y a des options. Les postes de « 10 » et « 8 » sont largement pourvus. Il reste la question de l’attaquant de pointe : avec Giroud blessé jusqu’à l’aube de l’année 2015, il n’y a que Sanogo et… désormais Danny Welbeck comme solution. Evidemment, Sanchez, Walcott voire Campbell peuvent tenir ce rôle, mais ce n’est pas à proprement parler leur position. D’ailleurs, le rôle que Wenger souhaite confier à ce dernier n’est pas connu, il n’a joué que quelques minutes depuis le début de saison. Et puis il y aussi le vrai faux-départ de Podolski : le tout récent champion du monde aurait dû partir, mais la blessure de Giroud a tout chamboulé, pour qu’il reste finalement au club.

Il est difficile d’émettre des jugements clairs sur la saison à venir des Gunners. Il est préférable d’attendre avant de juger, mais beaucoup de questions (et d’incompréhensions) demeurent quant à ce mercato estival que la majorité des supporters juge incomplet. A suivre.

Jeremy Docteur

Advertisements

2 réflexions sur “Réflexions sur le début de saison d’Arsenal

  1. Défense en zone, ce n’est pas une question de libertés offensives. On l’a vue sur les buts dans quasi chaque rencontre, même sur coup de pied arrêté, Alexis qui lâche son joueur, Özil qui fait de même et ne poursuit pas le joueur jusqu’au bout, le soucis c’est que dans ce type de marquage nos joueurs semblent hésiter dans leur positionnement, ce moment d’hésitation nous a coûté 2 buts. Mais je pense surtout que le manque d’un joueur comme Giroud devant, laisse peu de possibilité au système offensif qui se base sur un joueur de soutien voir pivot, les attaquant restants n’ayant pas du tout ce profile ou l’expérience. L’arrivée de Welbeck (que l’on veuille ou non) va changé la donne, bien sûr ne pas juger de suite sur le prochain match, car City reste d’un autre niveau, prenable mais très difficile.

  2. Je pense qu’Arsenal surprendra la planète foot si ce nouveau système marche comme Wenger le veut exactement. C’est vrai qu’on peut voir jusqu’à maintenant les lacunes de ce système par rapport au système 4-2-3-1 de l’année dernière. On a vu sur plusieurs match un flamboyant Arsenal grâce à cette organisation mais aussi de grosses raclés à cause de ce même système. Je pense que si ce système arrive à fonctionner Arsenal sera inarrêtable, bien évidemment à cause du talent de ces milieux et de ces attaquants.
    Sur le long terme ce système est le mieux pour Arsenal et les raisons ne manquent pas. L’une d’elle c’est « le cas Jack Wilshere ». Si Wenger ne fait pas muter son 4-2-3-1 traditionnel Wilshere se trouvera certainement sur le banc ce qui inimaginable dans l’esprit de Wenger et je pense qu’il a raison. Jack Wilshere est un joeur avec un talent fou, même si pour l’instant il peine trop sur plusieurs aspects du jeu qui font qu’il n’est pas le joueur de top-niveau qu’on pensait. Je pense que ca venir avec le temps, c’est bizarre en même temps de voir que Ramsey a franchi des paliers aussi vite pour devenir un joueur top-niveau alors que Wilshere traine encore depuis des années. Même si c’est un peu sévère de dire que Jack Wilshere n’a pas trop évolué en tant que joueur depuis 4 ans, mais la triste vérité est que ce n’est pas complètement faux.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s