Des problèmes actuels d’Arsenal : Part 1


DES PROBLÈMES ACTUELS D’ARSENAL

Alors que les hommes d’Arsène Wenger proposent aux observateurs des performances en dents de scie, les blessures n’épargnent pas Arsenal. Le manager français se voit dans l’obligation de revoir ses plans, quasiment de match en match. Après plusieurs revers, Arsenal a vu son voisin londonien, Chelsea, s’échapper en tête du classement et s’est même fait rejoindre au classement par les Reds de Liverpool. De son côté, Manchester City compte 2 points de moins qu’Arsenal, mais avec deux matchs à rattraper (et un troisième sur Chelsea).

Si la première partie de saison des Gunners était presque parfaite, la deuxième partie de saison s’annonce plus compliquée. Pourtant, Arsenal nous a régulièrement habitué à finir ses saisons en boulet de canon. En football, tout va très vite et il serait aller un peu vite en besogne que de dire que le titre de champion d’Angleterre n’est plus d’actualité pour Arsenal. Néanmoins, les Gunners vont devoir faire une fin de saison sans la moindre impasse malgré un chemin parsemés d’embûches.

Pour expliquer cet « épuisement » dans les rangs d’Arsenal, il est possible de passer en revue quelques éléments qu’Arsenal serait bien malin de corriger pour se donner le maximum de chance de réussite. Loin de moi l’idée d’élucubrer sur ce qu’aurait dû faire ou pas, Arsène Wenger lors du dernier mercato, je préfère me concentrer davantage sur l’effectif actuellement disponible. Ce dernier qui a montré qu’il avait atteint un stade de maturité très encourageant en première partie de saison, semble s’essouffler après avoir vu ses adversaires reprendre le dessus.

Je vous propose, à travers différents épisodes, de revenir sur certains points qui influent sur les résultats d’Arsenal à l’heure actuelle. La première partie de notre dossier sera consacrée à la défense et tout ce qui en découle.

dpada

PART 1 : LE PRESSING, LA RIGUEUR ET LA (‘IND) DISCIPLINE DÉFENSIVE

En prenant les trois derniers matchs d’Arsenal qui nous serviront de référence, je vous propose de revenir sur les thèmes énoncés ci-dessus. Avant de débuter, précisons que pour My Premier League, cet article va reprendre un nouveau « concept » explicatif : je vais directement me servir de « screenshots » de match pour illustrer mes propos. Ainsi, l’image et l’explication seront associées par un lien direct. Par ce biais, j’espère rester concis et dans le souci de bien faire, fournir une démonstration qui, je l’espère, sera la plus complète et claire possible.

Arsenal v Sunderland

vlcsnap-sunderland (1) vlcsnap-sunderland (2) vlcsnap-sunderland (3) vlcsnap-sunderland (4) vlcsnap-sunderland (5) vlcsnap-sunderland (6)

Stoke City v Arsenal

vlcsnap-stokecity (2) vlcsnap-stokecity (3) vlcsnap-stokecity (4) vlcsnap-stokecity (5) vlcsnap-stokecity (7) vlcsnap-stokecity (8) vlcsnap-stokecity (9) vlcsnap-stokecity (10)

Arsenal v Everton

vlcsnap-everton (1) vlcsnap-everton (2) vlcsnap-everton (3) vlcsnap-everton (4) vlcsnap-everton (5) vlcsnap-everton (6) vlcsnap-everton (7) vlcsnap-everton (8)

Conclusion:

– En ce qui concerne le pressing, Arsenal est beaucoup plus efficace lorsque celui-ci est coordonné et réfléchi. Les joueurs ont montré beaucoup de bonnes choses: nous aurious pu revenir sur les 10 premières minutes contre le Bayern en plus des différentes illustrations ci-dessus. Le pressing doit être rapide et haut sur l’équipe adverse. Arsenal se montre tranchant lorsque la première relance subit une pression. A l’instar de Rosicky, le bloc entier doit avancer et travailler dans une même direction. Bien sûr, c’est un travail sur la durée, mais Wenger semble vouloir adopter le modèle de pressing affiché contre Everton.

– Depuis quelques matchs, la rôle d’Arteta évolue – une nouvelle fois, il s’enrichit. Au fil des matchs, nous découvrons de nouvelles facettes de son jeu. Dernière évolution en date, la volonté de Wenger qu’Arteta presse haut dans le but d’embêter les CM adverses et de réduire leur influence au néant. Ainsi, le Basque joue plus haut sur le terrain comme ce fût le cas ce weekend, notamment.

– Si la paire Arteta/Flamini n’a globalement que fonctionné deux fois (contre Naples à l’Emirates et ce weekend contre Everton), les différents ajustements opérés par Wenger ont vraisemblablement corrigé le tir.

– Le travail de Flamini est indispensable à Arsenal. Suivant l’adversaire, Wenger adapte son « double-pivot » (qui, souvent, évolue en d’autres dispositifs sur le terrain) et varie entre Arteta et Flamini (la plupart du temps aux côtés de Wilshere). Dans le cas où Flamini est aligné, son costume de « travailleur de l’ombre » apporte de la stabilité au bloc d’Arsenal. Il rééquilibre le jeu par son repositionnement en guise de compensation dans l’axe de la défense, où il est souvent le « 3e DC ».

– Si l’apport offensif de Gibbs (comme Monreal d’ailleurs) lui permet de réaliser une bonne saison, Arsenal souffre parfois de ses lacunes défensives. L’Anglais, ailier repositionné comme latéral, a tendance à laisser beaucoup d’espace dans son dos et oblige un des deux CM et/ou Koscielny (généralement axe gauche de la défense) à venir couvrir ses errances. Le côté gauche est régulièrement délaissé, notamment sur les contre-attaques adverses.

– Le retour de Ramsey va faire beaucoup de bien à Arsenal. Même s’il ne retrouve pas immédiatement son tout meilleur niveau, ses qualités athlétiques et sa volonté sur le terrain manquent à Arsenal. Le Gallois met beaucoup d’énergie dans le pressing, très endurant, il permet de récupérer un nombre impressionnant de ballons (il devrait être de retour pour affronter Tottenham).

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s