Arsenal 0-2 Bayern : la démonstration de Guardiola


Comme l’année passée, le Bayern Munich et Arsenal se rencontrent en huitièmes de finale de Ligue des Champions. Les Gunners, forts d’un beau succès face à Liverpool en FA Cup, reçoivent des Bavarois plus que jamais leaders en Bundesliga mais toujours privés du récent troisième au classement du Ballon d’Or, Franck Ribéry. Et comme l’année passée, l’issue fut identique puisque ce sont les hommes de Pep Guardiola qui se sont imposés hier soir, bien aidés par l’expulsion de leur gardien Szczęsny et par le penalty manqué de Mesut Ozil, et ce malgré le bon début de match des Londoniens.

Les effectifs

Première surprise de la part d'Arsenal avec la titularisation de Yaya Sanogo à la pointe de l'attaque. Alex Oxlade-Chamberlain débute sur le côté droit.
Première surprise de la part d’Arsenal avec la titularisation de Yaya Sanogo à la pointe de l’attaque. Alex Oxlade-Chamberlain débute sur le côté droit.
Si l'image montre le contraire, c'est bien Robben qui remplace Ribéry à gauche. Gotze passe à droite. Thiago Alcantara accompagne Toni Kroos au milieu de terrain.
Si l’image montre le contraire, c’est bien Robben qui remplace Ribéry à gauche. Gotze passe à droite. Thiago Alcantara accompagne Toni Kroos au milieu de terrain.

Arsenal : des débuts encourageants

A la surprise générale, ce sont les Gunners qui dominent en début de match. Les hommes d’Arsène Wenger gardent le ballon durant les 10 premières minutes, et les décrochages de Wilshere, Sanogo ou Cazorla ont parfois gêné les Bavarois et emmené le danger sur le côté droit, où ils se sont régulièrement trouvés en surnombre, se créant notamment une belle occasion par l’ancien Auxerrois Yaya Sanogo.

Sans titre-4

Tout se passait a priori à merveille pour Arsenal en ce début de match. Flamini, toujours précieux dans l’entrejeu, a libéré Wilshere, qui a beaucoup joué vers l’avant. Sanogo est souvent revenu presser Javi Martinez, positionné devant la défense munichoise. Cette domination a logiquement offert quelques occasions de marquer pour les rouge et blanc, comme ce penalty obtenu par l’international allemand Mesut Ozil (8ème minute)

Le Bayern prend l’ascendant

Malheureusement pour ses coéquipiers et ses supporters, l’ancien meneur de jeu du Real Madrid a échoué devant un excellent Neuer. C’est à ce moment là que les Bavarois ont repris le dessus sur leurs adversaires, exploitant les faiblesses récurrentes des Gunners. Le Bayern reprit possession du ballon, sublimé par un excellent Toni Kroos, auréolé d’un taux de réussite de passes de 97 %.

Sans titre-6

Pourtant, Arsenal restait discipliné; le double pivot composé de Jack Wilshere et de Mathieu Flamini n’a cessé de presser leurs adversaires directs, à savoir Thiago et Kroos, même quand ceux-ci venait apporter du soutien dans leur partie de terrain.

Quand le Bayern a le ballon, chaque joueur marque son adversaire direct. Flamini et Wilshere ne lâchent pas Thiago-Kroos. Et pourtant, le Bayern trouvera la faille en passant par le côté qui a fait toute la différence hier : le côté droit.
Quand le Bayern a le ballon, chaque joueur marque son adversaire direct. Flamini et Wilshere ne lâchent pas Thiago-Kroos. Et pourtant, le Bayern trouvera la faille en passant par le côté qui a fait toute la différence hier : le côté droit.

Bayern Munich, à droite toute

C’est alors que le Bayern a commencé à jouer sur le côté droit, le côté faible d’Arsenal. Et c’est sur ce côté que le match a été remporté. Un joueur symbolise ce qui deviendra la clé de la défaite londonienne : Mesut Ozil, visiblement marqué par son penalty manqué quelques minutes plus tôt, comme en témoigne son étonnante passe dans le vide à destination d’un adversaire. L’Allemand n’a que très peu défendu sur Lahm, le laissant régulièrement partir dans son dos et systématiquement seul, excentré sur le flanc droit. Le capitaine Bavarois a apporté le surnombre sur son côté, bien aidé par les déplacements de Mario Gotze qui a très souvent déstabilisé l’arrière-garde d’Arsenal par ses appels en profondeur. Et si l’on rajoute les montées de Kroos et Thiago vers l’avant et le passage d’Arjen Robben à droite, c’est pratiquement toute l’équipe qui a tenté d’étouffer les Gunners dans cette zone du terrain. Avec le non-repli défensif d’Ozil et la sortie de Cazorla plus tard, Arsenal a tendu le bâton pour se faire battre et c’est là qu’ils ont concédé la plupart de leurs occasions.

Sans titre-7

Sans titre7

Les passes d'Arjen Robben en première mi-temps. Le graphique montre clairement le penchant du Néerlandais à droite.
Les passes d’Arjen Robben en première mi-temps. Le graphique montre clairement le penchant du Néerlandais à droite.

 

Après l’expulsion de Szczesny

Passés à 10 après l’exclusion de Szczesny et le penalty manqué par Alaba, c’est Santi Cazorla qui a fait les frais de cette perte. Mauvais choix de la part de l’ancien coach de Monaco, puisqu’en repositionnant le joueur d’origine turque sur le côté gauche, la supériorité numérique du Bayern sur leur côté droit, déjà nette à 11 contre 11, s’est encore plus affirmé en deuxième période. A la mi-temps, Boateng, proche du carton rouge et fautif sur le penalty, laisse sa place à Rafinha. Lahm rentre ainsi dans l’entrejeu, permettant à Javi Martinez de reculer dans l’axe aux côtés de Dante.

Sans titre6

Cazorla sorti, c’est le premier rideau londonien qui s’en voit sacrifié. Avec le seul Sanogo pour presser la première relance bavaroise, les problèmes des Gunners se sont logiquement aggravés, d’autant plus que ceux-ci ont commencé à se regrouper dans leur moitié de terrain. Flamini et Wilshere ont ainsi eu plus de mal à contrer Kroos et Thiago. L’ancien Barcelonais est de plus devenue une arme offensive sur le côté gauche (en haut sur la dernière image), aidé par les montées d’Alaba. A l’image de Daniel Alves la veille avec Barcelone, les arrières latéraux ont joué très haut mais n’ont que rarement été pris dans leur dos. De l’autre côté, Arjen Robben est définitivement passé à droite. Mario Gotze s’est quant à lui occupé de l’aile gauche, mais ses décrochages ont toujours fait mal à Arsenal, qui n’a cessé de subir les nombreux assaut des Munichois.

Pour apporter le surnombre sur le côté droit, Lahm a apporté son importante mobilité (notamment visible sur le second but), permettant au Bayern d’ouvrir le score puis de gérer tranquillement leur avance en gardant le ballon durant une bonne partie de la seconde période jusqu’à aggraver la marque par Muller. Avec l’entrée de l’Allemand, les hommes de Guardiola ont pu jouir d’une plus importante conservation du ballon et encore plus de solutions offensives, puisque ces appels de balle (additionnés à ceux de Gotze puis de Pizarro, entré plus tard) ont apporté plus de danger pour la charnière centrale d’Arsenal, régulièrement pris de vitesse par ceux-ci. Ceci est d’ailleurs visible sur le deuxième but but, où l’appel de Pizarro créé une brèche pour Thomas Muller.

Conclusion

Avec deux buts inscrits à l’extérieur, le Bayern Munich s’est quasiment assuré une place en quart de finale. Malgré l’excellent début de match des siens, Arsène Wenger n’a pu que constater la supériorité adverse, accentuée après le penalty manqué d’un Mesut Ozil très en dessous de son niveau et la sortie de Cazorla après l’expulsion de Szczesny.

Les Bavarois étaient bien trop forts pour Arsenal. Même sans Ribéry (sa percussion a manqué ce soir-là), ils ont réussi à faire de leur faiblesse une force, exploitant le côté droit à merveille, où Gotze a multiplié les appels, où Kroos a fait un match plein et où Lahm a joué très haut. Pep Guardiola a donc une nouvelle fois fait preuve de son talent et montré qu’il était capable de remporter également une ligue des Champions avec son Bayern, qui sera très dur à battre, surtout quand Ribéry reviendra de blessure.

Advertisements

Une réflexion sur “Arsenal 0-2 Bayern : la démonstration de Guardiola

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s