Man of the moment : la métamorphose d’Aaron Ramsey


ramsey 01

27 Février 2010. Ramsey est à terre, il vient de se faire littéralement découper par Ryan Shawcross. L’arbitre sort le carton rouge avant d’appeler désespérément les secours. Le public de Stoke d’habitude en furie est très silencieux alors que les joueurs sont tous sous le choc. Le jeune gallois vient de se fracturer la jambe.

Aujourd’hui nous sommes en 2013, près de trois années après ce terrible drame dans la carrière de Ramsey. Beaucoup de choses ont changé aussi bien du point de vue du joueur que celui des fans. La saison 2011/2012 est un véritable supplice pour lui : Ramsey n’est pas aligné à son poste, peine à retrouver son niveau et voit l’empathie des fans le concernant baisser de match en match. Pour la majorité des supporters c’est très clair, il faut se débarrasser de Ramsey qui est un véritable handicape à l’équipe.

DES TEMPS DIFFICILES PROVOQUES PAR UNE RECONVERSION RATEE

A l’époque Ramsey évolue devant Arteta et Song qui sont chargés d’assurer la stabilité défensive avant de relancer. Wenger confit au gallois les clés du jeu mais c’est une solution qui s’avère être « par défaut ». En effet, le manager d’Arsenal fait une nouvelle fois face à une véritable vendetta des blessures. On confit donc à Ramsey la responsabilité de créer du jeu, construire les attaques et faire marquer les autres. Etre ultra-décisif en somme. Il s’agit ici de bien comprendre la pression que ressent Ramsey : tout juste revenu d’une très longue année de convalescence il se voit charger d’un rôle totalement inconnu pour lui.

La saison suivante la situation évolue quelque peu. Alex Song quitte le club et s’engage avec Barcelone. Wilshere et Rosicky sont de retours. Diaby est même également de la partie pour les 3 premiers matchs de la saison. Mais c’est surtout l’arrivée de Santi Cazorla qui pousse Ramsey à retrouver la place qui aurait dû être la sienne auparavant : le banc de touche. Wenger l’a d’ailleurs précisé plus tard, il aurait préféré de pas brusquer Ramsey c’est-à-dire le faire rentrer en fin de match pour lui donner du temps de jeu. Engranger de l’expérience à un rythme décent qui convient au joueur, en somme.

Wenger décide d’aligner Arteta, Diaby et Cazorla au milieu de terrain. Au début, du moins. Une nouvelle fois tout va s’accélérer et Ramsey va se retrouver impliqué plus rapidement qu’il ne l’aurait pensé. Mais à nouvelle saison nouvelles positions. Diaby retrouve l’infirmerie et Wilshere galère avec ses chevilles. Ramsey retrouve le terrain mais dans une position plus reculé ; aux côtés de Mikel Arteta. A eux deux ils forment le « double-pivot » : Arteta demeure jouer dans la position la plus reculée. Ramsey s’installe dans l’équipe et aligne de bonnes performances. Les différentes blessures font tourner l’effectif mais la place du gallois demeure être sur le terrain faute d’autres solutions au début puis par un enchainement de prestations de hautes volées.

LE TEMPS DE LA RENAISSANCE

On arrive au cru présent, 2013/2014. Après une fin de saison en boulet de canon Ramsey est un élément incontournable du onze de départ d’Arsène Wenger. A une différence près – et pas des moindres. Arteta est blessé et ne doit revenir que courant Octobre voire Novembre. C’est donc dans un nouveau style que cette année débute : Ramsey tient un rôle de milieu défensif – ou du moins le plus défensif des milieux de terrain. On lui associe Wilshere toujours dans une formule « double pivot ».

Enfin, l’arrivée – ou plutôt le retour – de Mathieu Flamini change une nouvelle fois la donne dans le sens où Ramsey quitte le rôle du milieu défensif pour laisser à l’ancien milanais cette tâche beaucoup plus naturelle. Par incidence, Ramsey dispose de plus de libertés pour s’exprimer dans le sens où il tient un rôle ressemblant à celui d’un box to box. Très bon à la récupération (il a cette saison des statistiques impressionnantes en matière de tacles et d’interceptions) il a une capacité à gratter les ballons pour ensuite se projeter vers l’avant et participer à la construction des attaques.

La différence entre le rôle qu’il tient l’année passée et celui qu’il tient cette année est assez clair. Concrètement, il prend le rôle qu’Arteta tenait à vocation plus défensive qu’offensive. Pour rendre la comparaison la plus facile possible voici deux rencontres où Arsenal joue à Craven Cottage contre Fulham.

Ramsey 1

(Avril 2013, Arsenal s’impose 1-0)

Ramsey 2

(Août 2013, Arsenal s’impose 3-1)

C’est un changement assez radical donc. Ramsey tient aux côtés d’Arteta un rôle de milieu récupérateur mais autorisé à se projeter souvent vers l’avant. D’ailleurs il retombe parfois dans les travers de la saison 2011/2012 voulant faire le jeu. Cela conduit souvent à l’échec. Wenger lui rappelle son rôle : rester près d’Arteta pour l’aider et le soutenir à défendre. Arteta en dépit de son rôle plus « défensif » ressemble également à un genre de meneur de jeu très en retrait, il fait souvent la première passe. Ramsey mise sur un bon positionnement pour éventuellement recevoir la passe de son coéquipier.

Cette saison il joue beaucoup plus bas avec Wilshere qui aime se projeter vers l’avant il faut que quelqu’un défende. C’est ce que le gallois fait et plutôt bien. Il dit aimer son nouveau rôle de milieu défensif – qui n’en pas vraiment un. Malgré un gros travail de repli défensif à effectuer (avec notamment l’obligation de tenir un positionnement reculé) il s’implique dans le jeu.

SUPER AARON RAMSEY

Cette saison 2013/2014 de la Premier League est peut être celle du gallois. En tout cas il prend un excellent départ. Pas seulement irréprochable à son rôle il devient même décisif en marquant régulièrement. L’arrivée de Flamini est indéniablement un plus pour Ramsey, le « débridant » en quelque sorte.

Ramsey dispose d’un jeu qui lui permet d’être polyvalent entre les tâches défensives et offensives. Ses qualités de récupérateur lui permettent de combler des éventuels mauvais placements et il ne cesse de progresser pour ce qui est de la projection vers l’avant. Cette saison il a un énorme volume de jeu (il touche un très grand nombre de ballons et est même le 2e joueur qui réalise en moyenne le plus de passes par match en Premier League). Cela se traduit naturellement par ses choix : Ramsey joue simple et efficace. Intelligent avant tout.

ramsey 3

(Septembre 2013, Arsenal s’impose 3-1)

Contre Sunderland, Wenger aligne d’emblée Flamini. La formation ressemble plus à un 4-3-3 qu’à un 4-2-3-1 avec Ramsey et Wilshere plus avancée. Néanmoins, Ramsey fait l’effort de redescendre pour chercher les ballons dans les pieds des adversaires ou pour proposer une solution à Flamini. Le graphique ci-dessus nous montre l’équilibre de Ramsey sur le terrain.

La plus grande force de Ramsey ces derniers mois (et années) a incontestablement été le mental. Malgré toute la critique (et elle était féroce) il a continué de travailler pour toujours plus progresser. Il s’accroche toujours et peut compter sur le soutien d’Arsène Wenger qui n’a jamais douter de lui. Il n’a jamais baissé les bras sur et en dehors du terrain. Il affiche à chaque rencontre la meilleure volonté du monde.

Les fans réclamaient son départ il y a un an de cela, aujourd’hui, ils l’adoubent à chaque match. Que la malédiction des blessures te laisse libre Aaron, il y a encore beaucoup de choses que tu peux faire pour Arsenal…

Remerciements à Squawka pour les données/graphiques. 

Advertisements

2 réflexions sur “Man of the moment : la métamorphose d’Aaron Ramsey

  1. Excellent article sur A. Ramsey, un joeur de talent, qui sort enfin de l’enfer dans lequel l’avait plonge sa blessure… A son crédit, ce jeune homme a un mental de fer (on se souviendra qu’un autre joueur d’Arsenal, Eduardo qui avait, 2 ans auparavant subi une blessure tout aussi terrible dans un match contre Birmingham, n’a jamais réussi a retrouver le niveau qu’il avait atteint avec les Gunners).
    Pour revenir a Ramsey, il faut souligner que les départs de Nasri et, surtout, de Fabregas combines aux blessures de Rosicky ne lui avaient pas facilite la tache, poussant Wenger a le faire jouer dans le « trou » derriere l’attaquant a un moment ou il n’avait pas pleinement retrouve ses moyens. D’ou ses prestations en dents de scie.
    A noter que Ramsey avait toujours joue, A Cardiff, comme box-to-box et que c’est ce role qui lui fut dévolu des qu’il avait rejoint les Gunners. A l’époque, la présence de Hleb et Rosicky permettaient de ne jouer que quelques minutes, favorisant ainsi son integration progressive dans l’équipe.
    Ce joueur a toujours eu beaucoup de talent. Faut se rappeler qu’avant sa blessure, il se développait plus rapidement que Wilshere, ce qui n’est pas peu.
    Pour finir, il fat reconnaitre a Wenger le merite d’avoir garde sa confiance dans un joueur conspue par la majorité du public de l’Emirates. Comme beaucoup le disent souvent a Londres: « Arsene knows… »

  2. « .. best »
    Faut pas être si manichéen mais bon il faut reconnaitre que Wenger a plutôt réussi durant sa carrière.

    Pour revenir à Aaron Ramsey, ce qui est frappant cette année c’est le positivisme qui se dégage de son jeu; joie de jouer, désinhibition, tente souvent sa chance… J’enfonce la porte ouverte de son mental mais je crois qu’il faut souligner ce genre de caractère, c’est ce qui fait un bon joueur de football, couplé au professionnalisme, à un certain talent et à une grande confiance en ses coéquipiers…
    Tout Aaron, une crème, toujours généreux. Avec l’écoute et le travail des bons joueurs. Je ne sais pas si nous irons loin avec ce joueur à Arsenal, mais il est important spirituellement, il est primordial même.
    Je suis jamais aussi heureux que quand Ramsey marque en fait.

    Remember ces buts à Sunderland y’a 2 ans, avec qu’Henry score. Au Vélodrome aussi. Un joueur de sang froid, de concentration, un homme, qui sait où il va parce qu’il a des valeurs. P-e quittera-t-il Arsenal s’il progresse encore plus mais c’est de ce genre de joueurs dont on a tous envie dans un club.

    Impatient de voir la suite du déroulement de sa carrière, d’à quels poste elle l’y mènera. Je le vois bien devenir défenseur central à l’avenir, dans une défense à 3.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s