Giroud : et si on nuançait l’analyse ?


giroud

Olivier Giroud en quelques chiffres clés (en Premier League) : 

Olivier Giroud cette saison c’est 27 apparitions dont 18 en tant que titulaire.

Olivier Giroud cette saison c’est 9 buts inscrits et deux passes décisives ce qui le place à la 3e place des buteurs du club.

Olivier Giroud cette saison c’est le joueur d’Arsenal qui frappe le plus au but à chaque match : 3.3 frappes par match portant le total à 88 frappes. Mais pour contraster cette statistique il n’y a que 45% de ses frappes qui sont cadrées.

Olivier Giroud cette saison c’est 64.2% de pourcentage de passes réussies soit le joueur de champ avec le taux le plus faible. Il réalise en moyenne 19 passes par match.

Olivier Giroud cette saison c’est 1.5 fois dépossédé de la balle par match ce qui porte ce total à 41 ce qui fait de lui le 5e joueur à Arsenal perdant le plus la balle.

Olivier Giroud cette saison c’est 0.9 key passes par match (passes clés, ces passes qui débouchent sur un tir), loin derrière Cazorla qui en réalise 2.4 par match.

Thanks to Whoscored and Squawka pour les statistiques. 

__________________________________________

giroudd

Cette saison d’Arsenal laisse planer beaucoup de questions, beaucoup de choses doivent être corrigées ou repensées. Les critiques atteignent des sommets concernant Arsène Wenger et ses joueurs. C’est certainement le pire épisode de l’ère Wenger à Arsenal. Une défense qui malgré les statistiques relativement bonnes ne rassure que trop peu, un milieu de terrain manquant souvent d’impact physique et d’un milieu de terrain défensif et finalement une attaque poussive qui parfois, peut souffrir d’un manque de sérénité. Malgré cela, il est clair que le secteur le plus inquiétant n’est pas l’attaque. Cette attaque est en pleine reconstruction avec 2 éléments sur 3 qui sont arrivés l’été dernier, en général à chaque match.

Alors qu’il venait de remporter le Championnat de France avec Montpellier et par la même occasion d’être sacré meilleur buteur, Olivier Giroud, fin Juin s’engageait avec Arsenal. Le transfert est conclu pour une somme avoisinant les 15M€. Le sort de l’équipe de France à l’Euro 2012 étant déjà scellé il prit la tangente pour rejoindre Londres en vue de la préparation de pré-saison qui arrivait.

Evidemment tout ne s’est pas passé comme prévu, dans l’intégration notamment. Après la vague de « who the hell is he ? », naturellement, Olivier Giroud a du se battre. Lui-même dans une interview datant de l’été dernier disait que la transition était très dure entre le championnat de France et d’Angleterre autant dans l’intensité des entrainements que sur le terrain, en match. Catalogué rapidement avec l’étiquette du « remplaçant de van Persie » il n’a pourtant pas tout de suite été titulaire. Wenger a d’abord tenté de placer Podolski en pointe. Peu de succès, celui-ci restera à gauche. Ensuite vient le tour de Théo Walcott. De lui et de tout le foin que son contrat a causé. L’Anglais réclamait sa place en pointe. Il l’a eu, un temps – assez longtemps pour qu’il signe « da ting » (= la chose, comprenez, son contrat). Le français a eu du mal à se faire sa place en attaque : Walcott dans sa saison la plus prolifique a longtemps tenu sa place reléguant Giroud sur le banc.

A plusieurs reprises Giroud a semblé manquer de confiance en soi. Cela se ressentait sur le terrain, il jouait avec le frein à main, avec de la peur dans tout ce qu’il entreprenait. On attendait de lui qu’il claque but sur but. Sur ses épaules la pression était énorme, et il le sentait, évidemment. Pourtant le français montrait de la bonne volonté et tentait de s’impliquer le plus possible dans le collectif. Insuffisant. Puis, la situation s’est améliorée. Giroud s’est installé à la pointe de l’attaque épaulé par messieurs Podolski et Walcott, qui, un temps, l’inquiétaient en vue d’une titularisation. Il reconnut souvent qu’il se mettait trop de pression sur les épaules, qu’il voulait « plaire » aux fans de suite. Au fil du temps Giroud a retrouvé la confiance nécessaire, comme s’il s’était en quelque sorte libéré.

L’ensemble n’est pas parfait, loin de là. Des améliorations peuvent être apportées pour garder un niveau correct. Giroud doit être plus efficace dans son pressing qui est inexistant (soyons honnête, comme toute la ligne d’attaque, pratiquement les trois quarts du temps). Ce qu’on peut le plus lui reprocher c’est clairement quelques-uns de ses choix. Souvent des détails, des petites erreurs mais qui, en réalité, ont une signification importante. Ce qu’il choisit comme décision n’est pas toujours bon. Bon nombre de fois il choisit de passer de telle manière ou à tel joueur alors qu’il devrait faire tout sauf cela.  Il doit progresser dans ce domaine : réfléchir à ce qu’il fait, dans le but de favoriser le bon déroulement de la contre attaque ou au moins, une attaque performante. En faite, c’est encore un problème de confiance. On sent parfois qu’il se démotive – après une passe, un tir raté, un mauvais contrôle – et c’est comme s’il lâchait complètement. Ainsi, ses prochaines touches de balles seront brouillonnes, la nonchalance et la paresse le gagneront.

Il reste souvent sur ses échecs, c’est-à-dire qu’après une frappe ratée ou une perte de balle, le français va réaliser son petit rituel (à savoir la main dans les cheveux, se prendre la tête à deux mains, regarder le ciel) mais que pendant ce temps là, le jeu ne s’arrête pas. Il doit apprendre à rester concentré sur toute la longueur d’une rencontre. Souvent a-t-il été dit qu’il était « useless » pendant les matchs. Oui, sur certains matchs il l’a été. Néanmoins, cela n’a pas toujours été de sa faute. Souvent, par manque de soutien il est esseulé devant, sans solution, obligé de décrocher pour récupérer les ballons.

Forcément le changement avec van Persie a été immense. Ce que les fans veulent et voient avant tout, ce sont les buts, ce que le Hollandais réussissait beaucoup mieux que Giroud. D’ailleurs, il est difficile de considérer Giroud comme un « buteur ». Sa qualité de finition est quelconque, sa technique l’est tout autant. Ses atouts sont ailleurs : à l’inverse de van Persie qui est un joueur plus individualiste, Giroud est plus tourné vers le collectif. Son jeu de remise est un énorme plus pour Arsenal, ses coéquipiers le cherchent et de par sa formidable faculté à faire de bons appels, est sollicité. De manière intelligente il sert de point d’appui dans les phases offensives. Souvent Arsenal ne jouait que par les ailes, délaissant totalement l’axe du terrain. A défaut d’avoir une réelle qualité de pénétration pour perforer par le centre, l’utilisation de Giroud comme relais est intéressante. Ainsi, la connexion qu’il y a entre Wilshere et le français est très encourageante. Le premier, toujours en mouvement cherche un point d’appui, donc Giroud qui en vitesse lui remet la balle dans la course. Le décalage se crée ainsi. La connexion ne marche pas toujours, par manque de compréhension ou de réussite technique mais les deux éléments mettent du cœur à l’ouvrage pour la parfaire. Giroud ne garantie pas forcément la dernière passe, ni celle d’avant parfois, mais est dans l’action, a eu un rôle à un moment donné. Sa grande force vient de l’impact indirect qu’il a sur l’équipe, de par son jeu en remise.

Giroud n’est pas un foudre de guerre. Mais c’est un joueur beaucoup plus utile qu’il n’en a l’air. Il est taillé pour jouer en Premier League. N’oublions pas que c’est seulement sa première saison en Angleterre (et n’occultons pas, sans chercher forcément à comparer Giroud à ces joueurs, les débuts d’Henry et Bergkamp qui étaient eux aussi très poussifs). Il est certain que Wenger lui apporte pleinement sa confiance. “Joue pour l”équipe et elle jouera pour toi” dit un jour l’Alsacien à son attaquant. Sur la durée Giroud aura progressé, il a pu être un peu surpris par la différence entre Ligue 1 et Premier League. Mais c’est un joueur avec un bon esprit qui donne tout pour son équipe. Utile dans une équipe basée essentiellement sur la force de son collectif.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :