Ramsey, la cible idéale…


ramsey

Arrivé à l’été 2008 à Arsenal, le Gallois connait régulièrement la logorrhée critique des supporters. Venant de Cardiff où il avait impressionné, Wenger le plaça déjà à l’époque comme un futur très bon joueur. Dès les premiers mois Ramsey confirma les espoirs du coach et s’affirma comme une solution tangible du milieu des Gunners. Il enchainera les apparitions en Coupe de la Ligue, Championnat et même, en Ligue des Champions. Tout allait bien pour Ramsey qui s’était déjà fait un nom : il était régulièrement titulaire. Puis arriva le 27 Février 2010 et un attentat de Ryan Shawcross sur sa personne. Cheville et jambe se sont littéralement cassés, des images horribles à l’époque. Ce n’est seulement qu’en Novembre 2010, soit 9 mois plus tard qu’il rejouera au football. Après un épisode 2011/2012 il garde la confiance du coach. Aujourd’hui il est trimballé un petit peu partout sur le terrain et ne démérite pas. Pourtant les « fans » ne semblent guère convaincus et continuent de critiquer (presque) chacune de ses prestations.

Il a aujourd’hui 22 ans. L’année passée les blessures de Wilshere, Diaby, Rosicky l’avait directement propulsé en tant que titulaire. Assurément trop tôt, seulement un an après sa grave blessure, Ramsey avait encore du mal, parfois, physiquement. Placé principalement en tant que milieu offensif nous avons rapidement découvert que ce rôle ne lui correspondait en faite pas. Ramsey n’est pas un « playmaker » mais Wenger n’avait pas d’autres solutions.

Cette saison avec le retour de Wilshere (et Diaby) et l’arrivée de Cazorla il a retrouvé une place sur le banc. Néanmoins le Gallois a toujours du temps de jeu : 33 apparitions dont 16 en tant que titulaire (12 en championnat). En début de saison Wenger l’utilisait surtout sur l’aile droite pour renforcer le milieu de terrain et assurer une meilleure stabilité défensive sur le côté. Il avait déjà tenu ce rôle l’année passée. C’est un rôle difficile pour Ramsey qui est un joueur d’axe. Devant la faiblesse défensive du milieu de terrain, Wenger a tenu à réagir. De ce fait, Ramsey a régulièrement été associé à Arteta au milieu de terrain dans une sorte de « double pivot ». L’association semble fructueuse et permet à Arteta d’avoir un petit peu plus de liberté et de jouer le meneur de jeu reculé. Le Basque qui est totalement bridé par son rôle aménagé de milieu défensif. Ramsey joue le rôle du milieu le plus bas sur le terrain alors qu’Arteta est un petit peu plus haut. Ramsey dit se plaire à cette position. Wenger déclarait « qu’il avait l’habilité parfaite pour le rôle, qu’il avait toutes les qualités nécessaires et qu’il faisait très bien le boulot ». Difficile d’être aussi catégorique : on ne s’improvise pas à un poste du jour au lendemain. Malgré toute la bonne volonté du monde il est difficile de tenir un rôle qui n’est pas le sien.

La meilleure position pour Ramsey est indéniablement plus haute. Devant un milieu défensif solide, en lui apportant du soutien si nécessaire et derrière le milieu offensif qui anime le jeu. Ramsey est très efficace à la récupération. Il ne peut pas faire le jeu, « dicter sa loi », mais reste très efficace. En phase défensive il abat un travail de titan : un peu dans l’ombre, pas très flamboyant en effet mais primordial pour le bon fonctionnement de l’équipe. Un pressing efficace, des ballons récupérés suivis d’une relance rapide. Un peu à l’image d’Arteta l’année dernière qui bénéficiait un temps soit peu du placement défensif de Song.

Balle au pied le Gallois est intéressant : avec une bonne qualité de passe il relance Arsenal offensivement. Souvent le premier relai de la contre attaque il est à l’aise avec la balle. Un peu moins « brouillon » que Wilshere parfois peut être. Il y a quelques facteurs jouant contre lui. Comme précisé plus haut, malgré tous les efforts, il est quasiment impossible de tenir un rôle « étranger » sur le court terme. Que ce soit Arteta ou lui, ils sont tous sauf efficace dans les tacles, agissant comme des milieux de terrains plus « offensifs» il y a souvent faute au bout des duels. C’est ce qui handicape régulièrement Arsenal : la récupération marche car le placement reste correct, mais dans les duels c’est moins probant. Si Arteta est le joueur d’Arsenal commettant le plus de faute, Ramsey est le 3e, juste derrière Jack Wilshere. Avec 55% de duels remportés, contre 56% pour Arteta difficile de garantir réellement de la stabilité au milieu.

Sur les deux dernières rencontres Wenger a même essayé de le placer arrière droit. Choix très curieux, Jenkinson faisant à chaque fois de très bonnes performances. Arsenal était mené à chaque fois (Aston Villa et Tottenham). On peut facilement imaginer ce qu’il se passe : Ramsey joue très haut, sur les contres il joue en tant qu’ailier (Walcott était tout le temps dans l’axe…). En phase défensive il laisse les deux centraux à la merci des attaquants adverses. En témoigne le face à face raté de Sigurdsson contre les Spurs ce weekend qui se retrouve seul sur cette zone du terrain. Pari osé de Wenger qui utilise une nouvelle fois Ramsey a une position qui n’est pas la sienne. Bricolage, bricolage…

En définitive il ne faut pas négliger l’apport de Ramsey : dans une analyse un peu sommaire on peut caractériser son rôle comme étant « de bouche trou ». Wenger le sollicite pour tester de nouvel organisation ou quand un joueur est absent. Malheureusement c’est souvent dans des positions difficiles qui ne réussissent pas forcément à Ramsey. Malgré tout, le Gallois affiche toujours de la bonne volonté et ne se plaint pas. Cela peut paraître « normal » oui, demandez à Walcott ce qu’il en pense… Il ne faut pas non plus l’accabler, s’il ne joue pas à son poste difficile de réaliser des performances idylliques. Il se donne, se bat, essaye et produit des performances corrects voire même bonnes la plupart du temps.

Bien sûr tout n’est pas parfait. Sur le cas Ramsey c’est souvent d’un extrême à l’autre, tout noir ou tout blanc. Hormis sa grave blessure et la position dans laquelle il évolue il y a évidemment toujours des défauts : le placement, son aptitude dans les duels et ses choix qui, parfois, ne sont pas les bons. Il n’a seulement que 22 ans et ne cesse de progresser. Espérons qu’il réussisse à corriger tous ses petits défauts pour parfaire son niveau.

Publicités

Un commentaire sur “Ramsey, la cible idéale…

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :