Le cas Walcott : que faire ? que dire ?


Walcott évolution
Thanks to Stuart MacFarlane

Theo Walcott, arrivé en 2006 en provenance de Southampton avait rapidement été classé dans la catégorie des « cracks en devenir ». Seulement voilà, Walcott n’a jamais vraiment réussi à montrer tout le talent et les capacités qu’on lui vouait. Malgré un début de carrière en fanfare avec la même année la participation à la Coupe du Monde et un transfert à Arsenal en 2006, le jeune prodige n’était alors âgé que de 17 ans, les attentes ne sont toujours pas comblées, du moins pas toutes. Depuis ce temps les choses ont pas mal évolué pour lui si bien qu’aujourd’hui alors qu’il est en pleine période de renégociation de contrat tous les fans d’Arsenal clament corps et âme leur désir pour qu’il reste au club. Régulièrement placé sous le feu des projecteurs et critiqué, il est également énormément soutenu. A tort ou à raison ? Peut-il enfin aller plus loin que l’étiquette du « tout droit » qu’il s’est lui-même forgée ?

Elle semble appartenir au passé la période où le petit Walcott était un grand espoir du football. Eternel espoir peut être. Le joueur a du talent et des capacités, mais va-t-il réussir à le montrer un jour ? Si l’on compare les dernières saisons avec celle-ci nous sommes obligés de reconnaître un changement de taille. Déjà plus régulier la saison passée on en attendait toujours plus. Irrégulier car  il faisait une super entame de match, semant la zizanie sur le côté la première demi-heure. Par la suite le jeu se resserrait, les adversaires le marquaient plus durement, il avait moins d’opportunité pour accélérer le jeu et devenait un frein à son équipe. Irrégulier parce qu’on pouvait avoir le sentiment qu’il choisissait ses matchs. Si bien que ses mauvaises performances l’ont entraîné tout droit vers le banc de touche. A partir de là il avait un rôle de joker. Là encore allait se poser un autre problème : cette utilisation en « super sub » semblait être la meilleure utilisation qu’on puisse en tirer. Le faire rentrer à 20 minutes ou une demi-heure de la fin pour « mettre le feu » lui correspondait parfaitement. Un feu follet, très rapide pouvant faire mal à la défense adverse déjà bien fatiguée.

Il réalise pour le moment sa saison la plus prolifique : 14 buts toutes compétitions confondues dont 8 en championnat. Son repositionnement y est pour quelque chose : il est passé progressivement d’un rôle d’ailier droit à un rôle d’attaquant de pointe très grandement influencé par ses revendications il semble de mieux en mieux dans ses pompes. Moins obligé de faire un travail de repli défensif celui-ci n’étant presque jamais fait, Arsenal pouvait en souffrir. Aussi son rôle lui permet de décrocher et d’énormément bouger. Il se rend disponible et est très mobile. A droite,  à défaut de tenir sa position sur l’aile, il lui arrive de beaucoup dézoner pour se retrouver aux côtés d’Olivier Giroud dans l’axe. De là se crée un sorte d’embouteillage. Il crée un grand nombre d’occasions quand il joue à droite mais en effectuant ses courses dans l’axe, via des mouvements derrière les défenseurs. Cette saison il a joué à droite pendant que Giroud était en pointe. Il est souvent agaçant dans ce registre puisqu’il lui arrive régulièrement d’être ailleurs. Ailleurs physiquement j’entends. A tel point qu’il échange sa position avec celle de Giroud.

Heat Map Walcott vs N'castle
Heat map de Walcott

Mais Walcott a fait des progrès et il faut le souligner. Sa vision du jeu plus que limitée s’est améliorée : il a enfin compris qu’il n’allait pas tout chambouler seul, en partant dans ses courses très rapides. Désormais il semble s’être aguerri une certaine réflexion dans ce qu’il entreprend, ses choix sont plus justes. La grande force de Walcott et elle est énormément utilisée par ses coéquipiers ce sont ses appels en profondeur : ses courses dans le dos des défenseurs font beaucoup de dégâts. Sur moins de 20 mètres il est quasiment innaretâble en plus s’il est lancé.

Autre ajustement : il est nettement meilleur dans la finition. L’année dernière et même avant on pouvait penser qu’il était trop approximatif dans ses frappes pour pouvoir prétendre à une place d’attaquant mais il semblerait qu’il soit en constant progrès dans ce domaine. Peut être était-ce un problème de peur. Quand il se retrouvait devant le but il ne savait pas réellement que faire et paniquait pour ensuite totalement rater la cible. Disons qu’il avait du mal à combiner deux actions : courir et lever la tête. Maintes fois il a raté des duels face aux différents gardiens défendant les buts dans lesquels il devait marquer. Walcott tente maintenant d’exécuter la logique suivante : appel + course + lever la tête + ouvrir son pied + tirer et éventuellement marquer. Ce qui lui vaut d’être parfois comparé à Thierry Henry du fait de la grande réussite des frappes avec le plat du pied. Cette année son ratio de tirs/tirs cadrés est de loin le meilleur qu’il n’a jamais eu: 59% de réussite avec 14 tirs sur 24 cadrés. 40% de ses tirs se transforment en but.

Theo+Walcott+Southampton+v+Arsenal+Premier+NHBcITGX-unl

Qui dit petit gabarit dit centre de gravité très bas. Walcott très rapide est également un fin dribbleur. Même s’il n’est très expressif dans ce domaine – peu de gestes qu’il dit lui-même juger superflus. Sa petite taille lui permet de semer le trouble dans ses duels, même quand il est battu il tente et réussi parfois à ne pas perdre la balle. Deux exemples : la victoire d’Arsenal contre Chelsea l’an passé où il entreprend un raid solitaire avant d’être stoppé et s’écrouler. Il se relèvera et ira marquer. Presque le même cas de figure cette saison contre Newcastle. Alors qu’il est fauché il se relève et trompe le portier des Magpies. D’ailleurs il marquera ce jour là un triplé.

En comparaison à Gervinho qui a eu la chance d’évoluer en pointe plusieurs fois cette saison, il y a une différence innommable. L’un semble totalement improductif devant le but et se rapproche plus de Walcott ancienne version et l’autre tend à progresser. D’un côté le contre productif et de l’autre le productif. En d’autres termes : les deux ont marqué des buts à cette position. Mais n’est-il pas important d’analyser et de nuancer entre « être décisif » et « avoir un impact dans le jeu » ? Walcott participe activement à la construction des phases offensives des Gunners. Sur les contres c’est une arme plus que redoutable.

En définitive il ne faut pas passer d’un extrême à un autre. Dire qu’il est devenu un cador de premier plan n’est pas approprié. Walcott a toujours des défauts mais il est important de souligner ses progrès. An amont il a beaucoup travaillé pour affiner sa technique, son sens du jeu et son utilité. Quand au bout de 60 minutes un joueur ne touche plus un ballon parce qu’il n’est plus capable de proposer une solution tangible au porteur du ballon c’est qu’il y a un problème quelque part. Il a corrigé ce défaut et tente de se rendre le plus utile et disponible possible pour ses coéquipiers. Malheureusement il reste encore des zones d’ombres. Il manque toujours d’intelligence de jeu sur certaine phase, ses courses sont parfois approximatives. Il a tendance à s’isoler devant attendant le bon ballon. Dans les airs il ne peut avoir aucun impact du fait de petit taille, il mise tout sur sa rapidité d’exécution au sol, celle-ci reste bonne. En plus d’être meilleur devant le but il a également 6 passes décisives à son compteur. Ainsi que 8 key-passes ce qui l’amène à 14 passes créant une occasion de buts.

Beaucoup – moi le premier – était très sceptique quant à ce repositionnement dans l’axe pour tous les problèmes que évoqué précédemment. A fair amount of people ont été surpris, allons même jusqu’au terme « bluffé ». Il a profité de la méforme et du temps d’adaptation qu’a eu besoin Giroud pour se faire une place dans l’équipe pour montrer ce qu’il était capable de faire. Aujourd’hui il est très proche d’une nouvelle signature, on parle d’un contrat de 5 ans. Peut être que s’il arrive à corriger les quelques défauts qu’il reste il arrivera à devenir un très bon joueur et pas seulement un grand sprinteur. Il peut facilement atteindre les 20 buts toutes compétitions confondues cette saison. Sa situation ne peut qu’aller en s’améliorant malgré qu’à force de dire qu’il est jeune il ne l’est plus autant qu’avant : né en 1989 il a 23 ans. Encore assez jeune pour plus progresser que régresser. C’est un bon investissement sur la durée. On a le droit d’être déçu de ce qu’a fait Walcott pour l’instant mais il devrait, quasiment à coup sûr avoir un rôle à jouer dans les mois et les années à venir. Il a la confiance du coach, Wenger qui depuis le début assure qu’il veut absolument qu’il reste. Son futur est à Arsenal.

Walcott vs Newcastle

Walcott vs Everton

Walcott vs WestHam

*Quelques cas qui illustrent les qualités de Walcott. Dans l’ordre: Newcastle v Arsenal ; Everton v Arsenal et West Ham v Arsenal. Trois situations où Walcott use de sa vitesse pour se projeter vers l’avant. Comme précisé plus haut sa vitesse lorsqu’il est lancé est impressionnante : il part dans le dos des défenseurs, il sait doser ses appels et si la passe du coéquipiers est bonne, 9 cas sur 10, il y a but derrière. Contre Everton Walcott récupère le ballon dans l’axe du terrain, utilise comme relais Ramsey qui lui permet de se mettre en position de marquer. 

Remerciements: EPL Index, Squawka et WhoScored pour les statistiques. 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :