Aston Villa s’écroule, Wigan déroule


Roberto+Martinez+Aston+Villa+v+Wigan+Athletic+HBJlzpl7vLzl

Aston Villa a encaissé son quinzième pion en l’espace de trois rencontres et entre en contact avec la zone rouge tandis que Wigan s’en extirpe au bénéfice d’une large victoire 3-0. Pourtant tombés cinq fois lors de leurs six derniers déplacements, les hommes de Roberto Martínez ont réalisé une performance empreinte d’une maîtrise qu’on aurait hésité à prêter au 16e de Premier League. Aston Villa s’est à nouveau effondré, le diagnostic est plus ou moins semblable aux deux dernières sorties, ce à quoi est venu s’ajouter un climat délétère généré par les 33374 courageux qui sont venus braver les éléments ce Samedi à Villa Park. Les amateurs de tableau noir noteront soigneusement dans leur petit carnet qu’il s’agissait là du premier affrontement de la saison 2012/2013 mettant aux prises deux équipes organisées sur une base défensive composée de trois défenseurs.

Lineups Vertical

Wigan prend le Lion à la gorge

Rencontre indécise à son entame, Wigan a fait en sorte d’avoir le momentum immédiatement de son côté en mettant l’arrière garde de Villa sous pression par le biais de longs ballons. Les Latics ont forcé la jeune défense de Paul Lambert à concéder un corner que reprendra victorieusement Ivan Ramis, inexplicablement laissé seul dans la zone de but en raison du marquage négligé de Christian Benteke (0-1, 3e minute). Villa passé derrière au tableau d’affichage après seulement trois minutes, Paul Lambert n’aura même pas l’occasion de jauger son XI de départ expérimental (composé en tenant compte des blessures et choix d’hommes) sans déjà penser à la réaction à adopter pour revenir dans le match.

Contre Tottenham, la blessure de Nathan Baker avant la pause avait contraint Paul Lambert à réorganiser son équipe sur un back four (quatre défenseurs) malgré une entame en 3-5-1-1 ; ce qui avait finalement permis à Tottenham de concrétiser sa domination territoriale par des buts dans la dernière demi-heure. L’ancien technicien de Norwich City a maintenu la même animation de son système pour cette rencontre mais en changeant le poste de la plupart des joueurs concernés. Seul Joe Bennett conservait sa place dans le couloir gauche tandis que Ciaran Clark, Chris Herd et Matthew Lowton composaient l’axe défensif complété par Eric Lichaj dans le couloir droit pour son retour dans le XI de départ. Dans l’entrejeu si les rôles du trio étaient toujours répartis en un joueur en couverture (Barry Bannan) ainsi que deux milieux sortant sur le porteur adverse ; la tâche a cette fois ci été confiée à Stephen Ireland et Brett Holman – pourtant habitués à un tout autre rôle d’attaquant de soutien. Devant, Weimann suivait les déviations de Benteke.

De son côté, Roberto Martínez avait reconduit sa formule favorite en 3-4-3, enregistrant les retours de Gary Caldwell dans l’axe (aux côtés de Ramis et Figueroa) en repositionnant Emerson Boyce sur le flanc droit (au détriment d’un Ronnie Stam décevant depuis quelques semaines) tandis que Beauséjour animait son habituel couloir gauche. David Jones conservait sa place aux côtés de James McCarthy dans l’entrejeu tandis que le trio composé de Koné, Di Santo et Maloney était censé perturber l’équilibre défensif de ses hôtes par leurs permutations incessantes.

franco-di-santo-3-v-aston-villa-29-dec-12-4x373-567405_478x359

Wigan va dominer outrageusement la première demi-heure en se voyant refuser deux pénaltys évidents: le bras de Lowton devant Di Santo (qui mènera toutefois au corner victorieux) ainsi qu’un chassé tout aussi évident d’Ireland sur l’ancien Villan Shaun Maloney. Les locaux, ostensiblement crispés, ne vont opposer aucune résistance aux joueurs de Roberto Martínez qui vont pouvoir développer leur habituel jeu de possession dans le camp d’Aston Villa. Pour autant, Wigan ne va pas réussir à  se montrer assez pénétrant et précis dans la dernière passe malgré les décrochages de Franco Di Santo devant la défense de Villa, agissant en véritable meneur de jeu pour tenter de trouver les courses en profondeur de ses partenaires, notamment Koné et Beauséjour. Pour Aston Villa et à l’instar des derniers matchs, le manque manifeste de justesse dans les remises de Christian Benteke va priver Aston Villa d’un point d’appui en attaque ; le Belge se rendant coupable de trop nombreuses pertes de balles inversant la possession (22/40 passes réussies, 55% de réussite). La liaison entre Ireland et Weimann/Holman peinera à s’établir proprement en raison d’un manque d’automatismes assez criant (première titularisation depuis Novembre pour l’ancien meneur de jeu de Manchester City).

L’absence de repères de placement pour les deux milieux axiaux va également constituer un motif de préoccupation au moment de récupérer le ballon dans la mesure où Ireland mais surtout Holman se retrouveront trop souvent hors-position (en rouge sur le tableau velleda), empêchant le déclenchement du pressing et forçant les deux milieux restants à subir. Incapables de gêner davantage leurs adversaires directs, les milieux Villans ont donc laissé libre cours à McCarthy et Jones la possibilité de dicter le jeu et alimenter les couloirs, notamment dans le dos des wing backs (latéraux ailiers) de Villa (et un Eric Lichaj au placement douteux, jamais en mesure de contenir Beauséjour ; voir le tableau velleda).

Sentant le coup possible après que Wigan ait gaspillé plusieurs opportunités de se retrouver en bonne position, les locaux vont petit à petit revenir dans la rencontre ; notamment grâce au soutien de ses wing backs amenant de la largeur au jeu de Villa, tout en restreignant l’influence de leurs opposants directs. Cependant, les joueurs de Paul Lambert ne se montreront pas plus précis que leurs adversaires lors de leurs temps forts précédents ; le dernier service, choix ou geste ne permettra pas la création d’occasions franches si ce n’est cette déviation de Christian Benteke que Brett Holman reprendra de volée sur le sommet de la transversale. Un but de Christian Benteke sera également refusé mais cette fois-ci pour un hors-jeu d’Andreas Weimann (Benteke totalise 9 hors-jeu en trois rencontres, 26 cette saison).

Ces séquences successives donnent un aperçu de ce que semble attendre Lambert de son équipe: une possession du ballon plus haut sur le terrain avec une dominante directe dans les attaques, polarisées par Benteke (ce créant des espaces, notamment dans le dos des défenseurs et les couloirs).

Le Lionceau se livre

Après la pause, Villa va poursuivre sur sa dynamique et proposer des séquences d’attaques laissant penser à un équilibrage du score. Les soutiens de Benteke vont ainsi se montrer plus réactifs au moment de collecter les seconds ballons. Mais c’était sans compter sur le réalisme de Wigan dont le 3-4-3 lui a déjà permis de contrer énormément d’équipes à l’extérieur, à défaut de systématiquement concrétiser ou remporter ses matchs. En dépit d’un pressing plus organisé qu’en première mi-temps de la part des locaux, Wigan va réussir à passer à travers et faire le break par une combinaison entre Koné et Emerson Boyce à la suite d’une remise en jeu dans le camp Villan. Lancé depuis l’arrière, le latéral Barbadien ajustera Brad Guzan d’une belle finition d’attaquant (0-2, 52e minute). Non content de couper logiquement le timide élan d’Aston Villa, ce but va également précipiter le départ du stade d’une partie du Villa faithful ainsi que l’apparition des premiers sifflets descendant des gradins. Quatre minutes plus tard, c’est l’inévitable Koné qui inscrira son 6e but de la saison sur un service en profondeur de Di Santo au milieu d’une défense passive, en crochetant Brad Guzan de près.

Aston+Villa+v+Wigan+Athletic+Premier+League+W8K_9EG2CdRl

Aston Villa va tenter comme souvent depuis deux saisons de réagir en fin de rencontre en pilonnant la cage adverse. Wigan va réagir en se repliant plus près de son but afin de conserver immaculé son second clean sheet de sa saison (après celui obtenu à Southampton). Les Latics ne se feront pas prendre à défaut défensivement sur les longs ballons de Villa et auront même d’autres occasions de contre-attaquer dans leur dos. Entre temps, Paul Lambert va opérer un triple changement en remplaçant le lunatique Stephen Ireland par Karim El-Ahmadi (qui payait plus ou moins les conséquences de sa performance médiocre contre Tottenham), Brett Holman par le plus percutant Jordan Bowery tandis que la mascotte locale Marc Albrighton fera son apparition à la place d’Eric Lichaj (sorti sur blessure). Le changement vers une formule à quatre défenseurs ne changera pas foncièrement la donne ; laissant la défense toute aussi exposée. Roberto Martínez basculera également dans le même système en fin de rencontre afin de préserver son avantage au score. L’entrée de McArthur à l’heure de jeu aura pour but de densifier le milieu de terrain (comme à Newcastle après l’expulsion de Figueroa) tandis que celle de Gomez  pour Beauséjour entrainera le retour à quatre défenseurs.

Que retenir pour Aston Villa ?

Aston+Villa+v+Wigan+Athletic+Premier+League+M0tvI5CP9dVl

Paul Lambert doit désormais peser le pour et le contre de son changement de système en cours de saison. Il ne s’agit pas d’une solution ponctuelle (le cas du 5-4-1 de Rodgers à Liverpool) ni en toute évidence, une solution efficace (le cas du 3-4-3 de Roberto Martínez à sa mise en place en fin de saison dernière). Cela s’apparenterait davantage au 3-4-1-2 bancal de Roberto Mancini à City qui a en réalité apporté tous les problèmes que ses supposés avantages n’ont pas su masquer. L’animation est pertinente mais la période des fêtes et son accumulation de matchs n’est pas propice pour travailler la mise en place tactique (ce qu’a pu faire Norwich lors de la première trêve Internationale de la saison, lançant sa série d’invincibilité), ce qui se répercute sur un manque d’automatismes criant entre les joueurs sur la pelouse. Il sera intéressant de voir dans quelle mesure le retour des joueurs blessés (Agbonlahor, Vlaar, N’Zogbia, Baker, Dunne, Bent) pourra influer sur la dynamique actuelle. On sera également attentifs aux ajustements que pourrait faire Lambert (avec l’argent de la vente inéluctable* de Bent par exemple) lors du mercato hivernal.

*: Recruté £18m à Sunderland en Janvier 2011, Darren Bent a disputé 48 matchs et inscrit 20 buts pour le club des Midlands. La presse Anglaise spécule depuis quelques semaines sur le libellé des bonus de performance (£6m) que Villa et Randy Lerner sont potentiellement redevables à Sunderland.

Que retenir pour Wigan ?

Aston+Villa+v+Wigan+Athletic+Premier+League+nnKhzU9tEqkl

Roberto Martínez pourra se satisfaire d’une performance pleine de la part de ses joueurs, bien qu’il reconnaisse après la rencontre que son équipe aurait pu aggraver le score avec davantage de précision dans le dernier geste. Une victoire qui permettra éventuellement de lancer une dynamique qui rapproche davantage le contenu des matchs du résultat final dans la mesure où Wigan n’est pas parvenu à concrétiser ses temps forts à de nombreuses reprises cette saison, se faisant finalement reprendre par des adversaires plus réalistes. Cette tendance sera à vérifier dans les prochaines semaines (après la réception de Manchester United, Wigan rencontrera Fulham, Sunderland, Stoke et Southampton) bien que l’ouverture du marché des transferts ainsi que la Coupe d’Afrique des Nations sont deux préoccupations à s’ajouter sur la conscience du manager Espagnol: Arouna Koné (6 buts et 5 assists cette saison) disputera la CAN avec les Eléphants de Côte d’Ivoire tandis qu’il devra certainement se battre pour conserver ses meilleurs éléments, notamment Franco Di Santo (en fin de contrat en Juin prochain) ou encore James McCarthy.

 

Publicités

Une réflexion sur “Aston Villa s’écroule, Wigan déroule

  1. Ces analyses sur les problèmes de Villa sont vraiment pertinentes !
    Si je puis toutefois me permettre un commentaire, il s’agissait là du troisième clean sheet des Latics puisqu’en plus de celui réalisé sur la pelouse des Saints, faut-il rajouter celui obtenu à Tottenham…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s