Manchester s’impose, Chelsea garde la tête haute


Avec le derby de la Mersey, c’était le gros choc de cette 9ème journée de Premier League. Chelsea recevait cet après-midi à 17h heure française Manchester United. Un duel entre le leader et son dauphin, séparés au coup d’envoi du match de 4 points, qui aura tenu toutes ses promesses !

Van Persie continue de surfer sur sa vague

Des équipes attendues

Aucun des deux managers ne créa la surprise avec son onze de départ. Roberto Di Matteo, qui devait composer sans ses deux leaders John Terry (2ème match de suspension sur 4) et de Frank Lampard (blessé deux semaines à la cheville), aligne un 4-2-3-1 classique, avec une paire centrale composée de Luiz et de Cahill, et son fameux trio Hazard, Oscar et Mata au milieu, soutenu par la paire Mikel – Ramires. Du classique donc côté Chelsea. Alex Ferguson reste lui aussi dans le basique avec un 4-2-3-1. C’est Van Persie qui prend la pointe, avec Rooney un cran en-dessous. Sans Vidic, c’est le duo Evans – Ferdinand qui défendra les cages de De Gea, aujourd’hui titulaire. Deux compositions prévisibles donc alignées au coup d’envoi par les deux formations : le match peut débuter !

Une première mi-temps de feu

Le match va rapidement tourner en la faveur de Manchester United. En effet, dès la 4ème minute, après un bon travail de Rooney, Van Persie frappe au but. Son tir, après avoir heurté le poteau, revient et frappe contre le dos d’un David Luiz impuissant avant de passer la ligne de but. Pas concentré, Chelsea se fait surprendre d’entrée : 1-0 pour Manchester United. Les Blues vont tenter de riposter mais vont rapidement se faire surprendre une nouvelle fois. Parti en contre, Valencia longe la ligne de touche jusqu’au poteau de corner avant d’adresser un centre au point de pénalty. C’est encore Van Persie qui s’y trouve. La défense de Chelsea au marquage élastique est aux abois, le Néerlandais trompe facilement Cech qui ne peut rien : 12 minutes de jeu et déjà 2-0 pour Manchester United, qui revient virtuellement à un point de Chelsea au championnat. Devant un public muet, les Blues se doivent de réagir. Mais face à un Manchester United qui se regroupe derrière, les choses compliquent. L’axe du terrain est bouché avec Van Persie et surtout Rooney qui reviennent défendre, et Chelsea est trop imprécis dans ses passes et combinaisons : le jeu des Blues semble trop stéréotypé et prévisible pour inquiéter un United en situation parfaite. Il faudra attendre la 23ème minute pour voir une réelle occasion, avec un coup-franc de Luiz repoussé du pied droit pas De Gea sur sa ligne. Chelsea, plus incisif, tente et parvient enfin à emballer le match. Plus mordants, les Blues multiplient les occasions avant la pause que ce soit dans le jeu ou sur coup de pied arrêté. C’est d’ailleurs d’un coup-franc que va venir la réduction du score des locaux. Après une faute de Rooney dans ses 25 mètres, décalé sur le droite, Mata se charge du coup-franc et enroule parfaitement son ballon qui vient frôler le montant droit d’un De Gea impuissant. 2-1, l’espoir renaît et Chelsea continue de pousser. Mata aurait d’ailleurs pu égaliser avant la pause sur une jolie occasion mais le portier mancunien est à la parade : 2-1 à la pause pour un Manchester réaliste, mais largement bousculé.

Un match qui part dans tous les sens

Au retour des vestiaires, Chelsea continue dans sa lancée et Manchester continue de subir. Emmené par un Juan Mata en forme olympique ces dernières semaines, les Pensioners vont réussir à égaliser. Sur un long ballon, Mata réalise le contrôle parfait pour éviter au ballon de sortir en 6 mètres. Celui-ci centre, Oscar est à la réception au second poteau. Ramires, qui déboule de derrière, arrive dans la surface et place une tête sur un service d’Oscar : Stamford Bridge se réveille, Chelsea est de retour dans la partie ; 2 partout. Obligé de repartir de l’avant, les Red Devils se réveillent et le match se rééquilibre. La fin de partie s’annonce dorénavant passionnante. Cependant, le premier tournant du match intervient peu après l’heure de jeu. Alors qu’il semble déjà avoir oublié un pénalty pour Manchester (main de Luiz à la 51ème minute), l’arbitre de la rencontre, Monsieur Mark Clattenberg, sanctionne Branislav Ivanovic d’un carton rouge. En effet, alors que Young partait en profondeur, ce dernier s’est écroulé alors qu’Ivanovic, dernier défenseur, l’ait plus ou moins touché : Chelsea terminera la rencontre à 10. Oscar sort pour Azpilicueta qui occupera la place d’Ivanovic. Arrive alors la 69ème minute. Torres part seul au but et s’effondre. L’arbitre de la rencontre estime que l’espagnol a simulé, et il le sanctionne d’un second carton jaune synonyme de rouge. En 10 minutes, Mark Clattenberg vient de réduire les locaux à 9 ! Manchester United en profite et reprend du poil de la bête : après avoir heurté le poteau suite à un sauvetage de Cech, le cuir revient dans les pieds de Rafael qui centre. Hernandez, placé dans la surface, pousse le ballon au fond des filets. 3-2 pour Manchester United, le buteur mexicain était pourtant bien hors-jeu. En 15 minutes de temps et alors que Chelsea semblait supérieur, le vent a tourné. Outré par la performance de l’arbitre, le public de Stamford Bridge se met à pousser comme rarement ses joueurs, qui ne sont désormais plus que 9. Le match se terminera sur un 54% de possession pour les Blues, qui vont pousser jusqu’à la dernière seconde du match. Mais Manchester United, comme en première période, se regroupe derrière et va contrôler sa fin de match grâce à sa supériorité numérique, se créant même logiquement plusieurs situations dangereuses (notamment un face à face manqué par Valencia).. Après 5 minutes de temps additionnelles, l’arbitre renvoie les deux équipes aux vestiaires : victoire 3-2 de Manchester United.

Un arbitrage controversé

Un match nul entre les deux équipes aurait surement été plus logique, mais c’est donc United qui l’emporte. Malgré cette défaite, Chelsea reste premier du championnat, à une longueur donc de son adversaire du jour, toujours deuxième. Cette défaite est la première de l’année pour Chelsea, qui aura donc craqué face à Manchester United lors du match au sommet, un match qui aurait pu permettre aux Blues de mettre 7 points dans les vues des Mancuniens. Chelsea, qui semblait invincible, montre ses faiblesses notamment dans la variation de son style de jeu, alors que Manchester United confirme son adresse chirurgicale face aux cages et dans le jeu de contres, ainsi que son excellente discipline tactique, ainsi que son excellente discipline tactique. Cependant, cette défaite de Chelsea aura surement un goût amer. En effet, le match semble clairement avoir été faussé par un Mark Clattenburg dépassé en seconde période. Après avoir oublié un penalty pour Manchester, il pénalise Chelsea de deux de ses joueurs en moins de 10 minutes, alors que l’expulsion de Torres par exemple semble très sévère. Le but de la victoire est finalement bien hors-jeu, mais rien ne sera signalé par l’arbitre assistant. Sans parler des décisions sur les cartons jaunes, parfois douteuses voire illogiques. Les deux camps l‘avoueront : l’arbitrage n’a pas été à la hauteur de l’événement. Manchester ne s’en plaindra pas, alors que les Blues risquent eux de faire la moue. Lors du prochain match, ils devront en effet se passer de Torres et d’Ivanovic, en plus des absences de Terry et Lampard.

Crédit photo : bbcimg.co.uk

Advertisements

2 réflexions sur “Manchester s’impose, Chelsea garde la tête haute

  1. Dur de commenter ça après une telle parodie.
    Et Clattenburg, en plus d’avoir empoché les mallettes et d’avoir été minable, aurait insulté (propos racistes ?) des joueurs Blues. Beau non ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s