Avec Lloris, Tottenham maintient le cap


Avant la trêve internationale, Tottenham concluait une série de 7 rencontres en 28 jours par la réception d’Aston Villa, 15éme. La faible rotation des troupes opérée par André Villas-Boas ne l’a pas empêché d’aligner Hugo Lloris dans les cages des Spurs. Ce choix surprenant prive Brad Friedel d’une 311éme apparition consécutive en Premier League et offre au gardien Français son baptême dans le Championnat anglais.

Compositions –

Aston Villa: Guzan ; Lowton, Vlaar, Clark, Bennett ; Delph (N’Zogbia, 65′), Holman (Bannan, 73′), El Ahmadi, Albrighton (Bent, 65′) ; Agbonlahor, Benteke. Not used: Given, Lichaj, Westwood, Weimann.

Tottenham: Lloris ; Walker, Gallas (c), Caulker, Vertonghen ; Sandro, Dembélé, Lennon (Townsend, 87′), Dempsey (Sigurdsson, 82′), Bale ; Defoe (Adebayor, 67′) Not used: Lloris, Dawson, Huddlestone, Falque.

Après l’avoir titularisé une deuxième fois en Europa League jeudi, le manager Portuguais a confié vouloir « donner de la continuité à Lloris ». Exit Brad Friedel dont la série incroyable s’arrêtera à 310 matchs d’affilés en Premier League, depuis 2004. Comme lors de ses apparitions en Europa League, le gardien international Français s’est montré prudent. Pas vraiment mis à contribution, il n’a pourtant pas hésité à boxer les tentatives de Benteke, seul danger des Villans. Il s’est également montré prompt sur ses sorties dans les pieds des attaquants adverses. Seule fausse note de sa prestation, une relance hasardeuse à la main, en début de seconde période. En relaçant dans le dos de Bale, son erreur a bien failli couté l’ouverture du score. Mais la tête du jeune international Belge, Benteke, ne fait que fleurter avec le poteau gauche de Lloris. Cette chaude alerte restera le seul frisson qu’eut White Hart Lane.

Pour autant, les Spurs tardent à allumer les premières mèches et les tentatives de Defoe (29e) et Vertonghen (35e) ne sont que des pétards mouillés. Les hommes de Villas-Boas semblent éprouvés dans le premier acte. Seuls Sandro et Gallas avaient pu souffler en milieu de semaine, pendant le déplacement au Panathinaikos. Le jeu des Spurs n’est alors guère flamboyant et les acteurs regagnent les vestiaires à la mi-temps sur un score nul et vierge.

Les locaux reviennent cependant avec d’autres ambitions en seconde période. Ils adoptent une attitude plus conquérante à l’image de l’apport offensif de Walker et Vertonghen, discrets lors des 45 premières minutes. Le bloc est nettement plus haut et la récompense ne se fera pas attendre. C’est sur corner que la situation se débloque. Jermain Defoe, le jour de ses 30 ans, prend tout son temps pour contrôler et ajuster une frappe que dévie Caulker (57e). Privé d’une 200éme réalisation en club, Defoe offre néanmoins le premier but de Steven Caulker pour son club formateur. Tottenham ne se contente pas de ce seul but d’avance et veut éviter à tout prix de se faire rejoindre après avoir ouvert la marque, comme lors des trois matchs nuls concédés cette saison. Ce n’est que neuf minutes plus tard que Aaron Lennon, bien servi par Dempsey, donnera un avantage plus conséquent aux siens (66e). Rappelé en sélection pour la première fois depuis le Mondial sud-africain, le petit ailier droit y va de son premier but de la saison.

La différence est faite, les hommes de Paul Lambert ne reviendront pas. La fin de match fut l’occasion de revoir Emmanuel Adebayor, absent depuis cinq semaines. Le Togolais, à la recherche aussi de son premier but cette saison, remplaça Defoe titulaire, lui, lors de neuf des dix rencontres disputées par Tottenham. A 2-0, Bale toucha même le montant de Guzan dans les dernières minutes, mais le score ne bougea plus.

En saisissant les rares occasions qu’ils se sont procurés pour marquer, les Spurs enchainent une quatrième victoire de rang en Premier League. Sans briller, ils maintiennent le cap et recollent à une longueur de la deuxième place. Avec ce troisième match sans succès, Aston Villa recule pour sa part à la 16éme position et n’est toujours pas parvenu à battre son rival du jour depuis septembre 2008. A cette époque, Friedel gardait encore le but des Villans. Dans deux semaines, la trêve internationale laissera place à un succulent derby entre Tottenham et Chelsea: l’occasion d’enrayer le rythme effréné du leader et de confirmer les promesses faites par la victoire à Manchester.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s