Southampton Football Club, le Retour, Partie 2


Les Saints sont au rendez-vous

Il y a 7 ans, au terme d’une édition 2004-2005 catastrophique, Southampton se voyait relégué pour la première fois depuis la création de la Premier League (1992) en 2ème division. 7 ans plus tard, revoilà le club de la South Coast en Premier League après deux montées consécutives. My Premier League vous propose dorénavant un dossier complet  sur ce fabuleux club qu’est Southampton en 4 parties.

I Southampton, fiche d’identité et Histoire

II Saison 2009-2010, le Reconstruction, et Saison 2010-2011, le Reconquête

III Saison 2011-2012, le Retour et Saison 2012-2013, Toujours plus loin ?

IV Let’s discover Adam Lallana & Rickie Lambert

Saison 2009-2010, la Reconstruction

Kit domicile 2009-2010, le fameux maillot rayé rouge et blanc

De nouvelles fondations

Markus Liebherr, l’homme à qui le club doit beaucoup

Relégué et dans le trou financièrement, avec 10 points de pénalité et une équipe décimée (quelques joueurs ont été vendus pour gagner de l’argent), Southampton doit tout reconstruire pour éviter la catastrophe qu’a connu par exemple Luton Town (en 1ère division en 1991-1992, aujourd’hui en Blue Square Premier (D5) à cause de problèmes financiers). Alors que le club avait été placé en liquidation quelques mois plutôt car la Southampton Leisure Holding, entreprise alors propriétaire du club, n’avait pas les moyens de rembourser les dettes du club, Southampton va devoir trouver un nouveau propriétaire sous peine de disparaître. Ce sera chose faite 98 jours après la mise en liquidation de Soton, le 8 juillet 2009 précisément. C’est le germano-suisse Markus Liebherr, puissant homme d’affaire et appartenant à une famille ou le business se transmet de génération en génération, qui rachète de club pour un montant d’environ 13 à 15 millions de livres sterling.

Markus Liebherr a été attiré à Southampton pour un certain nombre de choses, dont le patrimoine du club, sa base de fans, son stade de première classe, ses installations de formation et surtout le potentiel du club à retrouver l’élite anglaise. Le bonhomme ne s’est pas trompé.

Il annonce de suite : « Je pense que nous avons une superbe opportunité de reconstruire ce grand club. De toutes évidences, cela va nécessiter des ressources, un travail acharné et de la patience. Nous allons réunir une équipe de gestion solide à tous les niveaux du club. Nous allons agir rapidement, mais aussi regarder sur le long terme, parce que je suis ici pour le long terme.  »

Mark Fry, qui avait alors pris le contrôle des opérations jusqu’à ce qu’un nouvel investisseur soit trouvé, comment: « La vente de Southampton à Markus Liebherr est une opportunité fantastique de reconstruire le club »

L’entraîneur alors en place, Mark Worte est limogé est le club se met officiellement à la recherche d’un entraîneur. Le club trouvera son bonheur en la personne d’Alan Pardew, qui a notamment obtenu la promotion de la Championship à la Premier League avec West Ham en 2004-2005. Cet arrivé sera officialisé le 17 juillet. Markus Liebherr va aussi amener le businessman italien Nicolas Cortese et le nommer président exécutif du club : une base stable semble enfin retrouvée. Reste maintenant  à se construire une équipe compétitive capable de jouer la promotion.

Le recrutement de Lambert ou les prémices du succès de Southampton

La première recrue du trio Liebherr – Cortese – Pardew sera Dan Harding, arrière gauche de 26 ans dont le contrat venait d’être résilié par Ipswich Town (alors en Championship). Le premier match de championnat de l’ère Pardew a lieu le 8 Aout 2009, contre Millwall. Le match se joue au St Mary Stadium est plus de 20,000 fans répondent présents pour ce premier match de l’année. La défense, notamment composée de Graeme Murty (tout juste signé), Chris Perry et Wayne Thomas semble lourde et vieille. Au milieu de terrain, on retrouve déjà en 2009 le français Morgan Schneiderlin, recruté l’année précédente  à Strasbourg, alors associé au vétéran, Paul Wotton. Les deux ailiers, Adam Lallana et Lloyd James, tous deux formés au club, semblent plus frais et devant, le duo Marek Saganowski – Matthew Paterson semble pouvoir faire la différence. Ce sera chose faite puisque les Saints ouvriront la marque (Paterson, 51ème). Les Lions de Millwall finiront par égaliser : Southampton est dernier, à -9 points.

L’équipe semble encore trop fiable. Heureusement, l’entraîneur Alan Pardew, qui a déjà le plus grand soutien des fans, a les idées claires : il veut atteindre les Play-Offs. C’est dans ce but que le 10 aout 2009 restera une date à marquer au fer rouge pour les Saints. C’est ce jour-ci que l’expérimenté coach signe Rickie Lambert pour près de d’1 million de livres ! Alors attaquant et buteur héroïque et adulé de Bristol Rovers, l’attaquant anglais qui a alors 27 ans rejoint le club de la côte sud récemment relégué. L’adaptation y sera très rapide, puisqu’il marquera pour ses débuts le lendemain contre Northampton Town en Coupe puis pour son premier match de championnat, contre Huddersfield (défaite 3-1). S’en suivra une autre défaite pour Southampton contre Swindon Town : le club reste bloqué à -9 points. Alan Pardew va alors ressortir la baguette magique pour signer Dean Hammond,  très bon milieu de terrain de 26 ans. Mais malgré cette arrivée qui en appellera d’autres (celles du défenseur tunisien Radhi Jaidi et de l’attaquant prêté par la Fiorentina Papa Waigo), Southampton ne décolle pas et enchaîne avec 4 matchs nuls de suite en championnat. Ce ne sera guère mieux en Carling Cup puisque les Saints seront sortis au deuxième tour par la brillante équipe de Birmingham City. Après 7 journées de championnat, Southampton n’a encore gagné aucun match et pointe à la dernière place du championnat à -5 points. Il va falloir un déclic …

Dean Hammond. A peine arrivé, déjà capitaine

Ce déclic interviendra le 19 septembre, date à laquelle le club remporte sa première victoire de la saison. A domicile, et devant près de 20,000 fans, Southampton l’emporte 2-0 avec un doublé de Rickie Lambert. Un nul contre Carlisle et une défaite contre Bristol Rovers 3-2 (avec un but de Lambert contre son ancienne équipe et Lallana) suivront : Southampton reste dans le négatif. S’en suit cependant une belle victoire 4-1 contre Gillingham qui voit pour la première fois de l’année les Saints dans le positif : +2 points. La saison est enfin lancée ! Deux autres joueurs seront ajoutés à l’effectif en les personnes de David Connolly, avant-centre très expérimenté tout juste résilié par Sunderland et Michail Antonio, ailier – attaquant prêté par Reading. Ces arrivées apporteront de la fraîcheur au groupe, qui enchaînera d’ailleurs avec 3 victoires, toutes sur le score de 3-1. Le quatuor offensif Hammond-Lallana-Connolly-Lambert semble inarrêtable et le 24 octobre, Southampton pointe à la 21ème place avec 11 points. Il va maintenant falloir enchaîner pour pouvoir espérer accrocher les Play-Offs.

Malgré trois accrochages à Leyton Orient (2-2), contre Brighton (1-3) et contre Norwich City (2-2), le club de la South Coast va être capable de ré-enchaîner 4 victoires de rang du 24 novembre au 12 décembre. De ces quatre victoires respectivement contre Hartlepool United, Wycombe Wanderers, Walsall et enfin Tranmere, une constante revient : seuls les joueurs du quatuor offensif cité plus haut marque. Et un duo semble se dégageait, c’est celui formé par Rickie Lambert, 27 ans et recruté cette même année, et Adam Lallana, ailier d’à peine 20 ans formé au club. Les deux joueurs semblent avoir développé en quelques mois une grosse entente sur et en dehors du terrain. Une entente que l’on pourrait résumer à ce qui suit. Lallana, qui aime se balader entre les lignes et donc rentrer dans l’axe, se sert de Lambert en tant que remiseur, en tant que point d’appui pour faciliter ses insertions dans la défense  alors que Lambert va lui profiter de l’excellente vision du jeu du jeune ailier pour pouvoir être de plus en plus décisif. Les premiers pas d’un duo qui fait encore mal à l’heure actuelle …

14ème avec 25 points, le plus dur est donc fait pour Southampton : avoir trouvé une dynamique. Le club connaîtra une période de Noël tout de même compliqué, avec une défaite 1-0 à Leeds, une victoire 3-1 sur Exeter pour une nouvelle défaite 2-1 chez Colchester. En FA Cup, le club continu son joli parcours et élimine sur un petit 1-0 (but de Lambert) le club de Luton après avoir éliminé Bristol Rovers et Northampton. Nous sommes alors le 2 Janvier, et le mercato d’hiver vient d’ouvrir ses portes …

Un travail à deux doigts de payer

José Fonte, futur patron de la défense

Le 16 janvier, Southampton se rend à Millwall mais avant ce match, le club bouclera l’arrivée de trois joueurs défensifs. Ce sont en effet les signatures de José Fonte (défenseur central, acheté £1,2M à Crystal Palace),  Danny Seaborne (défenseur central, anglais) et Jon Ostemebor (arrière latéral droit, arrivé gratuitement de Norwich). Fonte sera de suite un joueur clé derrire, les deux autres seront utilisées comme doublures. Les Saints n’arriveront cependant pas à faire chuter Millwall chez eux, et repartent ainsi avec un match nul 1-1. C’est ensuite Lee Barnard, attaquant de Southend United, qui pose ses valises sur l’Itchen. Un recrutement malin qui permettra au club d’éliminer Ipswich Town en FA Cup (2-1, but de Thomas et Michail Antonio). Cependant, le club cale encore en championnat avec un nul chez Brentford et malgré le but rapide de Lloyd James. Il faudra attendre le 30 janvier, date de la signature de Jason Puncheon, pour voir le club l’emporter à la maison sur Stockport County 2-0. A la fin du mois de janvier et après un mercato très intelligent, le club se trouve 11ème, avec 33 points.

La dynamique semble lancée pour Southampton qui enchaine après cette victoire sur Stockport  matchs sans défaite, dont deux victoires impressionnantes 5-0 et 5-1 respectivement sur Walsall et sur Huddersfield. Lee Barnard est lui déjà lancé avec buts durant ce bon mois de février 2010. Seule ombre au tableau : l’élimination en FA Cup au St Mary Stadium contre le rival historique Portsmouth. Alors qu’ils avaient égalisé à 1-1 avec un but de Lambert de la tête sur un coup-franc très bien tiré, les Saints ont vu Pompey revenir avec 3 buts dans le dernier quart-d’heure. Southampton est désormais 10ème, les Play-Offs semblent à porter de tir des Saints.

Barnard, Lallana, Lambert : la folie des grandeurs

Cependant, le club va connaître deux défaites début mars qui se révèleront crucial. C’est à Tranmere, défaite 3-1, puis à domicile 0-1 contre Swindon que Soton s’inclinera, deux défaites cependant entrecoupées d’une victoire sur Leeds United 1-0, avec un but de Dan Harding contre son ancien club. Southampton n’a plus le droit à l’erreur. Et les Saints vont être capables de sortir la bonne série au bon moment, avec 9 matchs sans défaite de fin mars à fin avril. Cependant, Huddersfield, 6ème et dernier qualifié aux Play-Offs, fait un parcours sans fautes graves, et le match nul (8ème match de cette longue série d’invincibilité) 0-0 contre Oldham Athletic mettra fin à tout espoir de Play-Offs pour Southampton. Reste alors deux matchs en championnat : une défaite chez Gillingham puis finalement une victoire à la maison lors de la dernière journée sur le score de 3-1 (doublé de Lambert et but de Lallana).

Southampton termine cette saison 2009-2010 à la pire des positions, 7ème. Pas de Play-Offs cette année donc pour Soton qui termine tout de même avec 73 points et ce sachant que le club a pris une pénalité de 10 points en début d’année. Autant dire qu’avec ces 10 points, le club serait largement en Play-Offs. Mais cette excuse n’est pas forcement valable. Avec l’une des meilleures équipes sur le papier, Southampton aurait dû se qualifier pour les Play-Offs. Mais trop de points bêtement perdus, notamment à cause du départ assez chaotique, auront eu raison des espoirs Saints.

Cependant, beaucoup de points positifs sont à tirer de cette saison 2009-2010. De la confirmation d’Adam Lallana, déjà titulaire en Championship, au recrutement réussi de José Fonte, Dean Hammond et surtout de Rickie Lambert, la mayonnaise a pris alors que l’on aurait pu craindre une nouvelle catastrophe pour le club. Nul doute que l’année suivante, Southampton serait de la partie. Et en parlant de points positifs …

Un premier titre depuis 1976

Les Saints sont au rendez-vous

Outre cette belle saison en Coca Cola League One, un beau parcours en FA Cup stoppé par le rival historique Portsmouth et une sortie dès le deuxième tour en Carling Cup, Southampton était engagé dans une autre compétition. Il s’agit du Johnstone’s Paint Trophy, compétition réunissant les clubs de League One & Two. Les clubs des deux divisions sont répartis selon une division Nord/Sud équivalente (24 équipes au Nord, 24 équipes au sud). Le vainqueur au Nord affronte finalement le vainqueur au Sud à Wembley pour le titre. Situé sur la côté sud, Southampton fait logiquement parti de la division sud.

Southampton a éliminé Torquay United au premier tour au mois d’octobre. Malgré un doublé de N’Diaye Papa Waigo, il faudra attendre les tirs au but pour voir les Saints l’emporter (5-3).

La deuxième s’annonçait lui plus coriace puisqu’il fallait battre Charlton Athletic, équipe de League One. Ce sera chose faite, sur le score de 2-1, grâce à des buts de Wayne Thomas et Rickie Lambert.

Plus dur encore, le troisième tour opposait Southampton à Norwich (futur vainqueur du championnat). Comme lors du premier tour, il faudra attendre les tirs au but pour que Soton s’impose (6-5) et ce malgré là encore un doublé de N’Diaye Papa Waigo (prêté par la Fiorentina) durant la rencontre. A noter que comme c’était la demi-finale Sud, il y a eu des prolongations (il n’y en a pas eu lors du premier tour).

Arrive alors la finale Sud, qui se joue sur deux rencontres. La première manche se joue à Milton Keynes contre les locaux de MK Dons. Southampton prend l’avantage avec une courte victoire 0-1 (Michail Antonio). Lors du retour, Southampton n’a pas tremblé et l’emportera 3-1 grâce à Rickie Lambert, Danny Woodards (CSC) et Adam Lallana, soit un score cumulé de 4-1 : Southampton jouera la finale contre le vainqueur du Nord, Carlisle United.

73,416 fans se sont déplacés pour 2 clubs de 3ème division !

Une finale à Wembley ne vaut rien au monde, surtout pour des clubs de petites divisions. C’est pourquoi à chaque fois le stade de Wembley fait le plein. C’est cette fois sous 73,416 supporters, soit 146,832 yeux, que se déroule cette finale du Johnstone’s Paint Trophy 2010.

Formation très offensive aligné par Southampton puisque 3 attaquants sont titulaires (Lambert, Antonio et Papa Waigo, à qui la compétition réussi) en plus de Lallana. Et cette tactique offensive prônée par Alan Pardew va très rapidement porter ses fruits face à une équipe de Carlisle plus faible.

Un match riche en spectacle et en buts !

Dès le début du match, Southampton va dominer et pousser pour marquer. La défense de Carlisle semble fébrile et concède un pénalty dès la 15ème minute. En effet, durant un duel aérien avec Rickie Lambert, Peter Murphy, défenseur de Carlisle, touche le ballon volontairement de la main. C’est ce même Lambert qui prend ses responsabilité et transforme facilement le pénalty: Southampton 1 Carlisle 0.

Après touché le haut de la barre transversale sur une belle tête, Carlisle va rompre et encaisser un second but. Sur une longue touche de Michail Antonio, Rickie Lambert, posté au premier poteau, dévie le ballon de la tête. C’est le petit Adam Lallana, laissé libre de tout marquage, qui le reprend victorieux de la tête : Southampton mène désormais par 2 à 0.

Carlisle, qui essaye de refaire son retard, se fera surprendre une nouvelle fois. Parti en contre, Lambert combine avec Papa Waigo sur l’aile gauche avant d’aller centrer. Michail Antonio reprend le centre et envoie un missile que le gardien ne peut que repousser … sur la tête de Papa Waigo qui avait continué sa course. Southampton est assuré de la victoire.

Sur un long dégagement de Kelvin Davies, portier rouge et blanc, la défense de Carlisle ne parvient pas à repousser le ballon. Celui-ci arrive alors dans les pieds de Michail Antonio, à l’entrée de la surface, qui pour la forme frappe le ballon en demi-volée basse : Southampton atomise Carlisle 4-0.

Carlisle arrivera tout de même à sauver l’honneur. C’est le jeune et prometteur Gary Madine, entrée en cours de jeu, qui réduit la marque de la tête sur coup-franc.

Southampton vainqueur de la Johnstone’s Paint Trophy 2010 !

Victoire finale très facile de Southampton 4-1. Dominateur, les Saints n’ont pas eu le temps de trembler. Les 44,000 Saints qui ont fait le déplacement peuvent exploser de joie, Southampton emporte là son premier titre depuis la FA Cup 1976

Buts visibles ici : http://www.youtube.com/watch?v=UEZWNoB2Yn4&feature=related

Les 4 buteurs de la finale : Michail Antonio, Adam Lallana, N’Diaye Papa Waigo et Rickie Lambert

Saison 2010-2011, la Reconquête

Kit domicile 2010-2011, pourquoi n’y a-t-il pas de rayures ?

Une saison doublement spéciale

A peine cette belle saison 2009-2010 terminée,  on songe déjà à l’édition qui arrive du côté de Southampton avec pour seul mot à la bouche : la promotion en Championship. Cependant, cette saison 2010-2011 s’annonce dorénavant très spéciale pour le club de la côté sud de l’Angleterre.

Premier maillot du club, de 1885 à 1889

Vous l’aurez compris, 2010 est en fait l’année du 125ème anniversaire de Southampton Football Club ! Du St. Mary’s Church Young Men’s Association de 1885 au Southampton Football Club actuel, 125 ans d’histoire pèse désormais sur les épaules des Saints. Après un succès historique en FA Cup en 1976 et la longue période en Premier League avec Matt Le Tissier alias Le God, le club végète désormais en 3ème division, mais cette date anniversaire semble être le meilleur moment pour repartir de l’avant.

Pour cette saison spéciale, on abandonne donc les rayures et on revient exceptionnellement au design du premier maillot du club, à savoir une rayure rouge en travers d’un maillot blanc. A noter qu’elle celle-ci est dans le sens inverse. Un logo spécial sera aussi utilisé juste pour cette année, et aucun sponsor ne sera présent sur le maillot (comme à l’époque).

En plus de cet anniversaire qu’il faudra honorer de la meilleure des manières, le 10 août 2010 tombe une terrible nouvelle : Markus Liebehrr vient de décéder. L’homme grâce à qui les Saints marchent toujours de l’avant (l’hymne du club est le célèbre ‘When The Saints Go Marching In !’). L’avenir du club a été assuré avant sa mort, mais les Saints vont avoir là une nouvelle tâche : honorer  Markus Liehberr !

« Merci Saint Markus pour tout ce que tu as fait pour nous. Tu ne seras jamais oublié. A jamais un Saint, R.I.P »

Une mayonnaise qui prend

Après une saison prometteuse, les Saints vont logiquement primer la stabilité pour cette saison qui arrive. Quelques additions seront pourtant faites à l’équipe première. Dès le 10 juin, on annonce l’arrivée de l’arrière gauche de Brentford, Ryan Dickson. La veille du premier match de la saison, qui se joue au St Mary’s contre Plymouth, c’est Frazer Richardson qui pose ses valises sur la côte sud. Un autre arrière droit va suivre. C’est l’excellent Danny Butterfield, qui jouait alors une division au-dessus avec Crystal Palace (ancien club d’un autre Saint, José Fonte). Le club devait remplacer les Graeme Murty, Chris Perry et autre Jon Ostemebor, vieillissants et tous trois partis, c’est chose fait. L’arrière garde semble plus fraîche et enfin compétitive.

L’ère Pardew touche à sa fin. Il reste cependant le premier façonneur du Southampton actuel

Arrive donc le premier match de la saison contre Plymouth, fraîchement relégué de 2ème division. Sans Lambert et avec un Lallana sur le banc, Southampton sera vite mis à mal par un Plymouth entreprenant. Le jeune Luke Summerfield trompera d’ailleurs Kelvin Davies peut après la pause. Les entrées des deux milieux latéraux Adam Lallana et Lee Holmes ne changeront rien, Southampton est défait 0-1 à domicile pour la première de la saison. Ou les prémices d’un mauvais début de saison … Le prochain match de championnat a lieu 2 semaines plus tard, toujours à domicile, contre les londoniens de Leyton Orient. L’équipe alignée par Southampton semble enfin tactiquement cohérente avec Davies dans les cages et un quator défensif solide (Butterfield, Fonte, Jaidi, Harding). Au milieu, le duo formé par Dean Hammond et Morgan Schneiderlin s’impose naturellement faute de concurrence. Même chose sur les ailes avec Lallana à gauche et Puncheon à droite. Pour finir devant, c’est le déjà chouchou Rickie Lambert, revenu de blessure, qui reprend le contrôle des opérations, soutenu par Lee Barnard. A noter que de cette équipe type de Southampton en 3ème division, seuls deux joueurs (Jaidi (retraite) et Harding) ne font plus partis de l’effectif pour la saison 2012-2013 en Premier League ! Southampton va logiquement prendre l’avantage grâce à l’inévitable Rickie Lambert, mais ce fera aussitôt reprendre par Leyton Orient et Terrell Forbes. Southampton fera tout pour revenir, et la première apparition de la saison d’Alex-Oxlade Chamberlain  ou encore l’entrée du joker de luxe David Connolly n’y changeront rien. Southampton concède le nul à domicile.

Toujours sans victoire, Southampton semble avoir du mal à forcer son destin. C’est dans ce but qu’arrive en prêt de Cesèna (Italie) l’attaquant/ailier brésilien Guly Do Prado. Très puissant physiquement, il devrait apporter à Southampton sa polyvalence entre milieu/attaque pour voir enfin le club décoller. Lors du troisième match de la saison, Southampton se réveille enfin. Les Saints vont en effet défier Bristol Rovers au Memorial Stadium et n’en feront véritablement qu’une bouchée de ces Rovers. Même équipe que contre Leyton Orient mis à part le remplaçant de Jaidi par un jeune défenseur du club, Aaron Martin. Choix payant puisque Southampton repart avec un clean-sheet et une loudre victoire 4-0 avec des buts de Fonte, Lallana, Lambert et Barnard. Après une défaite et un nul, Southampton semble monter en puissance et gagne enfin. C’est cependant ce moment-ci qui est décidé par Nicolas Cortese pour limoger son entraîneur Alan Pardew. En conflit avec celui-ci, Pardew l’était aussi avec son staff. La goutte d’eau pour Cortese qui le limogera donc le 30 aout.

Nigel Adkins (l’homme qui a fait révéler Gary Hooper) débarque sur l’Itchen River

C’est qui Dean Wilkins prend l’intérim, et ça se passe mal pour Southampton qui connaîtra deux défaites de suite contre Rochdale et Swindon. Le 12 septembre, Nigel Adkins, alors entraîneur de Scunthorpe United (D2), débarque à Southampton pour remplacer Alan Pardew. Même si ce limogeage a été très mal pris par les fans (Pardew est celui qui avait amené ces grands noms à Southampton et sortait d’une belle saison avec une coupe), il allait vite falloir agir pour Adkins. Et sa première décision sera de titulariser le jeune Alex-Oxlade Chamberlain à la place de Jason Puncheon. La première de Nigel Adkins se passera mal, et Southampton sera défait  par MK Donc sur le score de 0-2. Ce sera ensuite un nul, 0-0 contre Colchester.  4 matchs de suite sans un but (seuls 5 buts marqués en 7 matchs), seulement 5 points et une triste 22ème place, synonyme de relégation en D4 ! Rien ne va plus et Southampton va devoir vite réagir. Un Southampton qui va pouvoir compter sur l’excellent Nigel Adkins, qui aura pour le coup du répondant.

A Sheffield Wednesday, Southampton va réussir à remporter son deuxième match de la saison grâce à un but de Lee Barnard : l’ère Adkins est lancée ! Malgré un nul à Yeovil Town (1-1, premier but de Guly), les Saints enchaîneront ensuite avec deux belles victoires 2-0 sur Bournemouth le 2 octobre (buts marqués par Lambert) puis sur Tranmere le 9 (nouveau but de Lambert et Lallana). Malgré une défaite compliquée 2-0 contre Huddersfield, se suivront encore 3 autres victoires pour Southampton du 23 octobre au 2 novembre. Ce sera notamment le premier but de Chamberlain avec l’équipe première (lors de la victoire 2-1 face à Oldham). Dorénavant installer au poste de milieu droit du 4-4-2 d’Adkins, Chamberlain peut y exploiter sa vitesse et y faire parler sa technique, avec notamment ces départs balle au pied de la ligne médiane pour rentrer dans l’axe qu’il affectionne tant. Déjà indéboulonnable à 17 ans, il signera deux autres but une dizaine de jours plus tard lord de la grosse victoire 4-0 sur Dag & Red.

Chamberlain félicité par ses coéquipiers après son premier but en championnat, contre Oldham.

Après une élimination rapide en Carling Cup (dès le deuxième tour par Bolton), il est désormais l’heure de jouer la FA Cup. Southampton se débarrasse tranquillement de Shrewsbury Town  le 6 novembre avec une équipe remixé. Les buts sont signés David Connolly et Adam Lallana d’une superbe frappe enroulée. Tout semble rouler pour les Saints, mais une défaite 3-2 (encore un but de Chamberlain !) chez Carlisle United aura le mérite de remettre les choses en place : les Saints redescendent en 10ème position au classement, avec  24 points. Le 20 novembre, les Saints balayent Peterborough United (futur vainqueur des Play-Offs) 4-1 et obtiendront le nul face à Brighton (futur champion). Arrive le second match en FA Cup et rebelote : Southampton l’emporte facilement 3-0 contre Cheltenham, avec une équipe une fois de plus remixée. L’homme du match sera Adam Lallana, toujours plus impressionnant, avec un but et deux passes décisives à son compteur.

Après ce bon mois de novembre, Soton doit continuer sur sa lancée. Mais beaucoup de matchs seront remis et il sera ainsi difficile de continuer sur cette bonne forme sans match. Le premier match, le 11 décembre, se solde par une défaite 2-0 contre Brentford. Et il n’y aura qu’un second match en décembre avec cette impressionnante victoire sur Huddersifeld 4-1 (buts de Lambert, Chamberlain, Jaidi et Chaplow). Avant l’inter-saison, Southampton se classe 5ème au classement et donc en Play-Offs. Un résultat qui reste cependant décevant, il va falloir montrer plus pour obtenir un ticket directement. La bonne surprise de ce début de saison reste clairement la révélation Alex-Oxlade Chamberlain. Auteur de 2 petites apparitions l’an passé, il s’est en 6 mois imposé titulaire indiscutable, au point d’envoyer l’ancien titulaire du poste Jason Puncheon en prêt à Millwall !

Une remontée à la clé

Guly Do Prado, le gros coup de Nigel Adkins

Le 1er janvier, les Saints reçoivent Exeter City au St Mary’s et ne leur feront pas de cadeau. Une lourde victoire 4-0 pour Soton qui passe deuxième au classement. Guly Do Prado s’illustre encore avec un doublé. En 6 mois de prêt, il a réussi à se faire une place au côté de Lambert devant et c’est pourquoi il sera durant ce mercato d’hiver signé définitivement par Southampton pour 2,3 M€. Un autre joueur alors en prêt est signé définitivement, il s’agit du milieu de terrain Richard Chaplow. Jonathan Forte qu’Adkins a déjà eu sous ses ordres à Scunthorpe (attaquant plutôt limité mais rapide) rejoint aussi le navire pour 300,000€, alors que Dany N’Guessan et Nicolas Bignall rejoignent le club en prêt pour 6 mois. Adkins renforce donc son secteur offensif. Côté départ, on notera celui de Puncheon, en prêt à Blackpool (Premier League), ainsi que le départ d’autres joueurs mineurs comme Joseph Mills, jeune arrière gauche qui n’aura jamais eu sa chance, Anthony Pulis ou le vétéran Paul Wotton.

A côté de tous ces transferts, Southampton balaye Dag & Red 3-1 (buts de Lambert, Guly et Lallana) deux jours après sa victoire contre Exeter. En FA Cup, le beau parcours continue puisque les Saints écartent d’une incroyable facilité la formation de Premier League Blackpool sur le score de 2-0 (Barnard et Guly). A Oldham, Southampton continue et plante 6 buts à des locaux impuissants. En plus de ces 6 buts, tous les buteurs sont diffèrents (Chamberlain, Lallana, Guly, Chaplow, Lambert et Barnard). La machine Saints semble innarêtable, et c’est pourtant à ce moment-ci qu’elle va se dérégler. Après avoir été tenu en échec à la maison par Notts County (0-0), les Saints se rendent à Tranmere Rovers et se font surprendre 2-0. Les Saints sont alors 4èmes au classement. Place alors aux 16ème de finale de FA Cup face à Manchester United. Les Saints mèneront à la pause1-0 grâce à un superbe but de Richard Chaplow. Mais en seconde période, Owen puis Hernandez réduiront les espoirs de Soton à néant : l’exploit ne sera pas pour cette année même s’ils n’en sont pas passés loin.

Hernandez crucifie les espoirs de toute un peuple

Après ce mois de janvier très compliqué physiquement (8 matchs en un seul mois), Southampton aborde ce mois de février en tant que 4ème. Le match contre Exeter sera remporté difficilement par Soton grâce à un doublé de Rickie Lambert. 4 jours plus tard, le 5 février, Southampton se rend à Peterborough : les deux formations se neutralisent lors d’un match spectaculaire terminé sur le score de 4 partout. Une victoire plus tard contre Carlisle (but signé Lambert), les Saints sont à nouveau tenus en échec par Hartlepool United. Un mois de février qui se terminera par une jolie victoire 4-1 contre Swindon (Lallana, Lambert, Jaidi et Barnard). Un mois de février mitigé donc, puisque les Saints n’ont fait qu’alterner victoire et match nul. Lambert est lui en pleine forme puisqu’il enchaîne but sur but.

Le 1er mars, les Saints s’inclinent 1-0 chez Walsall (but de Jon Macken) et se restent 5ème au championnat : il va falloir carburer alors que la dernière ligne droite approche. Reste 15 matchs à Soton pour accrocher l’une des deux premières places. Et Les Saints vont faire ce qu’il faut au bon moment …

Southampton va en effet enchaîner une série de 8 matchs sans défaite ! Ce sont respectivement Colchester (2-0), Yeovil (3-0), Bournemouth (3-1) et Sheffield Wednesday (2-0) qui feront tout d’abord les frais de cette belle forme. L’équipe commence à vraiment bien tourner et devant tous les joueurs en ont pour leur compte. De Lambert à Chamberlain en passant par Barnard ou Hammond, tout le monde marque. Aucune dépendance à un joueur, Southampton propose du jeu grâce notamment à ces deux ailiers de feu (Lallana et Chamberlain) qui aiment repiquer dans l’axe pour semer la panique dans la défense adverse. Et avec deux tueurs comme Lambert et Barnard devant, Adkins avait tout compris, d’autant plus que derrière, tout se passer très bien.

Après un nul chez Charlton 1-1, les Saints ré-enchaînent avec trois belles victoires sur MK Dons (3-2, doublé de la recrue Forte),  Charlton (2-0) et Leyton Orient (2-0 toujours, but de chacun des attaquants, Lambert et Barnard). Avec cette victoire, Southampton vient de repasser 2ème au classement, et ne quittera plus jamais cette place. Malgré une défaite à Rochdale 2-0, les Saints sont en pleines confiance et termineront le championnat de la meilleur des manières, enchaînant  6 victoires en 6 matchs.

They’re going up !

Ce sont successivement Bristol Rovers, Brighton (futur champion), Hartlepool United, Brentford, Plymouth Argyle puis finalement Walsall (dernier but de Chamberlain en match officiel avec Southampton) qui en prendront pour leur grade. Southampton termine la saison en deuxième position avec 92 points, soit 3 de moins que le premier, Brighton. Malgré un début de saison poussif, une place de relégable dès les premières journées et un changement d’entraîneur précoce, Southampton a su se remobiliser pour assurer  une montée en Championship, et réaliser en parallèle un beau parcours en FA Cup.

La révélation de cette année restera Alex Chamberlain, dont la grande carrière ne faisait alors que démarrer. (plus sur lui ici )

L’effet Adkins s’est vite fait ressentir sur Southampton. Toujours proposer du jeu, beaucoup de mouvement. Avoir le ballon et jouer intelligemment. Savoir enflammer la situation ou gérer la fin de match selon les situations. Bref, Nigel Adkins a en une simple année réalisé un gros travail. Dans la continuité de celui d’Alan Pardew dont l’équipe proposait déjà du jeu en mouvement, Adkins a su amener les chaînons manquants à l’équipe (Butterfield au poste d’arrière droit, Chamberlain sur le côté droit et Guly devant) pour enfin voir cette équipe de Southampton remonter. Les deux gros chantiers réussis par Adkins sont la défense qui est devenu bien plus imperméable (beaucoup de clean sheet) qu’auparavant et l’attaque (le quatuor Lambert, Lallana, Barnard, Chamberlain voire Guly a toujours su faire la différence quand il le fallait).

Rickie Lambert ou l’orgre qui a encore faim (57 buts en 2 saisons)

Cependant, cette équipe de Southampton restera toujours plus ou moins centré sur l’axe Adam Lallana – Rickie Lambert, surtout du point de vue des fans. Toujours plus décisifs, les deux compères sont capables de retourner presque toutes les défenses du royaume quand ils sont en forme. Plus il joue, plus Adam Lallana devient décisif que ce soit par des buts ou des passes décisives. Lambert lui, malgré quelques blessures, termine avec un jolie total de 21 buts en championnat. En seulement deux ans, il est devenu le chouchou du public et le véritable héros du St Mary’s. Et déjà en League One (3ème division), les fans en disent ‘He’ll take us to the Premier League Rickie, Rickie !’. Ils ne croyaient pas si bien dire …

Après une saison de transition avec l’achat de plusieurs éléments (2009-2010), cette saison 2010-2011 se révèle donc être un franc succès. L’objectif promotion est atteint, et il va maintenant falloir pour la bande à Adkins se démener encore plus à l’échelon au-dessus pour pourquoi ne pas connaître une seconde promotion de suite comme vient de le faire Norwich ? Les bookmakers en croient Southampton capable et ce sera le cas. Mais comment Southampton a réussi à remonter directement en Premier League sans végéter en Championship ? Ce sera l’objet de notre troisième partie.

Enjoy !

Publicités

Une réflexion sur “Southampton Football Club, le Retour, Partie 2

  1. J’ai suivi avec énormément de plaisir leur rencontre face a United… et quelle tristesse de revoir le scénario comme à City…
    Je suis certain qu’ils ont les moyens de rester en Premier League et de faire bonne figure… Mais RVP en a décidé autrement…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s