Tyne & Wear Derby, Newcastle United – Sunderland AFC


À l’occasion du Tyne & Wear derby, qui a eu lieu le dimanche 4 mars 2012 à 12h à St. James’ Park, MyPremierLeague vous propose un zoom sur l’histoire passionnante de ce derby.

Le Tyne & Wear derby, l’un des plus beaux d’Angleterre.

Pour une raison géographique.

Ce derby existe, par la proximité géographique des deux villes, en effet, Newcastle et Sunderland sont deux villes voisines, séparées d’une vingtaine de kilomètres. Une proximité, qui permet aux supporters de pouvoir se déplacer en masse chez le voisin pour supporter son club et déverser toute leur haine sur l’ennemi juré. Derby qui a causé beaucoup d’affrontements entre les groupes de supporters par le passé, et de nombreux blessés.

Le Tyne & Wear derby, n’est pas le seul qui existe dans le Nord-Est anglais, Newcastle et Sunderland connaissent une rivalité aussi avec Middlesbrough (Tees), derbys nommés respectivement Tyne & Tees et Wear & Tees, qui connaissent une médiatisation beaucoup moins importantes que le Tyne & Wear derby.

Pour une raison historique.

Les bases de la discorde.

Un peu d’histoire donc.

Les historiens se plaisent à raconter que cette haine séculaire entre ces deux villes, seulement séparées d’une vingtaine de kilomètres, est née lors de la première révolution anglaise, en 1708 lorsque des désaccords firent leur apparition entre les deux villes. En effet, les commerçants de Newcastle (ville royaliste) connaissaient plus d’avantages que ceux de Sunderland qui allait devenir un bastion Parlementaire, ce qui conduit à plusieurs protestions et le début d’une féroce rivalité. Les voisines, se retrouvèrent une nouvelle fois en conflit lors de la révolution des Jacobins (1688 – 1746) puisqu’elle supportait chacune un camp différent, Newcastle était du côté du roi Allemand (George) tandis que Sunderland celui des Stuart d’Écosse.

Mais tous les anciens s’accordent à dire que cette rivalité est véritablement née lors de la révolution industrielle au 19eme siècle, bien avant l’apparition du football en Angleterre, lors de laquelle les deux cités se sont livrées une véritable guerre commerciale et économique à travers les chantiers navals, les usines, les mines et le secteur industriel en général, haine mémorielle qui s’est transmise de génération en génération, et ce jusqu’à aujourd’hui.

La première rencontre sur un terrain de football entre les deux villes eut lieu en 1883, mais l’histoire officielle retiendra une victoire de Sunderland 2-0 lors de l’édition de FA Cup de 1888.
Au jour d’aujourd’hui, Newcastle comptabilise 53 victoires et 45 pour Sunderland, ainsi que 45 nuls.

Bobby Robson : Le plus grand derby d’Angleterre

Des avis divergent quant à la véritable naissance de la rivalité footballistique entre ces deux clubs, certains parlent de l’année 1901, lorsque le match doit être abandonné suite à l’envahissement du terrain par 70 000 fans (dans un stade qui n’en contenait initialement que 30 000) et les violences entre les deux camps de supporters qui s’ensuivirent firent beaucoup de bruit à l’époque. Mais la plupart des anciens des deux camps préfèrent retenir l’année 1908, lorsque Newcastle est atomisé à domicile 9 à 1. Là aussi, de graves violences entre supporters surviennent avec de très nombreux blessés, qui choquèrent l’Angleterre toute entière. Le Tyne Wear derby est né.

Les Magpies obtiennent leur revanche 12 ans plus tard, avec une victoire à domicile 6 à 1, mais l’affront est définitivement vengé en 1955 lors d’un déplacement à Sunderland qui vit une écrasante victoire de Newcastle toujours 6 buts à 1, match qui consacra l’attaquant Jackie Milburn, un Geordie de naissance, joueur humble et adulé par tout un peuple, au rang d’idole éternelle pour le peuple Magpies.

Jackie Milburn, légende à Newcastle. Une tribune de St. James Park, porte son nom.

L’année 1979 fût l’occasion pour Gary Rowell, attaquant mythique des Mackems (né à Seaham, près de Sunderland) de rentrer également dans la légende, en inscrivant un triplé qui fit tomber à terre Newcastle à domicile 4 buts à 1. Mais en 1985, Peter Beardsley, autre héros Geordie (actuel entraîneur de l’équipe réserve Magpies) rentre dans la légende en inscrivant un triplé et scellant la victoire de son équipe 3-1.

1990 fut une année charnière dans l’histoire des plus grands derbys ayant opposés ces deux équipes lorsque Newcastle et Sunderland s’opposent en demi finale des play-offs pour accéder à le Premier League. Le premier match à Roker Park vit un résultat nul (0-0) mais la retour à St James Park fût remporté par les Mackems (0-2), dans une ambiance en tribunes indescriptible, qui envoie tout droit Sunderland en finale des Play Offs.Les Fans des Magpies auront beau envahir la pelouse et se fritter avec les Mackems afin de faire annuler et rejouer le match, le résultat est maintenu, et Sunderland file en finale face à Swindon Town. Finale remportée par ces derniers, mais qui verront les Mackems filer tout droit vers la Premier League, Swindon étant relégué à cause de gros problèmes financiers. Mais les mackems n’en profiteront pas et reviendront bien vite à l’échelon inférieur, pour le plus grand plaisir des fans de Newcastle.

Who put the ball in the mackem’s net ?

L’année 92 est fameuse à plus d’un titre pour chaque Geordie qui se respecte, en effet le premier match, joué à Roker Park, est gagné par Newcastle (1-2) sur un magnifique coup-franc de Liam O’Brien qui rentrera par ce fait dans le cercle très fermé des légendes du club (on parle du plus beau but de tous les derbys de la Tyne & Wear). Le match retour est également gagné sur un autre coup-franc de Scott Sellars (1-0). Avec un Keegan au sommet de son art, Newcastle monte enfin en Premier League, laissant les Mackems dans les bas-fonds du championnat, à deux doigts d’être relégués vers la division inférieure.
Il faut attendre 1996 pour voir Sunderland accéder à nouveau à l’élite. Le premier match, à Roker Park, est entaché d’une polémique qui met le feu aux poudres, la sécurité de Sunderland interdisant le déplacement à tous les supporters de Newcastle pour des mesures futiles de sécurité et de hooliganisme. Devant le tollé provoqué par cette décision, le club autorise en dernière minute seulement 1000 supporters triés sur le volet accéder au stade, proposition refusée par Newcastle qui fera de même pour le match retour en interdisant l’accès au stade à tous les supporters de Sunderland. Ce fût également une année faste pour les Magpies qui gagnèrent la partie à Roker Park (1-2) grâce à des buts du «  Local Hero » Peter Beardsley ainsi que du génial Les Ferdinand. À St James Park, la toute nouvelle idole de Newcastle, Alan Shearer, marque en tout début du match dans une ambiance incroyable, mais les Mackems égaliseront un peu plus tard. (1-1).
Une saison fantastique qui faillit bien voir Newcastle titré champion d’Angleterre, finalement rattrapé par Manchester United. Quant aux Mackems, ils rejoignent une nouvelle fois la deuxième division.

Peter Beardsley, Geordie hero.

Sursaut puis naufrage Mackem

Sunderland revient sur le devant de la scène lors de la saison 1999 en gagnant un match épique à St James Park (1-2) grâce à des buts du fameux duo d’attaquants Nial Quinn et Kevin Phillips. Le coach Magpies de l’époque, Ruud Gullit, est immédiatement démis de ses fonctions après le match pour sa gestion calamiteuse des cadres de l’équipe, ayant écarté et mis sur le banc des remplaçants les deux attaquants vedettes du club (Alan Shearer et Duncan Ferguson) situation due aux luttes de pouvoir faisant alors rage au sein des vestiaires Magpies impliquant Gullit et Shearer.
Commence alors pour les Mackems une véritable série noire, incapables de s’imposer dans leur tout nouveau Stadium of Light et s’inclinant souvent lourdement chez l’ennemi de toujours. Pendant cette période, l’intérêt footballistique de ce derby est quelque peu mis de côté au détriment des véritables batailles rangées qui explosent alors régulièrement entre hooligans des deux camps. En 2001, ce ne sont pas moins de 160 fans qui sont arrêtées à Sunderland après un affrontement en centre ville entre bandes rivales. En Mars 2002, le noyau dur des deux bandes s’affrontent à South Shields, décrit alors à l’époque par la presse britannique comme le « plus violent affrontement jamais survenu en Angleterre lié dans le cadre du football ». Suite à une enquête diligentée par la justice, les leaders des deux bandes ainsi que 28 autres furent envoyés en prison, ce qui n’empêcha cependant pas plusieurs centaines de fans des deux camps de se ré-affronter dans les rues de Sunderland quelques heures avant un match qualificatif pour l’Euro 2004 opposant l’Angleterre et la Turquie (alors que la règle est d’habitude «  l’unité » entre supporters des différents clubs pour la sélection.)

Alan Shearer, la plus grande légende que la Toon Army aie connu. Supporter du club également.

Retour au football.
Entretemps, Sunderland a pris la mauvaise (ou la bonne, cela dépend de quel côté on se situe) de faire l’ascenseur entre la Premier League et l’échelon inférieur, alors lorsque Sunderland ré-accède enfin à l’élite lors de la saison 2005/2006, ils sont corrigés par les Magpies au Stadium of Light lors d’ un match complètement fou (menés tout d’abord 1-0, Newcastle enquilla 4 buts d’affilé) qui signera d’ailleurs le dernier but de la carrière d’une autre légende Geordie, Alan Shearer. Point d’orgue de cette saison mémorable, Sunderland est à nouveau relégué.

Revanche pour l’un, humiliation pour l’autre…

Kevin Nolan et sa célèbre  » Chicken Dance « 

Lors de la saison 2008-2009, Newcastle vit une des crises sportives les plus graves de son histoire, le match aller, joué à Sunderland, donne enfin la victoire aux Mackems, renouant avec un succès à domicile qui les fuyait depuis plus de 30 ans (2-1) les liesses de joies laissant bien assez vite la place à des débordements suivies de violences entre fans des deux camps, par des envahissements de terrain, échanges de coups, de projectiles et de fumigènes d’un camp à l’autre, fait assez rare pour être souligné dans une Premier League où règne désormais en maître Madame CCTV. Le match retour à St James Park faillit bien être également gagné par Sunderland, si le joueur formé au club Shola Ameobi n’avait pas égalisé dans les dernières minutes de la rencontre, sauvant l’honneur des supporters Magpies, mais qui ne sera pas suffisant pour éviter à Newcastle d’être relégué à son tour en Championship, laissant les pensionnaires du Stadium of Light dans une folie joyeuse bien légitime.
Mais la saison 2010-2011, sonnera le glas des rêves Mackems, lorsque Newcastle remonte en Premier League et humilie à nouveau Sunderland dans ce match désormais communément connu sous le nom de «  Demolition Derby » qui voit les Magpies écraser leur ennemi sur un score de 5 buts à 1, consacrant au panthéon des légendes de ce derby Kevin Nolan, auteur d’un triplé et de sa non moins fameuse célébration «  Chicken Dance ».
Le dernier match en date, cette année, vit une énième victoire Magpies au Stadium of Light, sur un magnifique coup-franc de Ryan Taylor (0-1) dans un match comme toujours très chaud et pour une fois assez fermé.
L’histoire continue…

PS : un grand bravo à Away the lads pour l’écriture de cet article.

Advertisements

3 réflexions sur “Tyne & Wear Derby, Newcastle United – Sunderland AFC

  1. Superbe comme article.A force de voir les média nous saouler avec « leurs fabrications » tel que le classico espagnole(qui est réel mais que les médias ont rendu grandissime) on finit par en oublier certains qui eux vont au delà du simple « cadre des médias ». De véritables matchs, rien que pour l’honneur.N’es-ce pas Away the lads?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s