Premier League Day 15 Review: Stoke City-Tottenham


MyPremierLeague pour vous à regarder un match qui a surpassé dans nos cœurs corruptibles le Clasico. Un match d’un moins bon niveau (mais quand même d’un bon niveau), technique et tactique (mais moins) mais beaucoup plus enjoué. Evidemment, ce que je dis n’a aucun intérêt. La suite est bien mieux ! Bonne lecture du retour sur un choc en PL, entre l’émergent du Tiers-Monde Stoke et un sous pôle de la Triade, Tottenham.

Un Britannia encore très chambreur ce week-end

En cette grise fin d’après-midi en Angleterre, s’opposaient deux équipes bien différentes. Les Potters accueillaient le Hotspur en son antre bruyante, assourdissante parfois et chambreuse du Brittania Stadium. Sur une longue série de victoires, les Spurs et leur tactique explosive –grâce surtout aux excellents détonateurs Modric et Parker- doivent digérer le test Stoke, qui avait perdu de la valeur contre Newcastle (défaite 1-4). De leur côté, les imposants Potters retrouvent la sérénité et la rage de l’emporter après une passe maussade de ternes résultats. Ils se sont qualifiés pour la suite des hostilités en Europa League, et ils restent sur deux succès : l’un à domicile face à Blackburn 3-0, et l’autre à Everton 1-0. Les équipes alignées sont classiques dans chacun des deux camps. Seule la titularisation de Ryan Shotton surprend, en lieu et place de l’ailier Jermaine Pennant, une option clairement défensive face aux montées de balle supersoniques du Hotspur. De plus, il permet d’aligner au poste d’arrière droit Woodgate -au lieu de Delap, moins bon défensivement, et ses dangereuses longues touches pourront être assurer par Shotton, qui lance aussi à merveille, peut-être un peu moins tendu- qui a su maitriser Gareth Bale, dont la conduite de balle n’est pas à la hauteur de la vitesse pure. Il fallait cependant prévoir le remplacement de Woodgate avant la fin de la rencontre, celui-ci devant se dépenser sans compter. Vous pouvez retrouver les compositions dans l’encadré en bas.

Après l’iPhonegate, le Woodgate. Une autre époque

Stoke prend le pas, Tottenham des buts

Dès le début, Stoke va quadriller le terrain, et mettant en place un pressing appliqué avec virulence, notamment sur Modric et Parker. Tony Pulis a bien compris que priver de ballons les deux maitres du milieu de terrain Hotspur empêcherait Tottenham de produire du jeu. Paniqués, les Spurs multiplient les pertes de balle. Les touches et corners s’enchainent, et on devine que Tottenham va passer un sale moment, vu la fébrilité du backfour hotspur. Sur une touche de Sotton, le cuir est cafouillé après une déviation de Walters. Crouch devance Kaboul et Gallas, puis Friedel et pousse le ballon devant le but. Cette passe, encore déviée, atterrit devant Etherington qui profite immédiatement de l’heureux sort de l’action. Stoke ouvre le score après 12 minutes de jeu, et c’est mérité puisque les Potters ont mené à leur guise ce début de match, aussi inesthétique soit leur jeu. Tottenham va timidement réagir, Bale ou Lennon débordant leurs respectifs arrières sans trop de succès. Modric et Parker touchent à peine plus de ballons. Et dès que Stoke attaque, c’est le souk chez les Spurs. Et c’est logiquement qu’avant la mi-temps, Etherington double la mise grâce à une déviation de Crouch (en fait une tête manquée car le ballon est trop derrière). Son tir dupe Friedel malicieusement. Harry Redknapp va devoir reconsidérer ses plans passés inaperçus lors du 1er acte. Quant à Tony Pulis, le travail est pour le moment parfaitement réalisé.

Shotton a parfaitement supplée Delap, et appliqué la tactique de Pulis pour contrer la vitesse de Bale

La réaction de Tottenham

A la reprise, rentrent Sébastien Bassong et Jermaine Defoe, aux places de Benoît Assou-Ekoto et Aaron Lennon. De cette façon, le Hotspur adopte un 3-5-1-1 qui convient sans doute plus à Bale, et appuyant sur le talon d’Achille des Potters : les efforts défensives imposés à leur latéraux, Woodgate et Wilson. Alors, on voit Parker et Modric touchaient bien plus la balle. En un quart de jeu, la rencontre va s’en trouver transfigurée. Alors que Tottenham amenait de plus en plus facilement de chaudes situations sur le but de Sorensen, Luka Modric va prouver toute sa classe, éliminant balle aux pieds, en technique pure, Glen Whelan, fautif d’un croche-pied même retenu. Le penalty est accordé, Modric signe son bail d’insultes et de sifflets pour les 30 dernières minutes et Manu Adebayor le transforme d’un contre-pied lucide. A une demi-heure de la fin, Redknapp et Tottenham ont su répondre à Stoke et Pulis.

Et de 8 ! Le 9ème sera illégitimé par l’arbitre.

Stoke se défend corps et âme

Les 30 dernières minutes vont être superbes, d’un côté Tottenham qui pousse, s’exposant dangereusement, et de l’autre Stoke qui défend et contre-attaque. Le Brittania adore, car rien n’y fera pour le Hotspur, ni le dévouement de Parker et Modric, ni les accélérations répétées de Bale (au jeu bien cerné par Woodgate, qui s’est donné aux fans avant d’être sorti, ovationné, laissant entré Delap) ni Adebayor, à créditer d’une superbe frappe au ras du poteau, après un extérieur-intérieur en 2 touches de balle de grande classe. Stoke a eu chaud jusqu’à l’expulsion de Kaboul, sur un contre mené par Etherington et Walters. Ceci dit, nous ne savons encore quelles seront les réactions d’Harry Redknapp, étant donné le but injustement refusé à Adebayor, alors que Mark Wilson, en bas de l’image, à gauche du but, le couvrait encore ? Et que dire du carton rouge à une petite dizaine de minutes de la fin qui condamna Tottenham ? Une faute discutable, qui influence grandement l’influence du match. Plus généralement, l’arbitrage au Brittania a été inhabituellement sévère, trop de fautes légères étant sévèrement sanctionnés. Où s’en trouve l’explication ? A la direction de l’arbitrage anglais de constater la tenue de l’arbitrage de Mr. Foy, qui s’est largement délitée durant le match. Il y avait quelque chose de français dans cet arbitrage ! Mais revenons au jeu.. Dès lors, les Spurs qui semblaient en mesure d’égaliser aisément, ont baissé les bras, Parker ou van der Vaart recevant par dépit des cartons jaunes. En face, Pete Crouch dribblait, oubliait de donner des balles de buts et suer à en écœurer un assoiffé. Les Spurs n’ont pas su entamé le match convenablement et le paie au final. Les réjouissances et les 3 points sont pour le Brittania et les Potters, la frustration et la fin de série pour Tottenham.

Advertisements

Une réflexion sur “Premier League Day 15 Review: Stoke City-Tottenham

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s