The Three Lions: Road to Glory, Episode 3


L’Avant-Match et l’Histoire Poppyesque !

Liverpool – Swansea et le Poppy géant !

Le Poppy ? C’est quoi ça ? Le Poppy (coquelicot), c’est cette petite fleur rouge au cœur noir. Cette fleur représentait à l’origine tous les soldats tombés lors de la Première Guerre Mondiale ainsi que l’Armistice du 11 Novembre 1918. Pourquoi ? Tout simplement car cette fleur recouvrait entièrement un cimetière de soldats Britanniques et Canadiens, le Flanders Fields. La signification de cette fleur s’est maintenant étendue à tous les soldats morts lors de guerres, dans tous les pays du Commonwealth. Plus qu’un symbole, c’est une véritable icône outre-manche. Ainsi, chez nos voisins, tout le monde arbore un Poppy acquit pour quelques pièces à des vendeurs déambulant dans toutes rues telles qu’elles soient. L’argent récolté est utilisé en tant qu’aide aux ex-militaires.

Comme à son habitude incorporé sur le maillot de tous les clubs anglais de Première League, de Championship et plus bas, la FA (Football Association) voulait frapper un grand coup avec ce poppy: placer la célèbre fleur rouge sur le maillot de la sélection anglaise à l’occasion de son match contre le champion du monde en titre : l’Espagne. Le match ayant lieu de lendemain  du célèbre Armistice du 11 Novembre, la FA envoie une requête à la FIFA, une requête refusée pour cette dernière. Justifications : aucun signe qu’il soit politique ou religieux n’est autorisé. Après un long débat et de nombreuses lettres envoyés à la Fédération Internationale de Football Association, la requête sera finalement acceptée avec cependant une petite chicane : les Three Lions arboreront le fameux Poppy non pas sur leur maillot mais sur un brassard noir. Mais qu’importe ? Les anglais porteront la fleur, le match peut enfin débuter !

Poppy au bras, le match peut démarrer !

Le Match

1 minute de silence à Wembley, anniversaire d'Armistice oblige.

Après une minute de silence en l’honneur de tous les soldats tombés au front, le match opposant les Anglais aux Espagnols peut enfin débuter.

Côté Anglais,  Fabio Capello aligne une équipe fortement remanié dû à des soucis plus ou moins graves. Au but, c’est l’excellent Joe Hart, gardien de Manchester City s’il faut le rappeler, qui débute le match. Indiscutable depuis quelques mois déjà, le gardien ne cesse de prendre de l’importance dans un collectif qui tourne de mieux en mieux. Sa place de titulaire est définitivement acquise. En défense, Glen Johnson, arrière de Liverpool, débute le match sur le côté droit, et Ashley Cole est lui aligné à gauche. Du très classique. Dans l’axe, premier bouleversement avec  l’absence du capitaine John Terry. Secoué par une affaire de racisme (il aurait proféré des injures raciales envers Anton Ferdinand, défenseur de QPR et frère cadet de Rio Ferdinand), Capello a préféré le mettre sur le banc. Rio Ferdinand n’a lui pas été retenu. C’est donc une charnière Phil JagielkaJoleon Lescot tue les Three Lions s’apprêtent à recevoir l’Espagne. Déjà aligné lors de la victoire contre la Suisse, les deux compères se connaissent parfaitement. Ils ont en effet formé pendant plusieurs années l’une des meilleurs paires d’Angleterre à Everton, jusqu’au départ de Lescott chez les nouveaux riches de Manchester City. Au milieu de terrain, le jeune joueur de Manchester United Phil Jones est titularisé. Habituellement défenseur avec les Red Devils, le jeune milieu est capable de jouer en 6 : il devra imposer son physique au milieu de terrain et amener de la densité au milieu face aux petits gabarits véloces espagnols. A ses côtés sera aligné le milieu de Tottenham, l’ex-Hammers Scott Parker et le milieu de terrain de Chelsea, Frank Lampard, nommé capitaine à l’occasion. Les deux seront chargés de l’animation offensive anglaise, une tâche qui s’annonce difficile tant les Espagnols devraient monopoliser le ballon. Sur les ailes, Ashley Young étant absent,  on retrouve Theo Walcott et James Milner, respectivement à droite et à gauche. Les deux joueurs devront se montrer efficaces, notamment en contres, principale arme offensive anglaise aujourd’hui. Pour finir, c’est l’attaquant d’Aston Villa Darren Bent qui mènera l’attaque anglaise aujourd’hui. Peu influent dans le jeu, Bent reste un redoutable finisseur dans les 15 derniers mètres : il devra se montrer très réaliste aujourd’hui. Wayne Rooney n’est lui pas sélectionné : il est en effet suspendu pour les 3 premiers matchs du prochain Euro suite à un rouge en phase de qualifications et Capello souhaite se passer du buteur anglais pour ces matchs amicaux. Sur le banc sont assis Scott Carson, Kyle Walker, Leighton Baines, Garry Cahill, John Terry, Gareth Barry, Jack Rodwell, Adam Johnson, Stewart Downing, Bobby Zamora, Danny Welbeck, Daniel Sturridge et David Stockdale. Une équipe qui devrait être très solide défensivement et empêcher les Espagnols de frapper. Offensivement, ça s’annonce compliqué, les Anglais devraient surtout opérer par contre d’où l’importance des Milner, Parker et autre Walcott aujourd’hui.

Côté espagnols, du classique. Une formation en 4-3-3 avec avec Iker Casillas dans les cages, Alvaro Arbeloa, Gerard Pique, Sergio Ramos et Jordi Alba derrière, Sergio Busquets, Xavi et Xabi Alonso au milieu, Andres Iniesta devant à droite, David Silva devant à gauche et David Villa dans l’axe.

49ème minute, les Three Lions prennent l’avantage et ne le perdront plus

Comme prévu et malgré 10 premières minutes plutôt équilibré, le match penche côté Espagnols. Une grosse possession de balle et une mainmise sur le match, les Espagnols ont pourtant du mal à mettre du rythme dans la partie. Trop hésitant dans le dernier geste, les Champions du Monde en titre dominent stérilement. Les Anglais sont eux en première mi-temps dépassés. Trop d’espace entre les lignes qui favorise les profils véloces des adversaires, une défense dépassé, des erreurs de marquage et un manque d’agressivité, les Anglais auraient pu se faire punir plusieurs pendant cette première mi-temps. Offensivement, ce n’est pas beaucoup mieux. Une relance défaillante, trop d’hésitations, pas assez de vitesse et de mouvements, des attaquants qui ne se trouvent que trop peu : on se demande comment l’Angleterre pourrait repartir avec une victoire aujourd’hui suite à cette piètre performance en première mi-temps ? Cependant, rien n’est joué et tout reste à faire …

Aux retours des vestiaires, l’équipe de Fabio Capello semble métamorphosé. Face à une Espagne désorganisé et troublé par les nombreux changements de Vicente Del Bosque, les Anglais jouent un peu plus haut et ça paye cash. Suite à un coup-franc obtenu sur la gauche tiré parfaitement tiré par Milner, Bent saute plus haut que tout le monde et place une tête qui s’écrase sur le poteau. Reina battu, la balle revient dans l’axe et Frank Lampard, libre de tout marquage, la pousse tranquillement au fond des filets. 1-0 pour l’Angleterre à Wembley face aux Champions du Monde. On assistera ensuite à un véritable baroud d’honneur des Anglais, à savoir tenir 40 minutes face aux Espagnols. Et pour cause, la défense anglaise sera véritablement prise d’assault par une équipe d’Espagne pas loin d’égaliser à deux reprises, dont un poteau de David Villa. Mais les Anglais tiennent bon, grâce à une défense qui a retrouvé ses automatismes. En effet, la paire LescottJagielka réalisera une très bonne seconde période malgré quelques brèches. Solide et regroupé derrière avec un bloc équipe plus compacte qui explose en contre, les Anglais aurait même pu doubler la mise sans une bonne intervention de Jordi Alba devant Jack Rodwell. L’Espagne dominera une fois de plus cette seconde période, mais une fois de plus ne tentera pas assez sa chance et malgré 10 dernières minutes plus que compliqués, les Anglais s’en sortent.

Capitaine du jour, Lampard, sans briller, mène les Anglais à la victoire

Victoire plus que courageuse de l’Angleterre face aux Champions en titre. Après une première mi-temps très mauvaise dans tous les aspects, les Anglais ont su parfaitement se reprendre après la pause et marquer au meilleur moment pour empocher une victoire de prestigieuse. Totalement revigoré notamment en défense avec un impact physique plus important, des espaces plus rares et des marquages tenus, ils ont su au maximum éloigné l’adversaire de leur propre surface avec un bloc plus regroupé qui empêche l’ennemi de se balader entre les deux lignes. Le travail plus consistant des milieux centraux (très bon match de Parker au passage) a lui permis d’effacer un maximum les atouts offensifs espagnols. Des Espagnols plus que dominateur (70% de possession) mais qui n’ont pas su faire la différence. Ils en payent les pots cassés avec une victoire plus ou moins méritée des Anglais.

 Résumé du match contre l’Espagne

Les Enseignements

Une victoire qui fait du bien

Cette victoire fera beaucoup de bien mentalement. Un mental qui d’habitude est le point faible de nos voisins. Les Anglais espèreront continuer sur cette bonne série. De mieux en mieux physiquement et mentalement, la sélection va de mieux en mieux dans tous les compartiments de jeu. Il y a encore beaucoup de travail, que ce soit dans la concentration derrière, la relance, l’animation offensive ou encore les mouvements offensifs mais l’équipe est actuellement en bonne santé. Elle est capable d’enchaîner après une campagne de qualification rondement menée. Les retours de certains joueurs feront du bien, et la convocation de nouveaux éléments (Gabriel Agbonlahor ?) pourrait apporter le petit plus qu’il manque à cette équipe. Le gros chantier reste tout de même au milieu ou beaucoup de joueurs sont présents mais aucuns de convaincs réellement. Parker semble s’être trouvé une place dans l’entrejeu anglais. Lampard a moins d’influence qu’en club mais reste très bon statistiquement. Jones et Rodwell font de bonnes campagnes en club comme en sélection et pourraient avoir leur chance. Reste aussi Barry et autre Gerrard … Bref, le milieu est réellement LE chantier côté Anglais. Un chantier qui pourrait aboutir à un véritable retour de l’Angleterre sur la scène européenne et mondiale. Ce retour est en tout cas amorcé !

Les Three Lions enchaînent

Ce mardi, toujours à Wembley, les Three Lions reçoivent les Suèdois. En confiance après la victoire contre l’Espagne les Anglais aimerait enchaîner et c’est ce qu’ils font. Suite à une bonne combinaison sur la gauche avec Baines, Downing centre parfaitement sur la tête de Barry qui croise sa tête. 1-0 pour les Anglais au bout de 22 minutes de jeu, le 2000ème but de l’Angleterre. Derrière, les Three Lions auraient pu (et du) marquer un voire deux ou trois autres buts. Un manque de réalisme qui n’empêche tout de même pas les Anglais de gagner et de poursuivre leur bonne série, avec une clean-sheet en plus. Bien joué les gars !

Résumé du match contre la Suède

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s