Premier League Day 6 : Chelsea-Swansea : Review !


MyPremierLeague vous propose aujourd’hui un retour sur le match de Chelsea qui recevait Swansea City pour le compte de la 6e Journée de Premier League

Chelsea 4-1 Swansea City

Deux buts en deux matchs pour Fernando Torres… qui verra ses coéquipiers s’amuser sans lui les trois prochains matchs…

Rapidement en infériorité numérique dans ce match, Chelsea a facilement disposé d’une équipe de Swansea trop naïve et submergée par le coaching gagnant d’André Villas Boas qui avait aligné à l’occasion une équipe taillée pour le jeu rapide vers l’avant en contre-attaque. L’occasion de constater qu’un carton rouge est davantage mis en valeur qu’un but ; que les médias commencent (enfin) à souligner l’importance de Ramires et que le Daily Mail n’a pas manqué l’opportunité de publier un article dont il a le secret.

Après une entame de match solide des visiteurs, Chelsea a petit à petit pris la mesure de son adversaire en voyant les tentatives de Ramires puis Anelka repoussées par Michel Vorm. C’est l’inévitable Fernando Torres qui a ouvert le score pour son deuxième but consécutif en Championnat sur un superbe service par-dessus la défense de son compatriote Mata, l’enchaînement de l’attaquant Champion du Monde est remarquable et envoie une réponse claire à ses détracteurs qui pouvaient lui reprocher son manque de tranchant et sa perte de son sens du but puisqu’Ashley Williams a été dépassé par la fluidité de la reprise en pivot de l’ancien attaquant de Liverpool qui n’a pas regardé le but à un seul instant. Le deuxième but des Londoniens est également remarquable dans sa construction et a pu illustrer à merveille  à quel point Swansea est incapable de négocier une action de contre. Parti d’un dégagement de Michel Vorm qui va rapidement finir dans les mains du gardien Tchèque, la relance vers Ashley Cole va aspirer Gower qui se verra impuissant face à la justesse du relais entre le latéral Anglais et Torres, l’espace créé par la désorganisation du milieu va être exploité par Cole qui pourra trouver un Ramires lancé et qui ne se privera pas pour inscrire son premier but de la saison. Malheureusement pour Torres, son expulsion – justifiée étant donné que le geste était dangereux même si il n’y a pas eu de contact – va contraindre son équipe à évoluer pour la deuxième fois de la semaine en infériorité numérique et va donner une fois de plus du grain à moudre pour les tabloïds.

La réorganisation liée à l’expulsion va amener Villas Boas à articuler son milieu en une ligne de 4 Mata – Meireles – Mikel – Ramires derrière le seul Nicolas Anelka.

Ashley Williams réduit la marque et dédie son but aux supporters ayant fait le déplacement

En deuxième mi-temps et malgré l’entrée de Lita et Routledge afin d’amener davantage de punch offensif, Chelsea va pouvoir contenir la pression des Cygnes illustrée par la tentative de Dyer sur la barre ou celle de Williams qui n’a pas pu rabattre sa reprise de la tête dans le but. Les réponses de Ramires par deux fois, d’une belle volée puis après une reprise sur un centre ; ainsi que d’Anelka parvenant à embarquer la défense Galloise avant de frapper la barre de la sortie de la surface de réparation ne vont rien changer au score avant que la mobylette Ramires n’aggrave le score sur un nouveau contre rondement mené et un beau service de José Bosingwa. A 3-0, Chelsea pouvait se permettre de gérer la fin de match aisément et c’est le moment qu’a choisi Villas Boas pour faire entrer son attaquant Didier Drogba de retour de sa commotion cérébrale et en offrant ses premières minutes de la saison à Josh McEachran. A l’image de son coéquipier Torres en première mi-temps, Drogba a lui aussi régalé les spectateurs de Stamford Bridge avec un bel enchainement également en pivot sur un service de Florent Malouda pour le 4e but de Chelsea. Ashley Williams avait pourtant ramené un lot de consolation à son équipe en reprenant victorieusement un centre de Gower devant un Bosingwa au marquage laxiste, élastique et négligé.

Que retenir de ce match pour Chelsea ?
En première mi-temps il était assez clair que l’équipe jouait dans une sorte de 4-1-4-1 avec Mikel seul derrière une ligne de 4 Mata-Meireles-Ramires-Anelka avec les latéraux à son niveau pour arriver lancés ; ce afin de permettre une projection plus rapide vers l’avant.
La ligne de 4 a produit une performance dans la lignée des derniers matchs, l’ utilisation du ballon de Mata est toujours aussi juste ; Meireles aura été actif au centre/gauche de la pelouse. Ramires a brillé en une position avancée où il était pas trop bas et contraint de relayer le ballon. Un cran plus haut, en quelques foulées il a su amener de la vitesse et a délivré des bons ballons dans le dernier 1/3 du terrain comme à son habitude.
Comme à Old Trafford la semaine précédente, son positionnement haut a permis un pressing sur les deux milieux axiaux, ce qui aura été une des clés du match cette après midi.

Ramires et Torres ont été les grands artisans de la victoire face aux Cygnes

En effet, lors de la victoire de Swansea face à West Bromwich Albion la semaine dernière ; WBA n’a fait que courir après le ballon puisque ni Mulumbu ni Scharner n’avaient alors pressé Gower/Allen et surtout Britton qui a du coup régalé dans sa distribution devant la défense. Mikel a de nouveau démontré le changement opéré petit à petit dans son jeu ; comme depuis le début de la pré-saison il semble avoir cette consigne de ne plus stopper ses courses à la ligne médiane et n’a pas hésité à poursuivre balle au pied et à se rendre disponible, c’est tout à son avantage puisqu’il peut élargir sa palette qu’on pensait limitée à un rôle de sentinelle devant la défense.
En revanche, Bosingwa a déçu ; il n’a pas manqué de ballons et n’a pas été mis à l’écart du jeu mais y’a pas eu grand-chose d’intéressant dans ses choix, passons sur les centres au 5e poteau et le marquage parfait entre le joueur et le but sur Williams… le reste de son match est assez moyen. Certes il a plus d’énergie et se retrouve plus facilement dans le dernier tiers que lors de la saison dernière mais il n’a pas été sans rappeler le Bosingwa stéréotypé n’. Défensivement il n’a pas été catastrophique face à Sinclair, même s’il s’est fait aspirer un peu trop facilement sur quelques actions. Sa performance défensive convenable s’explique surtout parce qu’Ivanovic ou Mikel/Ramires n’étaient jamais trop loins sachant que le jeu de Sinclair (comme celui Dyer) consiste essentiellement en des rentrées dans l’axe et un jeu de relais. Mikel, Ivanovic et aussi Ramires ont su couper les transmissions entre les ailiers et l’attaque donc là aussi, il s’agit d’un point fort de Swansea qui a été bien géré et contenu par Chelsea. La composition d’équipe et ce dernier point montre bien la capacité d’adaptation à l’adversaire afin de mieux gagner sans se mettre en danger. Malgré l’absence de Frank Lampard, force est de constater que si on met Luiz à la place d’Ivanovic et que l’on sort Bosingwa du XI, cela ressemble assez à l’équipe type idéale du moment. Meireles de par la vitesse qu’il met dans le jeu en une touche vers l’avant par exemple devient le parfait pendant de Ramires qui lui met de la vitesse balle au pied devant Mikel qui essaye de jouer plus vite et de continuer d’être un point d’appui dans le même temps qu’il ne stoppe plus ses montées. Devant il est alors possible d’associer Mata avec Torres, tandis que la présence d’Anelka permet de constituer la meilleure paire offensive faisant figurer Torres actuellement.

Que retenir pour Swansea ?
Le positionnement haut de Chelsea ainsi que le pressing des joueurs offensifs en bloc a largement permis de gêner la relance et la fluidité du jeu de Swansea, qui est justement basé sur cette circulation du ballon. Excepté sur quelques phases, Swansea n’a pas pu construire correctement au sol. On peut alors se dire que cette équipe de Swansea risque fort d’enchaîner les scénarios semblables à celui de la rencontre contre West Bromwich Albion où l’absence de pressing adverse et de véritable opposition leur a permis d’engranger 3 points largements mérités ; puis de matchs comme celui réalisé à Stamford Bridge où, ses lacunes cernées, Swansea a explosé au moment de défendre sur des contres.  Comme évoqué précédamment, les ailiers n’ont pas manqué de volonté mais ont été globalement bien pris par les latéraux de Chelsea qui disposaient de soutien pour couper derrière eux. Graham est rentré… mais n’a toujours pas marqué.


Chelsea (4-3-3): Cech; Bosingwa, Ivanovic, Terry (c), Cole; Ramires, Mikel, Meireles (McEachran 82); Anelka (Drogba 78), Torres, Mata (Malouda 58).
Unused subs Turnbull, David Luiz, Lampard, Kalou.
Goals Torres 29, Ramires 35, 76, Drogba 90+3
Booked Mata 32, Cole 85, Mikel 90+3
Sent off Torres 38

 

Swansea City (4-3-3): Vorm; Rangel, Monk (c), Williams, Taylor; Gower, Britton (Routledge h-t), Allen; Dyer (Dobbie 71), Lita (Graham 58). Sinclair.
Unused subs Tremmel, Bessone, Richards, Moore.
Goals 
Williams 85
Booked
 Dyer 53, Monk 75, Taylor 88

Attendance 41,800
Referee Mike Dean

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s